Menu
Kamoulox du Foot Index du ForumIndex
FAQFAQ
Guide du KDFGuide
Liste des MembresMembres
Groupes d'utilisateursGroupes
CalendrierCalendrier
StatisticsStats
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
KOTYPronostics
Carte du siteCarte
ConnexionConnexion

Recherche rapide

Recherche avancée

Liens
KamoulCup Brasiou
KamoulCup SiteOfficiel
EuroKamoulCup
KamoulWorldCup
KamoulCup
Cahiers du foot
So Foot
Kamoulox
Carton rouge
1 jour 1 photo
Blog d'Axl

Qui est en ligne
[ Administrateur ]
[ Modérateur ]


Recherche Google
Google

http://www.phpbb.com
Histoire
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 94, 95, 96
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Agora
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 46
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 25589
Localisation: au bord du Lac

MessagePosté le: 18 Avr 2018 8:30    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis sûr que je vais trouver l'expert qui va m'éclairer.

Depuis quelques mois sur différentes émissions sur diverses thématiques, j'ai l'impression que reviennent systématiquement sur le tapis des points de vue universitaires sur la construction de l'identité nationale/nationaliste/identitaire / du nationalisme (ça dépend de l'intervenant, du contexte et de son opinion) avec une vision qui me parait 'condescendante' (mais je ne sais pas si c'est fondamentalement de la condescendance d'une "vieille" nation - on y reviendra plus bas- ou si c'est un biais historiographique), de façon exogène dans certains territoires.

Je m'explique : sur l'Ukraine, les pays baltes ou même d'Europe Centrale, sur la Catalogne, à chaque fois, que l'intervenant soit historien, polititologue, géographe, sociologue, favorable ou non aux mouvements dont il parle, il présente ces cultures/identités culturelles/identités nationales comme des constructions nées au XIXe de mouvements souvent d'origine romantiques et intellectuels et semble par ce propos dénaturer la légitimité de ces identités ou en tout cas leur "réalité historique".

Ma question aux experts : En quoi est ce si différent de ce qu'on a vécu dans notre pays (pour rester centrer) au XIXe avec la construction du roman national et de l'identité nationale française? Quelle est la différence entre ces peuples qui ont construit une historiographie, voire une langue, au XIXe siècle et ce que la IIIe république (en particulier) a fait en France? *

* Je pense qu'on pourrait l'étendre à d'autres nations, mais je connais moins la construction de la nation ou de l'identité nationale dans les autres pays historiques (puisque c'est un peu ça l'enjeu: pays historique versus pays construit récemment)
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nusra Fat Oliver Kahn
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 45
Inscrit le: 30 Juil 2004
Messages: 17347
Localisation: Bayern de Karachi

MessagePosté le: 18 Avr 2018 10:00    Sujet du message: Répondre en citant

Agora a écrit:
Je suis sûr que je vais trouver l'expert qui va m'éclairer.

Depuis quelques mois sur différentes émissions sur diverses thématiques, j'ai l'impression que reviennent systématiquement sur le tapis des points de vue universitaires sur la construction de l'identité nationale/nationaliste/identitaire / du nationalisme (ça dépend de l'intervenant, du contexte et de son opinion) avec une vision qui me parait 'condescendante' (mais je ne sais pas si c'est fondamentalement de la condescendance d'une "vieille" nation - on y reviendra plus bas- ou si c'est un biais historiographique), de façon exogène dans certains territoires.

Je m'explique : sur l'Ukraine, les pays baltes ou même d'Europe Centrale, sur la Catalogne, à chaque fois, que l'intervenant soit historien, polititologue, géographe, sociologue, favorable ou non aux mouvements dont il parle, il présente ces cultures/identités culturelles/identités nationales comme des constructions nées au XIXe de mouvements souvent d'origine romantiques et intellectuels et semble par ce propos dénaturer la légitimité de ces identités ou en tout cas leur "réalité historique".

Ma question aux experts : En quoi est ce si différent de ce qu'on a vécu dans notre pays (pour rester centrer) au XIXe avec la construction du roman national et de l'identité nationale française? Quelle est la différence entre ces peuples qui ont construit une historiographie, voire une langue, au XIXe siècle et ce que la IIIe république (en particulier) a fait en France? *

* Je pense qu'on pourrait l'étendre à d'autres nations, mais je connais moins la construction de la nation ou de l'identité nationale dans les autres pays historiques (puisque c'est un peu ça l'enjeu: pays historique versus pays construit récemment)


Premier élément de réponse (très incomplet):
En France, l'État (construction politique) a précédé la Nation (construction... hum, sociéto-identitaire?) de plusieurs siècles. Il y a d'autres exemples, mais la France est un peu caricaturale. A l'inverse, les nationalismes du XIXe siècle se sont souvent construits en opposition à des structures étatiques, le plus souvent des empires (ottoman, tsariste, austro-hongrois...).
Dans le premier cas, on parle de l'absorption de l'idée de Nation par l'Etat, dans l'autre, le roman national émerge en conflit avec l'Etat.
_________________
"je vais pas débattre de goûts musicaux avec nusra hein. je pense que c'est le seul qui pourrait me battre par abandon sur ce site"
(Un mayo couine)

R frickin' S

Tu peux craindre l'Iran ou la Russie tout ce que tu veux, mais leur bilan en termes de vies humaines perdues depuis 30 ans est nul
(a massive argument)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Maxime
Judas



Inscrit le: 18 Juin 2003
Messages: 5407

MessagePosté le: 18 Avr 2018 10:46    Sujet du message: Répondre en citant

Nusra Fat Oliver Kahn a écrit:
Agora a écrit:
Je suis sûr que je vais trouver l'expert qui va m'éclairer.

Depuis quelques mois sur différentes émissions sur diverses thématiques, j'ai l'impression que reviennent systématiquement sur le tapis des points de vue universitaires sur la construction de l'identité nationale/nationaliste/identitaire / du nationalisme (ça dépend de l'intervenant, du contexte et de son opinion) avec une vision qui me parait 'condescendante' (mais je ne sais pas si c'est fondamentalement de la condescendance d'une "vieille" nation - on y reviendra plus bas- ou si c'est un biais historiographique), de façon exogène dans certains territoires.

Je m'explique : sur l'Ukraine, les pays baltes ou même d'Europe Centrale, sur la Catalogne, à chaque fois, que l'intervenant soit historien, polititologue, géographe, sociologue, favorable ou non aux mouvements dont il parle, il présente ces cultures/identités culturelles/identités nationales comme des constructions nées au XIXe de mouvements souvent d'origine romantiques et intellectuels et semble par ce propos dénaturer la légitimité de ces identités ou en tout cas leur "réalité historique".

Ma question aux experts : En quoi est ce si différent de ce qu'on a vécu dans notre pays (pour rester centrer) au XIXe avec la construction du roman national et de l'identité nationale française? Quelle est la différence entre ces peuples qui ont construit une historiographie, voire une langue, au XIXe siècle et ce que la IIIe république (en particulier) a fait en France? *

* Je pense qu'on pourrait l'étendre à d'autres nations, mais je connais moins la construction de la nation ou de l'identité nationale dans les autres pays historiques (puisque c'est un peu ça l'enjeu: pays historique versus pays construit récemment)


Premier élément de réponse (très incomplet):
En France, l'État (construction politique) a précédé la Nation (construction... hum, sociéto-identitaire?) de plusieurs siècles. Il y a d'autres exemples, mais la France est un peu caricaturale. A l'inverse, les nationalismes du XIXe siècle se sont souvent construits en opposition à des structures étatiques, le plus souvent des empires (ottoman, tsariste, austro-hongrois...).
Dans le premier cas, on parle de l'absorption de l'idée de Nation par l'Etat, dans l'autre, le roman national émerge en conflit avec l'Etat.

En complément, au XIX siècle se sont développées des 'cultures' nationales en Europe (grands ancêtres, langues, traditions, folklore...) en partie en réaction à l'hégémonie de la culture classique (gréco-romaine) et française. En fonction des zones, les langues se sont développées en réaction aux empires (comme le dit Nusra) ou aux dominations territoriales (Scandinavie).
Ce mouvement de construction identitaire a commencé en Angleterre et en Allemagne. En France, on a suivi le mouvement, redécouverte des traditions régionales, du breton descendant direct du celte, des grands anciens (nos ancêtres les gaulois...).
Et chacun pouvait en faire une lecture différente entre création de nation, aspiration à la liberté des peuples et dérives nationalistes. Du principe d'origine commune indo-européenne on a dérivé à la notion de race aryenne supérieure.
Un livre un peu chiant mais néanmoins très intéressant sur ce thème : La création des identités nationales écrit par Anne-Marie Thiesse.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 94, 95, 96
Page 96 sur 96

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Conditions d'utilisations / Informatique et liberté

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com