Menu
Kamoulox du Foot Index du ForumIndex
FAQFAQ
Guide du KDFGuide
Liste des MembresMembres
Groupes d'utilisateursGroupes
CalendrierCalendrier
StatisticsStats
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
KOTYPronostics
Carte du siteCarte
ConnexionConnexion

Recherche rapide

Recherche avancée

Liens
KamoulCup Brasiou
KamoulCup SiteOfficiel
EuroKamoulCup
KamoulWorldCup
KamoulCup
Cahiers du foot
So Foot
Kamoulox
Carton rouge
1 jour 1 photo
Blog d'Axl

Qui est en ligne
[ Administrateur ]
[ Modérateur ]


Recherche Google
Google

http://www.phpbb.com
The Island --== 1 ==--
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Sous le masque des kdfistes
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Tony Adams
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 35
Inscrit le: 27 Fév 2004
Messages: 7394
Localisation: Roazhon

MessagePosté le: 15 Jan 2007 18:49    Sujet du message: Répondre en citant

EPISODE 16 (3/5)





Bertin ouvrit les yeux et aspira une grande goulée d’air frais. Il se sentait comme quelqu’un qui vient de sortir d’un long cauchemar, comme un comateux maintenu artificiellement en vie et qui se réveille contre toute attente. Il avait terminé son stock de Nusra la veille au soir, les derniers relents de hippisme l’avait quittés pendant la nuit alors qu’il rêvait d’une communauté de fourmis communistes qui élisaient leur reine, une vache du nom de Clémentine Autain. Il se redressa et constata que Maxime et N°14 se tenaient un peu à l’écart en l’observant d’un œil craintif.

_ « C’qui y’a ? », demanda-t-il d’un ton agressif, « pourquoi vous me regardez comme ça vous deux ? Je vais vous faire passer l’envie de me mater pendant mon sommeil, bandes de tarlouzes ! » Alors qu’il se redressait, Maxime protesta :
_ « Euh, dis voir, la machine à hurler, avant que tu ne nous réduises en charpie, faudrait quand même que tu saches que t’as été sacrément flippant cette nuit. D’abord c’était « ouééééé, pouvoir au peuple, les tamanoirs ne nous auront pas, organisons-nous, vive Clémentine notre protectrice totémique ». Et puis c’est devenu « ah putain d’enculés de rouges, crevez tous ! Je vais vous napalmer la gueule, moi, l’agent orange vous allez en bouffer comme jamais, ordures ! »
_ « Oui Bertin, t’étais en plein délire psychotique, j’en aurais pissé dans mon froc si j’avais pas eu peur que ça te réveille et que tu ne nous tues», confirma 14.
_ « Ouais, bon ben arrêtez de me mater, j’ai l’impression d’avoir vécu Woodstock puissance 1000, c’était horrible. Cette compassion, cette sensation d’empathie pour le moindre petit étron qui foule cette planète… Putain, je suis bien content d’être moi, y’a pas à chier. D’ailleurs, j’ai la dalle, qu’est-ce qu’il nous reste à bouffer ? »
_ « Rien, rien de rien. Pas même une petite fougère à se mettre sous la dent ». Maxime semblait au bord de la dépression.
_ « OK, bon, ben voilà ce qu’on va faire. Me demandez pas comment, j’ai piqué à Mollows la carte de l’île. Je sais comment accéder au Manoir Fatal. On y va, on leur pète tous la gueule, et on rentre à la maison. Ca vous branche comme plan ? »
14 acquiesça vigoureusement : « Excellent ! Je dirais même, on y va, tu leur pètes tous la gueule, et on rentre à la maison. Un plan en béton armé ».
_ « Nickel, on est partis alors ».

Dans la salle de contrôle, Major riait de bon cœur. « Il m’est sympathique ce Bertin, vraiment ! Un peu con, bourrin comme pas deux, mais franchement rigolo ». Il pressa un bouton, actionnant le porte-voix du drone qui suivait le groupe que formait les trois derniers survivants. « Dites voir les gars, c’est pas que je m’ennuie à vous regarder lutter désespérément pour survivre, au contraire, mais cette histoire de carte, ça à comme un petit goût de déjà-vu, vous croyez pas ? Alors pour changer un peu de la routine, je vais vous indiquer le chemin le plus rapide pour venir jusqu’ici. Vous n’avez qu’à suivre le drone, il vous mènera directement jusqu’au manoir. A tout à l’heure, bisous ». Il rit une nouvelle fois en regardant Bertin faire des gestes orduriers au drone, crier et arracher les plantes autour de lui. Puis, actionnant un autre interrupteur, il entra en communication avec le pool. Dans la pièce qui leur était réservée, les auteurs, affairés autour de la table, arrêtèrent toute activité en entendant résonner la voix du Major. « Bon, les gars, c’est pas mal ce début, mais j’ai rectifié un peu le coup de la carte, ça vous l’aviez déjà fait. Néanmoins, je pense que quelques pièges sur la route des trois crétins ne seraient pas de trop pour égayer un peu ce dernier périple ».

Les trois derniers islanders suivaient docilement le drone. Enfin, docilement, façon de parler, puisque Bertin passait son temps à pester contre tout et n’importe quoi.

_ « Ah putain, je la déteste cette jungle de merde ! Humide, touffue, verte, on croirait voir la chatte d’une vieille pute fatiguée au bois de Boulogne, ça m’écœure bordel ! Je te foutrais le feu à tout ça moi, ni une ni deux ça serait réglé. On aurait plus que des cendres, propres, nettes, bien ordonnées. »
_ « Enfin, Tinbèr, et la nature alors, la photosynthèse, tout ça ? », observa Maxime, « la préservation des espèces, tu sais, ces petites boules de poils mignonnes qui font se pâmer les jeunes filles ? »
_ « Je les bouffe les boules de poils ! Je hais les animaux, c’est dégueulasse, ça chie partout et ça fout du bordel. A la rigueur un bon gros berger allemand, qui fait ce que tu lui dis quand tu le lui dis, capable d’arracher une jambe d’un coup de dents, pourquoi pas… Mais le reste, au four avec des patates et direct dans mon assiette, voilà ce que j’en dis ! Nom de Dieu, ce que je peux avoir faim ! »
_ « Oui, bon, nous aussi, alors pas la peine d’en rajouter en rêvant de paresseux rôtis, ça sert à rien ».
_ « Les gars, on fait une pause, faut que j’aille soulager un besoin pressant », intervint 14.

Le groupe s’arrêta, et 14 s’éloigna un peu pour trouver de l’intimité à l’ombre d’un grand arbre. Il fit tomber la combinaison et s’accroupit, en contemplant la nature autour de lui. Il n’était pas bien rassuré à l’idée d’exposer ainsi ses parties sensibles à tout ce qui rampe, grimpe, ou martèle le sol dans cet univers profondément hostile. Mais s’il y avait bien un lieu où il ne trouverait pas le confort de ses toilettes belges où la lecture était aussi reposante que l’effort inexistant, c’était ici. Il se contenta donc de pousser aussi fort qu’il pouvait, au point de sentir l’écho de son cœur palpiter dans les veines de ses tempes. Mais, déconcentré par l’effort, il ne prêtait plus attention à tout ce qui l’entourait, et surtout pas au petit serpent corail qui se rapprochait en ondulant silencieusement sur l’humus. Les parties charnues et appétissantes exposées par 14 étaient un menu alléchant pour le reptile, qui voyait la le repas de sa vie totalement sans défense. 14 poussa un râle de soulagement alors que son organisme évacuait la matière inutile qui s’était accumulée dans ses intestins. Le serpent, qui s’était tassé sur lui-même dans une position d’attaque, allait passer à l’action et infliger sa terrible morsure au niveau de la cuisse du belge.

« Hop hop hop les gars, qu’est-ce que c’est que ça ? ». Major parlait au pool par le biais du système de communication qui reliait le centre de contrôle à la pièce dévolue aux rédacteurs. « J’ai pas le souvenir de vous avoir demandé de supprimer N°14, si ? Démerdez-vous comme vous voulez, mais le belge reste en vie jusqu’à ce que le groupe arrive au château ».

Maxime en avait assez, ça faisait bien une demie heure que 14 était parti chier, ça commençait à lui taper sur le système d’avoir à attendre le cul posé sur un tronc d’arbre mort. Il se dirigea vers l’endroit d’où provenaient des cris de plaisir, signe qu’enfin son camarade de galère satisfaisait à son besoin. Lorsqu’il l’aperçut, accroupi le dos collé à un gigantesque bananier, il ne put s’empêcher de l’observer avec un sourire. Il était si petit ! Mais, alors que son regard s’attardait, il remarqua le reptile aux couleurs criardes, prêt à l’attaque sous la cuisse du belge. Presque dans un réflexe, il se précipita, négligeant toute forme de bienséance, n’écoutant pas les protestations outrées de celui dont l’intimité était violée. Par de grands gestes des bras, il attira l’attention du serpent, et entama une danse apprise d’une danseuse orientale dans une backroom de boîte louche en Province. Par des mouvements de hanches gracieux, il fit se dresser le serpent, qui reprenait le rythme imprimé par Maxime. Puis, ce dernier entama une danse du robot qui aurait fait pâlir d’envie Peter Crouch. Le reptile, dépourvu de bras, ne pouvait reproduire les mouvements, et pourtant par des coups de tête saccadés, donna l’impression d’être en phase avec le charmeur, qui pendant ce temps émettait les sons caractéristiques « tssss, tssss », mais avec tant de douceur qu’on aurait pu penser qu’il lui susurrait des mots d’amour. Enfin, le serpent s’approcha de lui, s’enroula autour de son mollet tel ses congénères légendaires autour du caducée d’Hermès. Maxime l’attrapa alors doucement, sifflant toujours doucement ces surprenantes sonorités amoureuses. Puis, dans un geste aussi terrible que nécessaire, il lui brisa la nuque des deux mains. Enfin, il regarda le belge qui, livide, en avait chié une deuxième couche. « Désolé d’avoir perturbé ton démoulage, mais il fallait agir ». 14 ne pouvait plus parler, mais ses yeux exprimaient toute sa gratitude. Maxime rejoint le groupe et jeta le serpent mort à Bertin : « Tiens, voilà ton quatre heures ! ». Bertin ne se fit pas prier et enfourna le serpent dans sa bouche, mastiqua consciencieusement, et recracha les crochets. « Dégueulasse » fut son seul commentaire. Le groupe se remit en route.

Major applaudit : « Encore, encore ! ! ». Le pool était au taquet.
_________________
En fait, ce que vous ne comprenez pas, c'est que nous on n'aime pas la gagne ou le foot, on aime juste le Stade Rennais (Bertin T.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tony Adams
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 35
Inscrit le: 27 Fév 2004
Messages: 7394
Localisation: Roazhon

MessagePosté le: 15 Jan 2007 18:52    Sujet du message: Répondre en citant

EPISODE 16 (4/5)





Bertin suivait le drone devant eux en continuant à lui faire inlassablement des gestes obscènes. « Sans toi, cette espèce de serpent de merde me bouffait le cul. Où est-ce que tu as appris ce truc de malade que t’as fait ? ». Maxime eut un sourire, fit un petit geste évasif de la main, pour montrer au belge que ce n’était qu’un bref épisode d’une vie remplie d’expériences aussi iconoclastes que riches en péripéties. « Peu importe, à vrai dire, l’important c’est que tu sois sain et sauf, mon jeune ami ». Il se pencha pour mettre une petite tape affectueuse derrière le crâne du belge, et ils continuèrent leur route en silence.

Le fait est que le nombre de leurs camarades de galère diminuant peu à peu, les liens s’étaient resserrés entre les trois derniers survivants. Quand bien même leurs caractères ne semblaient en aucune façon pouvoir se marier de façon à créer l’alchimie, il n’en restait pas moins que la ténacité dont ils avaient fait preuve jusque là, les horreurs qu’ils avaient vues, tout ceci les avaient amenés à se considérer comme des amis. Lors de leurs dernières nuits tristes et solitaires, autour d’un feu et sous le ciel étoilé, ils avaient partagé les évènements marquants de leur vie. Chacun avait appris à faire la connaissance de l’autre par le biais de récits qui s’étaient distingués par leur pudeur. Car ici, nul ne ressentait le besoin de fanfaronner. Leur situation était si précaire, le sentiment de voir son existence s’éteindre en un rien de temps si fort, qu’ils s’étaient mis à nu avec une humilité rare. Désormais ils étaient liés, à la vie à la mort, même si la seconde option était de loin la plus probable. Au fond d’eux mêmes, ils le savaient tous trois, seul l’un d’entre eux échapperait à un sort funeste. Ce qui ne faisait que les rapprocher encore plus.

« Bon, on stoppe un peu là, j’ai besoin d’un break ». Bertin semblait fatigué de faire étalage de tout son mépris à une espèce de petit transistor volant argenté. Il gueula tout de même un bon coup : « Hey, Major Bastard, on s’arrête pour une heure ou deux là, alors si t’as toujours envie de voir nos trombines rappliquer, met donc ton grille-pain en mode pause ». L’objet volant identifié s’arrêta dans les airs et la voix de l’admin sortit du haut-parleur intégré : « Je vous accorde une heure, pas plus. Vous n’êtes plus très loin ». Bertin commenta : « Enfoiré ». A eux trois, ils s’aménagèrent un douillet tas de feuilles mortes, ramassèrent quelques branches de bois sec auxquelles Bertin mit le feu en en frottant deux l’une contre l’autre. Ils s’installèrent autour du brasier, tendant les mains dans l’espoir de recueillir un peu de chaleur et, par son biais, le courage nécessaire à la dernière étape de leur aventure.

_ « Et toujours rien à bouffer, putain, ce que je peux avoir la dalle ». Bertin, comme toujours, semblait avoir le ventre vide.
_ « Peut-être que Major nous donnera quelques victuailles, qui sait ? », interrogea Maxime, mais dans sa voix perçait le doute.
_ « Mouais, j’y crois pas des masses, il ne nous a pas vraiment fait de cadeaux depuis le début, c’est certainement pas maintenant qu’il va commencer ». 14 semblait résigné

Le silence tomba sur le petit groupe, chacun se projetant tant bien que mal dans un futur tout ce qu’il y avait de plus incertain. Le vent s’était levé, un vent frais qui fit danser le feu, qui projeta des ombres monstrueuses sur la végétation dense qui les entourait. Non, décidément, la tendance n’était pas à l’optimisme. Maxime se leva. « Bon, je vais aller vider ma vessie dans la jungle. Pour la dernière fois, je l’espère… ». Il ne s’était pas éloigné de plus d’une dizaine de mètres qu’un cri affreux sembla tomber du ciel. Tous levèrent la tête vers la cime des arbres, d’où une masse sombre tombait comme un missile, dans un long hurlement. 14 hurla : « Bouge de là Maxime, bouge de la putain ! ! ». Mais Maxime était pétrifié, il était comme hypnotisé par l’étrange forme qui allait lui tomber dessus d’une seconde à l’autre. C’était tout proche maintenant. La lumière du feu fit scintiller des griffes acérées. Maxime regardait toujours. Il voyait désormais les yeux de la bête, noirs, mais pas durs, ni emplis de haine. Ils étaient affolés, en panique. C’était le hasard, il n’y avait pas de volonté divine, ou adminesque derrière tout ça. Maxime était serein, en paix avec lui-même. Il ne partirait pas suite à une longue agonie, ou à cause d’un odieux stratagème. Il quittait ce monde comme il y était venu. Par hasard. La bête lui tomba dessus. Le choc fut violent, le bruit des griffes pénétrant la cage thoracique par la poitrine, écœurant. Maxime tomba à la renverse, la bête apeurée n’arrivant pas à se dépêtrer de son sternum, tellement les lames de rasoir qui lui servaient d’appendices étaient profondément fichées dans le corps de l’infortuné. Bertin sauta sur ses pieds presque immédiatement, saisit une branche de taille fort conséquente au dessus de sa tête et l’arracha sans même que son visage ne trahisse du moindre effort. Il s’approcha de la bête, qui dans l’obscurité restait encore indéfinissable, mais dont les cris plaintifs témoignaient d’une blessure plus ou moins grave. Bertin s’approcha encore. Il surplombait désormais le corps de Maxime et celui de son agresseur involontaire. « Un putain de paresseux ! ». Il était incrédule. Cette bestiole clownesque avait mis fin aux jours de son ami, le privant, à ses yeux, d’une mort pleine de panache et d’honneur dans les tranchées. Il leva son bâton et frappa de toute ses forces sur le crâne de l’animal. Le craquement caractéristique d’un os qui se brise, ainsi que l’arrêt subit des lamentations de la bête blessée lui confirma qu’il avait bien tué le paresseux. Bertin rabaissa alors les bras, les laissant pendre le long du corps. Il lâcha le bâton, qui fit un bruit mou en heurtant le tapis d’humus qui recouvrait le sol en cet endroit. Puis, il tomba à genoux et fondit en larmes. « Saloperie de forêt de merde ! Enculé de paresseux, qui se casse la gueule de son putain d’arbre juste à cet endroit là ! C’est pas possible, pourquoi maintenant, pourquoi ? Alors qu’on était si proches du but… A nous deux, on l’aurait démoli le Major, on l’aurait fait supplier pour lui laisser la vie sauve, et là, tu aurais sorti une blague tordante et je l’aurai buté ». Dans un dernier râle d’agonie, Maxime ouvrit la bouche :
_ « Bertin… »
_ « Quoi mon pote ? »Bertin pleurait à chaudes larmes, son corps était secoué par les sanglots. Dans la jungle, le silence régnait. La nature semblait respecter cet instant de peine.
Maxime, avec la force de son dernier souffle, prononça ses derniers mots : « Ta gueule, Bertin ».
_ « NOOOOOOOOOOOOOOON ». Bertin tomba dans les bras de 14.

Devant ses écrans, Major avait l’air de s’ennuyer. Il pressa un bouton et sa voix retentit dans la pièce où le pool écrivait sans relâche. « Mollo sur les violons les gars, on est pas dans Out of Africa, et Bertin n’est pas Meryl Streep. Move on, OK ? »

La dernière demeure de Maxime était prête, simple fosse anonyme creusée au pied d’un arbre, en plein milieu de nulle part. Malgré tous leurs efforts, Bertin et 14 n’avaient pas réussi à séparer le corps de leur défunt ami de celui de son bourreau animal. Ils étaient liés pour l’éternité. Alors que 14 allait pousser les deux cadavres dans le trou, Bertin le stoppa dans son élan.

_ « Attends, je vais quand même prendre un bras, il reste un bout de chemin et j’ai toujours faim ».
_ « Mais t’es pas malade ? », protesta 14. Putain c’était notre pote, tu peux pas faire ça ! Prends plutôt un bout du paresseux, merde une fois ! ».
_ « Je vais me gêner. En plus, ces bestioles pourries sont un nid à saloperies, y’a des milliards d’insectes qui vivent dessus. Pas envie de choper la chiasse maintenant ». Sur ce, il attrapa le bras droit de Maxime au niveau du poignet, posa le pied sous l’aisselle, et tira d’un coup sec. Le bras vint sans résistance.
_ « T’es dégueulasse, c’est tout ce que j’ai à dire », commenta un 14 dégoûté. « Puisque c’est comme ça, t’as qu’à te charger de la mise en terre. Et puis tu recouvriras le tout aussi, compte pas sur moi pour m’en charger ».
_ « Je croyais que c’était ton pote ? ». Le ton de Bertin était narquois.
_ « Va te faire foutre ».
Bertin s’acquitta de la tâche et ils repartirent, Major actionnant le drone depuis son centre de contrôle.
_________________
En fait, ce que vous ne comprenez pas, c'est que nous on n'aime pas la gagne ou le foot, on aime juste le Stade Rennais (Bertin T.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tony Adams
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 35
Inscrit le: 27 Fév 2004
Messages: 7394
Localisation: Roazhon

MessagePosté le: 15 Jan 2007 18:53    Sujet du message: Répondre en citant

EPISODE 16 (5/5)





Ils arrivèrent enfin, au bout de nombreux et éreintants kilomètres, beaucoup plus que ne l’avait promis le Major, devant une grille en fer forgé marquée des trois initiales des admins. Le B était clairement plus récent que le M et le Z. Les deux gigantesques battants s’ouvrirent dans un grincement, laissant passer les deux derniers survivants du macabre jeu concocté par l’esprit malade des têtes pensantes du Kdf. Un sentier pavé menait, à travers un jardin luxuriant et parfaitement entretenu, à une demeure de taille incroyable, monumentale bâtisse d’architecture classique. Des colonnes doriques de marbre blanc soutenaient les trois étages que comprenait ce qui ressemblait plus à un temple antique qu’à un manoir. Bertin et 14 gravirent les marches qui menaient aux deux énormes portes de bois marquant l’entrée de la demeure. Elles étaient ouvertes, et devant elles se tenaient Major Fatal, Zozo et Bouh. 14 ne voyait les modos nulle part, mais il était convaincu que le duo maléfique n’était pas loin. Bertin, lui, ne voyait rien. Il était aveuglé par une rage qui n’avait fait que croître depuis qu’ils avaient laissé Maxime et le paresseux sous le tas de terre qui les couvriraient désormais pour l’éternité. Il n’avait pas mangé le bras, bien au contraire. Il l’avait décoré de fleurs aux couleurs vives, éclatantes, pleines de vie. Avec des bouts de liane tressés, il l’avait suspendu à sa taille, comme l’épée d’un chevalier vengeur. Ses jurons s’étaient faits moins insistants, avant de disparaître pour de bon. Depuis au moins une heure, il n’avait été que silence et colère contenue. En voyant les trois admins lui sourire comme si de rien n’était, comme s’il n’avait pas vécu l’enfer et pire encore sur cette île maudite, il fut pris d’une rage incontrôlable. « J’aurai votre peau, enculés ! », hurla-t-il en se mettant à courir droit vers les maîtres du monde. Sans reculer d’un pas, Major leva le bras devant lui en tendant le pouce. Une explosion retentit à la droite Bertin. 14 tourna la tête et vit CoinCoin tirer avec une espèce d’énorme lance-roquettes. Ce qui ressemblait à un petit missile se déploya à mi-chemin, laissant s’échapper un filet du cylindre de métal. Le piège se referma sur Bertin, qui fut instantanément immobilisé, juste aux pieds des admins. « Bienvenue dans mon humble demeure, mon garçon », lui dit Major dans un large sourire. Puis, il leva la tête et observa 14. « Viens », dit-il, « viens ami belge », en tendant les bras dans un geste d’invitation. 14 accepta avec appréhension et entra. Zozo et Bouh suivirent, mais Major resta immobile. Son regard s’était de nouveau porté sur Bertin. « Tu vois, mon garçon, c’est ce genre de comportements qui ne me permet pas de te considérer comme un possible modérateur. Tu es trop imprévisible, ou prévisible selon les situations. En tout cas, je ne peux pas croire que tu suivras mes ordres à la lettre, comme c’est le cas de CoinCoin et Baygon, comme ça avait été le cas de Bouh. Tu es un provocateur, tu as ça dans le sang. Et dans mon staff, je n’accepte pas la provocation. 14, lui, est beaucoup plus docile. Faut dire que j’ai tellement de moyens de pression sur lui, il serait dingue d’essayer de faire le malin. Poster des photos de nanas à moitié à poil, ça m’amuse plus qu’autre chose. Toi c’est différent. Je pourrais te punir à chacun de tes manquements à l’autorité, mais je sais bien que ça ne rentrerait jamais dans ta sale caboche. Mais pour te montrer que je ne suis pas une brute aux idées arrêtées, je te propose de faire quelques tests, histoire de vérifier si mon opinion est fondée. Zozo a conçu une machine spécialement dans cette optique, qu’en penses-tu ? ». Bertin leva la tête du mieux qu’il put, tout engoncé qu’il était dans le piège à rhinocéros. « Fais ce que tu veux, je m’en tape, j’aurais ta peau d’une manière ou d’une autre ». Major sourit : « Fort bien, allons-y alors ».

Le bruit désormais caractéristique du micro qu’on enclenche résonna aux oreilles du pool. « Messieurs, veuillez me retrouver au sous-sol. Il est temps de clore le dernier acte de notre passionnante aventure, et j’aimerai que vous y assistiez ». Axl, Agora, Tony, Latrell et Schweinie laissèrent donc stylos et papier sur la table et sortirent dans le couloir. Deux étages plus bas, sous le niveau de la mer, ils retrouvèrent Baygon et CoinCoin qui les attendaient. N°14 était avec eux. Sans un mot, les modos leur firent signe de les suivre. Ils longèrent un couloir glauque éclairé au néon. De larges câbles d’électricité couraient au plafond. Ils convergeaient tous vers une pièce située tout au bout du couloir, au-dessus d’une porte blindée. A leur surprise, ils n’empruntèrent pas celle-ci mais la suivante. Ils se retrouvèrent dans une espèce d’amphithéâtre de taille modeste. Un miroir sans tain laissait voir ce qu’il se passait dans la pièce à laquelle on accédait par la porte blindée. Celle-ci ressemblait à une salle d’opération. D’épais carreaux blancs recouvraient le sol et les murs. Au centre, un fauteuil de dentiste était fixé au sol par d’énormes boulons. Bertin y était attaché, des entraves métalliques l’empêchant de faire le moindre mouvement. Major et Zozo entrèrent dans la pièce. Zozo alla vérifier tout le matériel électronique qui était entassé contre le mur du fond, assortiment de compteurs aux caractères compliqués et indéchiffrables. Major se présenta devant le miroir. De son côté, il ne pouvait voir que son reflet lui parler. Il semblait y prendre plaisir. « Messieurs, je vous ai demandé de venir ici pour que vous puissiez voir le premier test de la dernière machine mise au point par Zozo. Je vous assure, elle est sans douleur, vous n’aurez donc pas à subir les hurlements de souffrance, ou les geysers de sang auxquels vous vous attendiez peut-être à assister. C’est à une véritable expérience que nous allons nous livrer devant vous. Zozo, shall we start ? »

Zozo se saisit d’une dizaine d’électrodes qu’il colla sur le crâne de Bertin, en divers points qui semblaient stratégiques. En effet, il avait auparavant tracé au feutre un dessin compliqué sur le cuir chevelu fraîchement rasé de ce qu’il convenait d’appeler désormais un cobaye. Puis il retourna auprès de ses machines, en vérifiant que les fils qui partaient des électrodes allaient bien jusqu’aux boîtiers qui leur étaient dévolus. Major parla en direction d’une petite cabine située sur la droite, où Bouh se tenait près de trois gros buzzers rouges. « Phase 1, mon bon Bouh ». Les néons clignotèrent un instant. Zozo bascula un interrupteur et une lumière bleutée courut le long des fils qui menaient au crâne de Bertin, semblant s’insérer sous la peau comme de l’air qui aurait gonflé la peau au dessus de la boîte crânienne. « Phase deux », dit le Major. Bouh pressa le second buzzer, Zozo bascula un second interrupteur, la lumière devint verte. La peau sur le crâne de Bertin se raffermit immédiatement. « Phase 3 ». L’excitation pointait dans la voix de Major. Bouh pressa l’ultime bouton. Zozo bascula le dernier interrupteur. Des étincelles dorées crépitèrent le long des fils. Ils atteignirent tous la tête de Bertin en même temps. Celui-ci ne réagit pas le moins du monde. Tout le monde attendait un signe, le témoin que l’expérience avait porté ses fruits, quel qu’il fut. Soudain, Bertin arracha l’entrave qui lui bloquait le bras droit. Il se cambra, et passa le bras dans le bas du dos pour se gratter la raie. Avec un sourire de malade, il tendit la main vers Major et hurla : « Vas-y, sens, c’est de la bombe ! ». Puis il partit d’un rire effrayant, comme s’il avait atteint le dernier stade d’aliénation mentale. Décontenancé, Major s’adressa à Bouh : « Radio du cerveau ». Un court instant durant lequel la tension était palpable passa. Bertin sentait ses doigts, heureux et dégoûté à la fois. La voix de Bouh résonna : « Test concluant. Son cerveau est maintenant de la taille d’une noisette ». Major semblait sceptique : « c’est marrant, je vois pas de différence… Enfin bon, y’a qu’à mettre fin aux jours de notre ami, ce sera pour le mieux ». Mais Bertin, qui avait encore un semblant de compréhension, arracha la deuxième entrave qui lui bloquait l’autre main. Il commença à saccager le fauteuil. « Bertin veut pas mourir », hurlait-il, « Bertin veut vivre ! ! ». Major sentait le danger qui guettait. « Bouh, phase 3 ! Phase 3 bordel ! Zozo, double dose ! ». De véritables éclairs remontèrent les fils jusqu’au crâne de Bertin, où ils formèrent une couronne électrique sur sa tête, avant de pénétrer d’un coup sa boîte crânienne. Il était debout sur son fauteuil, le corps tressautant à chaque fois que l’opération était répétée. « BERTIN VIVRA POUR TOUJOURS », cria-t-il avant de retomber lourdement sur le fauteuil. Deux filets de sang coulaient de ses narines. Il ne respirait plus. Dans l’amphithéâtre, un silence de plomb régnait. Enfin, la voix du Major se fit entendre. « Tout le monde dans le jardin, au pied de la fontaine ». Il sortit rapidement de la pièce où une odeur nauséabonde commençait à empuanter l’atmosphère. Il se dirigea vers les escaliers et remonta les marches quatre à quatre, jusqu’à la pièce où les jeunes Thaïs trollaient sévèrement sur le fil Sarkozy. Il ouvrit la porte et passa juste la tête, le temps de dire : « Bertin est mort. Password : Law and order ». Puis il referma la porte et se rendit dans sa chambre pour se changer. L’occasion réclamait de la tenue.

Une estrade avait été installée devant la fontaine. La fontaine en question était un bassin de taille phénoménale où des jets d’eau compliqués arrosaient les statues grandeur nature des responsables du site. Au centre, solennels, Major, Zozo et Bouh contemplaient l’horizon d’un air pénétré. Devant eux, les armes à la main, Baygon et CoinCoin entouraient maintenant un N°14 fier et beau. Des chaises avaient été installées pour les membres du pool. 14 était encore parmi eux. Major, Zozo et Bouh se tenaient sur l’estrade, les mains croisées dans le dos. Ils avaient revêtu des costumes taillés sur mesure pour l’occasion. Major avança jusqu’au bout de l’estrade et descendit les quelques marches de manière très distinguée. Il se rendit tout droit vers le pool, qu’il invita à faire quelques pas avec lui. « Messieurs, je vous remercie du travail que vous avez accompli pour moi en cette occasion. Quand bien même vous n’avez compris que sur la toute fin de quoi il s’agissait vraiment, vous avez bien rempli la tâche que je vous avais assignée. J’ai beaucoup réfléchi à la meilleure façon de vous récompenser. J’ai bien pensé à un rang spécial, mais ça n’aurait pas été suffisant pour vous rendre justice. J’ai donc eu une idée qu’en tout modestie je juge pas piquée des vers. Vous aurez constaté que depuis la fin de l’année dernière, deux nouvelles filles se sont inscrites sur le forum, Nieubie et Susana. Elles sont pour vous, toutes pour vous, rien que pour vous. J’espère pouvoir en convaincre trois autres de nous rejoindre dans quelques temps, pour vous contenter tous dans vos plus vils désirs. D’ici là, je suis certain que vous arriverez à vous débrouiller avec ces deux-là. Merci encore, profitez de la cérémonie ! »

Major regagna prestement l’estrade, et d’un geste de la main, ordonna le début des festivités. CoinCoin et Baygonsec, invitèrent N°14 à se lever. Ensemble, ils remontèrent le tapis rouge qui avait été déroulé sur l’herbe. Arrivés au pied de l’estrade, ils s’arrêtèrent pour laisser 14 grimper seul les marches. Là, prit par la solennité de l’instant, il s’agenouilla aux pieds des trois admins. Chacun à leur tour, ils le bénirent à leur manière. Zozo l’aspergea de son pastis béni, Bouh lui jeta un plat de spaghettis à la figure. Major arriva alors avec une épée. La tenant tranche vers le sol, il appliqua une pression sur chaque épaule du belge, puis une dernière sur le sommet du crâne. « Au nom du Kamoulox, du foot, et de l’Islande, je te fais modérateur du forum. Sois le bienvenu dans la famille, tu le mérites ». Un tonnerre d’applaudissements préenregistrés éclata alors, des colombes s’envolèrent par centaines, la messe était dite, le nouveau modo était intronisé.
_________________
En fait, ce que vous ne comprenez pas, c'est que nous on n'aime pas la gagne ou le foot, on aime juste le Stade Rennais (Bertin T.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Comtesse
Glamshine!


Age: 49
Inscrit le: 21 Jan 2005
Messages: 5458
Localisation: Hôpital du Point G

MessagePosté le: 12 Jan 2008 14:58    Sujet du message: Répondre en citant

Up :D.



:amour27: Axl
_________________
See you soon.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
moncoeur
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox


Age: 42
Inscrit le: 20 Mai 2005
Messages: 3751
Localisation: DMO

MessagePosté le: 12 Jan 2008 15:07    Sujet du message: Répondre en citant

Tony Adams a écrit:
Vous aurez constaté que depuis la fin de l’année dernière, deux nouvelles filles se sont inscrites sur le forum, Nieubie et Susana. Elles sont pour vous, toutes pour vous, rien que pour vous. J’espère pouvoir en convaincre trois autres de nous rejoindre dans quelques temps, pour vous contenter tous dans vos plus vils désirs. D’ici là, je suis certain que vous arriverez à vous débrouiller avec ces deux-là. Merci encore, profitez de la cérémonie ! »


Où (m) sont-elles désormais :twisted: :twisted: :twisted: ???
_________________
Voyez vous jeune godichon, il vous suffisait d'acheter le guide de France Football

Votre côté Télérama me pète un peu les c... :amour1:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Tony Adams
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 35
Inscrit le: 27 Fév 2004
Messages: 7394
Localisation: Roazhon

MessagePosté le: 12 Jan 2008 16:08    Sujet du message: Répondre en citant

moncoeur a écrit:
Tony Adams a écrit:
Vous aurez constaté que depuis la fin de l’année dernière, deux nouvelles filles se sont inscrites sur le forum, Nieubie et Susana. Elles sont pour vous, toutes pour vous, rien que pour vous. J’espère pouvoir en convaincre trois autres de nous rejoindre dans quelques temps, pour vous contenter tous dans vos plus vils désirs. D’ici là, je suis certain que vous arriverez à vous débrouiller avec ces deux-là. Merci encore, profitez de la cérémonie ! »


Où (m) sont-elles désormais :twisted: :twisted: :twisted: ???


Enterrées dans un lieu tenu secret. De temps en temps, Axl va profaner leur sépulture histoire de se faire un petit plaisir.
_________________
En fait, ce que vous ne comprenez pas, c'est que nous on n'aime pas la gagne ou le foot, on aime juste le Stade Rennais (Bertin T.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PatogaZ
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 42
Inscrit le: 04 Avr 2004
Messages: 6129
Localisation: 92 wesh

MessagePosté le: 12 Jan 2008 16:15    Sujet du message: Répondre en citant

tu confonds pas avec bouh ? :P
_________________
s.e.x, beer, and rock n'roll
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
gébé
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 61
Inscrit le: 17 Avr 2003
Messages: 29005
Localisation: Planète MARS

MessagePosté le: 12 Jan 2008 16:29    Sujet du message: Répondre en citant

L'essence même des KDFs. Il y a vraiment des petites merveilles.
_________________
:_?: aaallo ?

Avoir une section fumeur dans un restaurant, c'est comme avoir une section pisseur dans une piscine

Confier sa vie privée à Facebook, c'est un peu comme confier sa petite sœur à DSK
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
moncoeur
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox


Age: 42
Inscrit le: 20 Mai 2005
Messages: 3751
Localisation: DMO

MessagePosté le: 12 Jan 2008 18:26    Sujet du message: Répondre en citant

Tony Adams a écrit:
moncoeur a écrit:
Tony Adams a écrit:
Vous aurez constaté que depuis la fin de l’année dernière, deux nouvelles filles se sont inscrites sur le forum, Nieubie et Susana. Elles sont pour vous, toutes pour vous, rien que pour vous. J’espère pouvoir en convaincre trois autres de nous rejoindre dans quelques temps, pour vous contenter tous dans vos plus vils désirs. D’ici là, je suis certain que vous arriverez à vous débrouiller avec ces deux-là. Merci encore, profitez de la cérémonie ! »


Où (m) sont-elles désormais :twisted: :twisted: :twisted: ???


Enterrées dans un lieu tenu secret. De temps en temps, Axl va profaner leur sépulture histoire de se faire un petit plaisir.


Dans ce cas je suis rassuré.
_________________
Voyez vous jeune godichon, il vous suffisait d'acheter le guide de France Football

Votre côté Télérama me pète un peu les c... :amour1:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Schweinsteiger
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 34
Inscrit le: 18 Mar 2005
Messages: 12182
Localisation: Sud-Seine-et-Marne libre

MessagePosté le: 12 Jan 2008 18:56    Sujet du message: Répondre en citant

Tony Adams a écrit:
moncoeur a écrit:
Tony Adams a écrit:
Vous aurez constaté que depuis la fin de l’année dernière, deux nouvelles filles se sont inscrites sur le forum, Nieubie et Susana. Elles sont pour vous, toutes pour vous, rien que pour vous. J’espère pouvoir en convaincre trois autres de nous rejoindre dans quelques temps, pour vous contenter tous dans vos plus vils désirs. D’ici là, je suis certain que vous arriverez à vous débrouiller avec ces deux-là. Merci encore, profitez de la cérémonie ! »


Où (m) sont-elles désormais :twisted: :twisted: :twisted: ???


Enterrées dans un lieu tenu secret. De temps en temps, Axl va profaner leur sépulture histoire de se faire un petit plaisir.


Menteur : Susana va très bien. :siffle:
_________________
/fais une faucille et un marteau avec mes mains et chante :
Allez ! Derrière les Serbes ! L'idée qu'a Moïse va prédire les vrais gauches et ma chaise m'a dit :
"Des glaces ! Ah, mon saké ! Islam, ail à cheesecake, les boulettes, c'est gras mais ça n'est pas l'dernier !"
Ce soir, sardines ! J'ai soif ! Ah, j'aime ça, l'or noyé ! Kouchner, alors, a mélangé Pasqua !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Nusra Fat Oliver Kahn
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 44
Inscrit le: 30 Juil 2004
Messages: 17311
Localisation: Bayern de Karachi

MessagePosté le: 13 Jan 2008 1:41    Sujet du message: Répondre en citant

Comtesse a écrit:
Up :D.

:amour27: Axl


Une saison 2 :food: :food: :food:
_________________
"je vais pas débattre de goûts musicaux avec nusra hein. je pense que c'est le seul qui pourrait me battre par abandon sur ce site"
(Un mayo couine)

R frickin' S

Tu peux craindre l'Iran ou la Russie tout ce que tu veux, mais leur bilan en termes de vies humaines perdues depuis 30 ans est nul
(a massive argument)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Nusra Fat Oliver Kahn
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 44
Inscrit le: 30 Juil 2004
Messages: 17311
Localisation: Bayern de Karachi

MessagePosté le: 13 Jan 2008 1:41    Sujet du message: Répondre en citant

Comtesse a écrit:
Up :D.

:amour27: Axl


Une saison 2 :food: :food: :food:
_________________
"je vais pas débattre de goûts musicaux avec nusra hein. je pense que c'est le seul qui pourrait me battre par abandon sur ce site"
(Un mayo couine)

R frickin' S

Tu peux craindre l'Iran ou la Russie tout ce que tu veux, mais leur bilan en termes de vies humaines perdues depuis 30 ans est nul
(a massive argument)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Nusra Fat Oliver Kahn
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 44
Inscrit le: 30 Juil 2004
Messages: 17311
Localisation: Bayern de Karachi

MessagePosté le: 13 Jan 2008 1:41    Sujet du message: Répondre en citant

Comtesse a écrit:
Up :D.

:amour27: Axl


Une saison 2 :food: :food: :food:
_________________
"je vais pas débattre de goûts musicaux avec nusra hein. je pense que c'est le seul qui pourrait me battre par abandon sur ce site"
(Un mayo couine)

R frickin' S

Tu peux craindre l'Iran ou la Russie tout ce que tu veux, mais leur bilan en termes de vies humaines perdues depuis 30 ans est nul
(a massive argument)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Fredevils
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 01 Fév 2004
Messages: 7056
Localisation: 12 juillet 1998

MessagePosté le: 13 Jan 2008 9:20    Sujet du message: Répondre en citant

Ce ne sont que des rumeurs, mais du coup les fans vont frétiller (c'est tout ce qu'on leur demande) : il se murmure dans les milieux autorisés que l'épisode pilote d'une nouvelle série du même tonneau devrait bientôt pointer le bout de son nez.



:threemonkeys:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mollows
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 26 Mar 2003
Messages: 13032

MessagePosté le: 19 Mai 2015 17:02    Sujet du message: Répondre en citant

:director: (Big) UP !


_________________
À jamais vainqueur des Koty 2012-2013 et 2013-2014 à la moyenne !
"Le site des KDF ne fera jamais un million de messages." Meem, le 6 janvier 2012.

Le cynisme, voilà l'ennemi !

Ella Fitzgerald - Ding Dong ! The Witch Is Dead
http://www.youtube.com/watch?v=9ngZFRisurU
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Sous le masque des kdfistes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Conditions d'utilisations / Informatique et liberté

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com