Menu
Kamoulox du Foot Index du ForumIndex
FAQFAQ
Guide du KDFGuide
Liste des MembresMembres
Groupes d'utilisateursGroupes
CalendrierCalendrier
StatisticsStats
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
KOTYPronostics
Carte du siteCarte
ConnexionConnexion

Recherche rapide

Recherche avancée

Liens
KamoulCup Brasiou
KamoulCup SiteOfficiel
EuroKamoulCup
KamoulWorldCup
KamoulCup
Cahiers du foot
So Foot
Kamoulox
Carton rouge
1 jour 1 photo
Blog d'Axl

Qui est en ligne
[ Administrateur ]
[ Modérateur ]


Recherche Google
Google

http://www.phpbb.com
Humoristes, Comiques, Comédiens, Guignols
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 57, 58, 59, 60  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Le Café des Arts
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Moser
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 46
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 6317
Localisation: Montepulciano

MessagePosté le: 14 Oct 2013 20:42    Sujet du message: Répondre en citant

Massive a écrit:
Moser a écrit:
Attention c'est du haut vol.


C'est bizarre que Delon ne recadre pas, d'ailleurs. La question sur les rateaux, il pouvait tres bien remettre ca dans un cadre professionel, et ca ouvre un peu la porte a la suite.

Le contexte tele c'est quand meme assez particulier, parce que le presentateur, particulierement sur les sujets culturel, n'a aucune competence. Je n'ai jamais eu une experience plateau TV satisfaisante, mais tu es oblige d'accepter les limites de l'exercice parce que tu fais de l'audience, que c'est un vehicule tres puissant. Enfin si t'es un peu plus puissant que mes collaborateurs, tu peux faire comme Russell Brand sur MSNBC, qui decide de ne plus jouer le jeu. Delon pourrait le faire, aussi, il est assez connu pour, ou alors il se sacrifie pour sa fille.


Désolé mais je n'ai rien compris.
_________________
"Les gens polis nous disent merci" Gégé Holtz.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Massive
Capitaine Comique


Age: 46
Inscrit le: 01 Avr 2003
Messages: 10315

MessagePosté le: 14 Oct 2013 23:02    Sujet du message: Répondre en citant

Moser a écrit:
Massive a écrit:
Moser a écrit:
Attention c'est du haut vol.


C'est bizarre que Delon ne recadre pas, d'ailleurs. La question sur les rateaux, il pouvait tres bien remettre ca dans un cadre professionel, et ca ouvre un peu la porte a la suite.

Le contexte tele c'est quand meme assez particulier, parce que le presentateur, particulierement sur les sujets culturel, n'a aucune competence. Je n'ai jamais eu une experience plateau TV satisfaisante, mais tu es oblige d'accepter les limites de l'exercice parce que tu fais de l'audience, que c'est un vehicule tres puissant. Enfin si t'es un peu plus puissant que mes collaborateurs, tu peux faire comme Russell Brand sur MSNBC, qui decide de ne plus jouer le jeu. Delon pourrait le faire, aussi, il est assez connu pour, ou alors il se sacrifie pour sa fille.


Désolé mais je n'ai rien compris.


Quand on lui demande s'il s'est deja pris des rateaux, il peut tres bien repondre "oui, certains de mes films, sur lesquels je m'etais beaucoup investi personnellement, n'ont pas ete des succes populaires", t'avais grave moyen de raccorder ca a la raison de son passage a la tele.

Comme il repond sur un registre people, bien le type peut y aller de bon coeur derriere. Et la Delon, qui est quand meme une institution, pourrait lui rentrer dans le lard. Sauf sans doute qu'il promeut la piece avec sa fille, et elle il ne veut surtout pas la griller. Donc il joue plus ou moins le jeu.

Russell Brand, lui, n'a pas eu d'etats d'ame.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le bhoy
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox



Inscrit le: 27 Mar 2003
Messages: 4425
Localisation: G40RE / Harp Bar

MessagePosté le: 13 Mar 2014 22:39    Sujet du message: Répondre en citant

Dalhinov a écrit:
le bhoy a écrit:
Dalhinov a écrit:
Bon dans les gamins qui surfent la mousse de la vague Guillon, je vois Barré (vers 13H40 sur C+) et Proust (chez Ardisson le samedi).

Perso, je commence vraiment à accrocher à Barré alors que Proust me casse un peu les noix (pas sûr que son côté J'me la pête soit du [2] en fait.)

Un avis ?


J'ai regardé l'instant Barré quelques temps pour voir, mais ça m'a lassé assez vite. Il n'est pas très original à mon goût, et ses provocs me semblent bien innoffensives au final. De plus, je trouve assez horripilants les rires forcés d'Ali Baddou, qui cherche sans doute à mettre son nouveau chroniqueur en confiance. J'espère pour eux que ça s'améliore, mais moi j'ai arrêté.
Et bien je t'avoue que je ne regarde pas régulièrement mais je trouve qu'il s'améliore, plutôt. Faudrait que je remate Proust, si ça se trouve, lui aussi :D


Je regarde de nouveau Barré depuis quelques temps, et il je reconnais qu'il s'est vraiment amélioré, parfois même vraiment excellent, même qu'Ali Baddou ne force plus systématiquement ses rires. Et de plus en plus original.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Nusra Fat Oliver Kahn
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 44
Inscrit le: 30 Juil 2004
Messages: 17310
Localisation: Bayern de Karachi

MessagePosté le: 13 Mar 2014 23:04    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai entendu Alex Vizorek ce matin pour la première fois. J'ai bien aimé.
_________________
"je vais pas débattre de goûts musicaux avec nusra hein. je pense que c'est le seul qui pourrait me battre par abandon sur ce site"
(Un mayo couine)

R frickin' S

Tu peux craindre l'Iran ou la Russie tout ce que tu veux, mais leur bilan en termes de vies humaines perdues depuis 30 ans est nul
(a massive argument)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
mollows
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 26 Mar 2003
Messages: 13021

MessagePosté le: 19 Fév 2015 9:22    Sujet du message: Répondre en citant

Pas toujours fan des chronique de la dame (Océane Rose Marie) mais celle là est super bien tournée.

:arrow: http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1054509



_________________
À jamais vainqueur des Koty 2012-2013 et 2013-2014 à la moyenne !
"Le site des KDF ne fera jamais un million de messages." Meem, le 6 janvier 2012.

Le cynisme, voilà l'ennemi !

Ella Fitzgerald - Ding Dong ! The Witch Is Dead
http://www.youtube.com/watch?v=9ngZFRisurU
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mollows
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 26 Mar 2003
Messages: 13021

MessagePosté le: 24 Fév 2015 8:23    Sujet du message: Répondre en citant



Gros gros "transfert"
_________________
À jamais vainqueur des Koty 2012-2013 et 2013-2014 à la moyenne !
"Le site des KDF ne fera jamais un million de messages." Meem, le 6 janvier 2012.

Le cynisme, voilà l'ennemi !

Ella Fitzgerald - Ding Dong ! The Witch Is Dead
http://www.youtube.com/watch?v=9ngZFRisurU
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
saco
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 4886
Localisation: champs

MessagePosté le: 27 Oct 2015 11:18    Sujet du message: Répondre en citant

Je découvre avec un peu de retard la série Nathan for you

Ca faisait longtemps que je m'étais pas autant marrer, j'en ai même pleuré par moment. Alors c'est du tout ou rien hein, certains n'esquisseront pas un sourire mais d'autres devraient kiffer. Olaf en fait tu t'appelles Nathan ?

https://www.youtube.com/watch?v=NO8V72pDw1o&list=PLD7nPL1U-R5p2A2PNhFaimVdzjIg6CNpI&index=2

https://www.youtube.com/watch?v=6LpXiCXD0hw&list=PLD7nPL1U-R5p2A2PNhFaimVdzjIg6CNpI&index=21
_________________
" Hatem est un joueur du Real Madrid qui joue à Nice, tant mieux pour Nice. "
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Olaf
Mr Bâtard


Age: 42
Inscrit le: 15 Mai 2003
Messages: 20964
Localisation: au RDC sans ascenseur

MessagePosté le: 27 Oct 2015 18:01    Sujet du message: Répondre en citant

saco a écrit:
Je découvre avec un peu de retard la série Nathan for you

Ca faisait longtemps que je m'étais pas autant marrer, j'en ai même pleuré par moment. Alors c'est du tout ou rien hein, certains n'esquisseront pas un sourire mais d'autres devraient kiffer. Olaf en fait tu t'appelles Nathan ?

https://www.youtube.com/watch?v=NO8V72pDw1o&list=PLD7nPL1U-R5p2A2PNhFaimVdzjIg6CNpI&index=2

https://www.youtube.com/watch?v=6LpXiCXD0hw&list=PLD7nPL1U-R5p2A2PNhFaimVdzjIg6CNpI&index=21


Merci, c'est très très bon :lol:

Celui du vendeur d'alcool est génial : https://www.youtube.com/watch?v=Kv1lSH4hK-w&index=18&list=PLD7nPL1U-R5p2A2PNhFaimVdzjIg6CNpI
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Latrell
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 38
Inscrit le: 03 Fév 2004
Messages: 13641
Localisation: metro, boulot, bistrot

MessagePosté le: 20 Jan 2016 16:29    Sujet du message: Répondre en citant


:|
_________________
Be funk, be drunk
"Si t'as la Win, j'ai la Win" - A.Shackelpopoulos
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
N° 14
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 13
Inscrit le: 05 Aoû 2003
Messages: 18685
Localisation: derrière les fagots

MessagePosté le: 25 Fév 2016 10:39    Sujet du message: Répondre en citant

J'étais emballé par le titre de cet article.
Il est plutôt bien écrit et pas chiant mais j'ai quand même l'impression que l'auteur est rattrapé par des considérations "morales" un peu inadéquates et du coup, rate un peu son exercice de style.

http://www.liberation.fr/debats/2016/02/24/on-peut-rire-de-tout-mais-on-peut-aussi-arreter-de-citer-desproges-n-importe-comment_1435056


Citation:
On peut rire de tout, mais on peut aussi arrêter de citer Desproges n'importe comment

Par Frantz Durupt — 24 février 2016 à 16:20



La fameuse phrase de l'humoriste «on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde», est souvent employée à contresens pour justifier des blagues racistes ou sexistes, et ce alors que Pierre Desproges lui-même n'avait pas l'air tout à fait au clair sur ces sujets.


C’était il y a 33 ans, 5 mois et 5 jours : Pierre Desproges inventait sans le savoir le «point Desproges», dont quiconque a eu une grande discussion sur l’humour, le rire et toutes ces sortes de choses a déjà pu expérimenter la grande force. Le «point Desproges», c’est le moment où quelqu’un, afin de donner de l’autorité à son propos, se réfère à une fameuse phrase de l’humoriste décédé en 1988 des suites d’une maladie courte et rigolote : on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. Ou avec tout le monde. En fait, on ne sait pas trop.

En attendant de se plonger dans la pensée desprogienne pour tenter d’y démêler ce que l’auteur a voulu dire, constatons donc la vigueur avec laquelle cette phrase, devenue d’ailleurs un «dicton» dans de nombreuses bouches, traverse les années. Peut-être même est-elle plus vigoureuse encore aujourd’hui. Sur Twitter, elle revient régulièrement, parfois sous la forme d’un affreux montage, soit pour le plaisir de la citer, soit pour justifier une blague, soit pour… on ne sait pas trop pourquoi. Ici, un membre du parti Les Républicains s’en sert pour accompagner un dessin se moquant d’une surréaction, à ses yeux, contre les crèches de Noël dans les mairies.

Alors, on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui, ou bien on peut rire de tout mais pas avec tout le monde ? Les wikipédiens chargés de la rédaction de la page consacrée à l’humoriste ne savent eux-mêmes pas trop à quelle version se vouer, constatant qu’«avec n’importe qui» devance légèrement «avec tout le monde» dans les résultats de Google.

Un Scrabble avec Klaus Barbie

La réponse est simple, mais elle complique tout : en fait, aucune version n’est la bonne. Pierre Desproges n’a jamais prononcé cette phrase ainsi. Reprenons le texte dont serait issue la formule, en revenant au 29 septembre 1982 (il y a donc 33 ans, 5 mois etc). Pierre Desproges est alors le procureur du Tribunal des flagrants délires sur France Inter, émission dont l’invité du jour est Jean-Marie Le Pen, homme politique d’extrême droite qui commence, à cette époque, à acquérir une certaine notoriété médiatique – et qui, 33 ans etc plus tard, est toujours vivant alors que Desproges, lui, est décédé.



«La présence de monsieur Le Pen en ces lieux voués plus souvent à la gaudriole para-judiciaire pose problème», dit Desproges. D’où cette interrogation : «Les questions qui me hantent […] sont les suivantes. Premièrement, peut-on rire de tout ? Deuxièmement, peut-on rire avec tout le monde ?» A la première question, Pierre Desproges répondra «oui sans hésiter […]». A la deuxième en revanche :

«C’est dur… Personnellement, il m’arrive de renâcler à l’idée d’inciter mes zygomatiques à la tétanisation crispée. C’est quelquefois au-dessus de mes forces, dans certains environnements humains : la compagnie d’un stalinien pratiquant me met rarement en joie. Près d’un terroriste hystérique, je pouffe à peine, et la présence à mes côtés d’un militant d’extrême droite assombrit couramment la jovialité monacale de cette mine réjouie dont je déplore en passant, mesdames et messieurs les jurés, de» etc, etc, (après c’est du Desproges qui fait des phrases trop longues, et on s’en fiche un peu pour cet article).

Près d’un an plus tard, en novembre 1983, Desproges recyclera ce réquisitoire dans son livre Vivons heureux en attendant la mort, au «Chapitre pitre», en l’adaptant pour qu’y disparaisse toute référence à son premier contexte d’énonciation, et en l’agrémentant d’une nouvelle chute plutôt limpide :

«Il vaut mieux rire d’Auschwitz avec un Juif que de jouer au Scrabble avec Klaus Barbie.»

Bref, a priori c’est clair : par souci de décence, mais aussi parce que ce n’est humainement pas très facile, on ne s’esclaffera pas en compagnie d’un raciste, nous dit Pierre Desproges.

Qui est «n'importe qui» ?

Pourtant, sa phrase sera souvent interprétée selon ce que les gens mettent derrière «tout le monde» ou «n'importe qui». Tantôt, ce «n'importe qui» sera les victimes du racisme : on ne fait alors pas de blague raciste en présence d'un Noir, pour ne pas le vexer. «N'importe qui», ça peut également être «tous les gens qui n'ont pas ri à ma blague» : dans ce cas, tant pis pour eux, mais je continue à rire. Ce peut être, plus largement, «les bien-pensants», ceux à cause de qui «on ne peut plus rire de rien». Ou bien, «n'importe qui» ce sont tout simplement «les cons», ceux qui n'ont pas «compris le second degré», qui ne sont pas assez malins pour déceler mon talent d'humoriste. Peut-être Desproges pensait-il aussi à eux, d'ailleurs, à des cons qui lui étaient propres.

Signe de toutes les interprétations possibles, une image postée par un groupe Facebook intitulé «On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui» additionne les sujets dont on peut rire «avec certains» (les Noirs, les homos, les Arabes, les handicapés...) en se demandant de quoi on peut bien rire «avec les autres». Comme si cette liste faisait le tour de tous les sujets pouvant prêter à rire. Comme si, surtout, il y avait urgence à rire de ces choses-là en particulier.

Les personnes qui se revendiquent de la maxime desprogienne ont en effet, souvent, un point commun : ce sur quoi elles veulent faire des blagues avant tout, ce sont les Noirs, les Arabes, les Juifs, les femmes, les homosexuels, etc. Bref, tout ce qui n’est pas un homme blanc hétérosexuel valide. La page Facebook citée plus haut est ainsi une succession de blagues sexistes ou racistes. Mais se revendiquer de Desproges en pareil cas, c'est en réalité faire un «contresens», analyse Florence Leca, maître de conférence à la Sorbonne, spécialiste de la grammaire, co-autrice avec Anne-Marie Paillet, linguiste, maître de conférences à l’ENS, d’un livre sur le style de Desproges, Je suis un artiste dégagé, autant d’informations qui rendent cette phrase un poil trop longue, mais qu'il faut bien donner. «Le bon goût et le mauvais goût ne sont pas subjectifs, ce sont des choses que l’on peut analyser, renchérit Anne-Marie Paillet. Une blague qui ne fait que réciter un point de vue raciste, c’est juste vulgaire».


Le pacte humoristique

Qu’est-ce qui différencie donc Pierre Desproges des autres, ceux pour qui faire de l’humour peut se limiter à réciter des points de vue racistes ? Avant tout, un «pacte humoristique», disent Paillet et Leca : «Pierre Desproges s’est construit un ethos, une manière d’être, qui est un contre-ethos : il présente une personnalité détestable», explique ainsi la première. Il n’a jamais rompu ce pacte, contrairement par exemple à un Dieudonné, qui a fini par inviter le négationniste Robert Faurisson sur une scène. «On peut rire de tout à partir du moment où on s’est bien positionné, quand on a bien réussi à nouer ce pacte humoristique», dit aussi Florence Leca, en rappelant que Pierre Desproges, qui considérait que son premier travail était d’écrire et que le reste était du «service après-vente», «adaptait son humour à chaque média» : radio, télévision, scène, édition… Sur Twitter, où les débats sur l’humour resurgissent régulièrement, ce pacte humoristique est très compliqué à établir, d’où la nécessité pour certaines personnes de préciser qu’elles font du «second degré»… ou d’insulter les gens qui n’ont pas su saisir leur finesse. Qu’aurait fait Pierre Desproges de Twitter ? On a du mal à l’imaginer.

L’éthos détestable de Pierre Desproges a en tout cas séduit beaucoup de monde, tant et si bien que la tentation de reprendre l’humoriste au premier degré l’a emporté chez certains. Ainsi du site Egalité & Réconciliation, propriété du youtubeur antisémite Alain Soral, qui a tenté à plusieurs reprises de capitaliser sur lui, en postant son fameux «sketch sur les Juifs», ou en reprenant ses propos, dans un entretien réalisé en 1986, sur «la prétention qu’ont certains Juifs de détenir la clef de l’humour». Manque de pot, le pauvre Soral a reçu plusieurs courriers des filles de Pierre Desproges, qui ont semble-t-il peu goûté de voir leur père cité sur ce site, et ont fait valoir que les vidéos qu’il reprenait n’étaient pas libres de droit. D’où cette complainte : «Comme, c’est bien connu, nous sommes vraiment n’importe qui, [les filles Desproges] ont décidé de ne pas rire avec nous.» Ce qui est, pour le coup, une bonne interprétation.



Arrêtons-nous un instant, d’ailleurs, sur ce fameux «sketch sur les Juifs» : il est un classique de la complainte selon laquelle «on ne peut plus rien dire» et «personne ne pourrait refaire ça aujourd’hui». Concédons que la seconde proposition est sans doute vraie, vu que ça a déjà été fait. C’est peut-être le moment, aussi, de souligner qu’ici fonctionne à plein le pacte humoristique : quand Pierre Desproges présente ce sketch, en 1986, c’est sur scène, à un public qui le connaît depuis plus d’une décennie, a payé pour le voir, et sait ce qu’il fait là et à peu près ce qui l’attend. Des conditions d’énonciation et de réception qui n’ont donc rien à voir avec la diffusion, après 2010, du même sketch sur un site défendant des idées négationnistes, ou sur une plateforme vidéo. Sur Dailymotion, d’ailleurs, les commentaires ont été supprimés «car les propos racistes pleuvaient de façon consternante». Sur Twitter, Jérôme Bourbon, le directeur du journal révisionniste Rivarol, ne manque jamais une occasion de vanter les mérites de ce sketch et de Pierre Desproges.

«On ne tire pas sur une ambulance, sauf s’il y a Patrick Sabatier dedans»

Voilà pour le pacte humoristique. Mais la vision desprogienne de l’humour peut-elle pour autant se limiter à ce qu’il a dit dans son réquisitoire contre Le Pen ? C’est plus compliqué que cela. Des entretiens avec l’humoriste permettent de se faire une meilleure idée de ce qu’il avait en tête. Il y a par exemple, dans un entretien au Télérama du 24 novembre 1982 (1), paru deux mois après le réquisitoire contre Le Pen, cette explication :

«Je crois qu’on a le droit de rire de tout. Mais rire avec tout le monde, ça, peut-être pas. […] Le rire est un exutoire et je ne comprends pas qu’on dise qu’il ne faut pas rire de ce qui fait mal. Ça fait moins mal quand on en a ri. A la fin de l’été, quelqu’un que j’aimais énormément est mort d’un cancer. Mais le cancer, comme Yves Montand, c’est des choses dont il faut rire. Moi quand je parle de cancer, je parle de mes proches, pas des proches d’autrui.»

Le sous-titre qui surmonte cette réponse est intitulé «On peut rire de tout mais pas avec tout le monde». Peut-être qu’elle se trouve là, dans ce Télérama, l’origine de l’expression telle qu’elle s’est perpétuée. Quatre ans plus tard, en 1986, une autre interview de Pierre Desproges, à Paroles et Musique, entérine la version «avec n’importe qui». Elle permet de mieux comprendre ce que l’humoriste voulait dire, tout en le comprenant moins bien, ce qui n’est pas un mince exploit.

Q : «Je peux rire de tout, mais pas avec n’importe qui ?

R : C’est la formule à laquelle je me tiens. D’ailleurs, je l’ai prononcée la première fois aux Flagrants Délires lorsque nous recevions Le Pen ! Récemment, j’ai refusé d’aller à Moscou pour une émission d’Antenne 2 – une bonne idée, d’ailleurs – qui avait pour but de déconner un peu, dans les rues, avec les Moscovites. J’avais par exemple l’idée d’aller au mausolée de Lénine et de leur demander : "Qu’est-ce qu’on joue ce soir ?"… Seulement, j’ai pas envie de rire avec une situation qui me glace trop. Aller se faire cuire un œuf sur la tombe du soldat inconnu : on risque une nuit de tôle. Pisser sur le tombeau de Lénine : on risque soixante-dix ans de goulag. C’est pas tellement marrant !

Mais j’irai plus loin. Il y a une expression qui dit : "On ne tire pas sur une ambulance". J’ajouterai : "Sauf s’il y a Patrick Sabatier dedans !"… Oui, on ne peut pas rire aux dépens de n’importe qui. On peut rire des forts mais pas des faibles. Par exemple, on n’a pas compris mes blagues à propos des Arabes, et je suis allé m’en expliquer à l’émission Mosaïque.»

Les «signaux d’ironie»

Que retenir de cette interview ? D’abord, que le pauvre Pierre Desproges croit qu’il sera encore possible de passer 70 ans au goulag, alors que l’URSS n’a plus que cinq années à vivre (et lui, deux). Ensuite, qu’on ne comprend pas bien à quoi il fait référence à la fin – nous avons joint l’INA, qui n’a pas retrouvé trace de la présence de Desproges dans un numéro de l’émission Mosaïque, qui était consacrée aux apports de l’immigration, ce qui ne veut pas dire non plus qu'il n'y a jamais participé et qu'il a raconté n'importe quoi. Mais surtout, ceci : Pierre Desproges n’ignore pas, loin s’en faut, que des rapports de domination sont à l’œuvre dans la société. Il y a des «forts» (parmi lesquels Patrick Sabatier, mais aussi les cintres, voir la vidéo ci-dessous), et des «faibles». On peut rire des premiers, pas des seconds, dit-il. Or, entre son époque et la nôtre, la répartition entre forts et faibles n’a pas foncièrement changé, si ce n’est peut-être que Patrick Sabatier est passé de l’une à l’autre des catégories. On peut en fait reprendre la liste dressée un peu plus haut de toutes les catégories de gens dont il serait aujourd’hui impératif de rire : Noirs, Arabes, Juifs, femmes, homosexuels… et ce alors que tous et toutes sont victimes de discriminations très bien ancrées.



Toute la difficulté alors, quand on veut par exemple faire de l’humour sur le racisme, est de signifier que l’on ne rit pas des victimes de ce racisme, mais de ses auteurs. C’est là que le contre-éthos évoqué par Anne-Marie Paillet est capital : quelque chose chez Desproges fait que l’on comprend qu’il se moque des racistes à travers leurs idées. Pour le signifier, il se sert de «signaux d’ironie», souligne Paillet : «exagérations incongrues, non-sens, illogismes, inversion des réalités». Souvent chez Desproges, de grandes phrases finissent par terre, des développement logiques terminent le nez dans le ruisseau, des contrepets surgissent par surprise, et de féroces soldats font rien qu’à mugir dans nos campagnes. Autant d’éléments qui permettent de mettre à distance les horreurs qu’il proclame.

C’est ainsi que fonctionne presque intégralement sa collection de textes, publiés d’abord dans Charlie Hebdo, intitulée Les étrangers sont nuls. C’est ainsi aussi que marche le début du sketch «Les rues de Paris ne sont plus sûres» : après avoir dit «les Arabes…», avec un regard suspicieux, Desproges laisse planer un silence, suggérant qu’on va embrayer sur le cliché selon lequel ils sont responsables de l’insécurité. Au contraire, il s’agit en fait de dire : «n’osent plus sortir seuls le soir».

«C’est quelque chose de monstrueux, qu’on béatifie un clown»

Mais gardons-nous d’une analyse unilatérale : si Pierre Desproges plaît autant, aujourd’hui, dans une société qui penche dangereusement vers une droite de plus en plus radicale, c’est peut-être qu’il a toujours su, aussi, cultiver un «apolitisme» de façade tout en défendant, assez régulièrement, de vraies idées de droite. Comme lorsqu’il parlait de SOS Racisme dans des propos cités par Marie-Ange Guillaume dans sa biographie Desproges, portrait : «J’adhérerai à SOS racisme le jour où vous mettrez un "s" à racisme. Il y a des racistes noirs, arabes, juifs, chinois, et même des ocre-crème et des anthracite-argenté. Mais par chez vous, à SOS Machin, on ne fustige que le Berrichon de base ou le Parisien-baguette. C’est sectaire.» On l’a vu aussi s’emporter, le plus sérieusement du monde, contre les féministes, mais Florence Leca attribue ces emportements à sa haine viscérale de l’engagement militant et des groupes.

Bref. Peut-être est-il possible, maintenant, de résumer en trois temps la pensée desprogienne sur l’humour :

- On peut rire de de tout : cela ne fait guère de doute, c’est la racine commune de toute les versions. Tout, c’est la mort, le cancer, la guerre, Patrick Sabatier, et le fait d’écrire des articles sur ce sujet rebattu.

- On peut rire avec tout le monde, mais «c’est dur» : pas facile en effet de se marrer avec Jean-Marie Le Pen, d’autant que sa propriété de Saint-Cloud doit être sacrément protégée.

- On peut rire de n’importe qui : eh bien, pas vraiment non plus, finalement, puisqu’il faut «rire des forts et pas des faibles». Par conséquent, on a bien le droit de rire de Jean-Marie Le Pen quand il fait des émissions ridicules avec un masque.

Ce qui donne, en une phrase : on peut rire de tout, mais pas vraiment avec tout le monde et pas de n’importe qui, étant donc entendu que le tout dont il est question n’intègre pas tout le monde puisque tous les n’importe qui ne peuvent pas faire l’objet d’un rire que l’on peut difficilement avoir avec tout le monde.

Disons-le autrement, avec Anne-Marie Paillet et Florence Leca : «On peut rire de tout, mais pas n’importe comment». Nous voilà bien avancés. En conclusion, le plus simple est d’arrêter de se servir de Pierre Desproges comme argument d’autorité dans les discussions sur l’humour. Comme le résumait en 2013 la blogueuse A Contrario sur son blog, «il n’y a pas de sacrilège à affirmer que parfois, Desproges pouvait tenir des propos discriminants, et pratiquer un humour oppressif. Son parcours n’est pas exemplaire ; le dire ne constitue pas une offense à sa mémoire.» Après tout, lui-même n’estimait-il pas, à propos de «la béatification» de Coluche, que «c’est quelque chose de monstrueux», «qu’on béatifie un clown» ? Eh bien si, il l'estimait. Quant au mois de mars, on le dit sans arrière-pensée, ça nous étonnerait qu’il passe l’hiver.

(1) Remercions ici Thomas Bécard, de Télérama.fr, et l’équipe de documentation de l’hebdomadaire, qui nous ont permis de mettre la main, ou plutôt la souris, sur cette archive que vous pouvez consulter ici.
Frantz Durupt

_________________
Tant de vies médiocres et si peu de suicides.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
N° 14
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 13
Inscrit le: 05 Aoû 2003
Messages: 18685
Localisation: derrière les fagots

MessagePosté le: 19 Aoû 2016 13:22    Sujet du message: Répondre en citant

Madame Gorafi, je pense que c'est encore plus drôle que le Gorafi.

http://madame.legorafi.fr/2016/08/19/5-types-de-fellations-pour-lui-faire-oublier-que-vous-avez-perdu-son-enfant-au-parc/
_________________
Tant de vies médiocres et si peu de suicides.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
N° 14
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 13
Inscrit le: 05 Aoû 2003
Messages: 18685
Localisation: derrière les fagots

MessagePosté le: 03 Oct 2016 13:21    Sujet du message: Répondre en citant

Ceux qui aiment fiches de lecture, voici une vidéo de jeunesse d'Augustin Shackelpopoulos.
Ca m'a fait pisser de rire.

http://www.dailymotion.com/video/x3ihec4
_________________
Tant de vies médiocres et si peu de suicides.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bernard Fat
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox



Inscrit le: 20 Mar 2010
Messages: 1676
Localisation: Back in black

MessagePosté le: 17 Déc 2016 16:12    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis allé voir Louis C.K. hier au MSG. Déjà je ne pensais pas qu'il était si populaire et il est vraiment à hurler de rire. Gros contraste entre son spectacle et les trucs qu'il teste en bis, le spectacle est vraiment calé au mm.
_________________
"L budget moyen d Clubs d L1 è d l'ordre d 50 m€, l'OM 100 M € 'ASM de 200 ? PsG 550 ?La compétition sportive c nè pas ça." :aulas:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
N° 14
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 13
Inscrit le: 05 Aoû 2003
Messages: 18685
Localisation: derrière les fagots

MessagePosté le: 21 Sep 2017 9:53    Sujet du message: Répondre en citant

La semaine dernière, je suis allé voir Guillermo Guiz (Belge, de la bande à Nagui). Je me suis vraiment beaucoup beaucoup marré. Il y a quelques blagues attendues mais sinon, le gars est bon, a du rythme et n'hésite pas à aborder des sujets pas trop grand public (comme taper la cuisse d'une femme avec sa teub).
Il est à Paris (au point virgule une fois par semaine). Je me demande si ça marche bien avec un public français parce qu'il y a pas mal de trucs belgo-centrés.
_________________
Tant de vies médiocres et si peu de suicides.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ze Mayor Queen
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 23607

MessagePosté le: 21 Sep 2017 11:44    Sujet du message: Répondre en citant

N° 14 a écrit:
La semaine dernière, je suis allé voir Guillermo Guiz (Belge, de la bande à Nagui). Je me suis vraiment beaucoup beaucoup marré. Il y a quelques blagues attendues mais sinon, le gars est bon, a du rythme et n'hésite pas à aborder des sujets pas trop grand public (comme taper la cuisse d'une femme avec sa teub).
Il est à Paris (au point virgule une fois par semaine). Je me demande si ça marche bien avec un public français parce qu'il y a pas mal de trucs belgo-centrés.


:enaccord6:

Je vais y aller.
_________________
Thelin : voyage au bout de l'ennui.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Le Café des Arts Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 57, 58, 59, 60  Suivante
Page 58 sur 60

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Conditions d'utilisations / Informatique et liberté

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com