Menu
Kamoulox du Foot Index du ForumIndex
FAQFAQ
Guide du KDFGuide
Liste des MembresMembres
Groupes d'utilisateursGroupes
CalendrierCalendrier
StatisticsStats
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
KOTYPronostics
Carte du siteCarte
ConnexionConnexion

Recherche rapide

Recherche avancée

Liens
KamoulCup Brasiou
KamoulCup SiteOfficiel
EuroKamoulCup
KamoulWorldCup
KamoulCup
Cahiers du foot
So Foot
Kamoulox
Carton rouge
1 jour 1 photo
Blog d'Axl

Qui est en ligne
[ Administrateur ]
[ Modérateur ]


Recherche Google
Google

http://www.phpbb.com
Pavés, humeurs et opinions
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 69, 70, 71  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Mon ego et moi
Juste blasé


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 30098
Localisation: A la croisée des chemins qui ne mènent nulle part.

MessagePosté le: 20 Juin 2003 1:17    Sujet du message: Pavés, humeurs et opinions Répondre en citant

Libre tribune à celles et ceux qui souhaitent libérer des états d'âme massifs ici, indépendemment de la longueur des posts...
_________________
:byebye:
(Mais je lis mes MP)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Mon ego et moi
Juste blasé


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 30098
Localisation: A la croisée des chemins qui ne mènent nulle part.

MessagePosté le: 20 Juin 2003 1:17    Sujet du message: Répondre en citant

Paris, le 13 juin 2003.

« Dos à dos. »
Grenelle, notre nouvelle Bastille.

Vendredi treize juin. Une date qui fascine ceux que la superstition a perdus au détour d’un quelconque fétichisme numérique. La Guematria du nombre 13 est plus que faste, elle est tout simplement divine. Par contre, je n’en connais aucune autour du nombre 37,5. A ma grande surprise tant il a pris une tournure quasi mystique ces dernières semaines. A ce magique 37,5, je réponds 80. N’ayant jamais été un assidu des salles des ventes, où des vies entières sont sciemment démantelées et éparpillées au gré d’un acheteur lui aussi frappé par son fétichisme lorsque la chose vendue a appartenu à quelque célèbre personne. Les cendres matérielles d’André Breton ont été dispersées il y a quelques semaines dans la mer de l’égoïsme « appropriateur » de quelques admirateurs autoproclamés du surréaliste, sous la forme de cette dispersion. Les cendres matérielles de la société solidaire qui pouvait exister autrefois dans les frontières exiguës de notre cher Hexagone suivent le même chemin. Tout est à tous donc ses parties pourraient revenir individuellement à chacun, c’est le programme actuel de destruction de feu notre Etat providence.

Feu notre Etat providence. Aujourd’hui et depuis un peu plus d’un mois, la colère monte, comme la lave dans un volcan. Pour éclater ? Faire exploser la montagne rouge ? Que nenni, pour se heurter désespérément dans le mur d’un gouvernement bien faible. Dos à dos, ce n’est pas un titre lancé à la cantonade. Dos à dos, c’est finalement la situation dans laquelle je renvoie ces syndicalistes céphalopodes et jusqu’au-boutistes et ce gouvernement enfermé dans le repli autistique du veston premier ministériel. Pour n’avoir jamais eu le courage d’affronter la réalité en face, c’est-à-dire que travailler quarante ans dans une vie qui en dure le double n’a moralement rien de choquant, la gauche, y compris le parti auquel je continue d’adhérer, succombe dans une attitude de Cassandre. « Vous détruisez la solidarité nationale !» entend-on ici ou là. Exact, la droite se moque éperdument de la solidarité et ce n’est pas nouveau. De qui cela vient-il ? Du leader du Parti Socialiste, un affidé de l’ancien premier ministre qui gouvernait au rythme des sondages. Pourquoi s’être obstiné, tant que l’on forçait le pays à se limiter à trente-cinq heures hebdomadaires, à ne pas en profiter pour allonger la durée de travail et de cotisation : vous travaillerez moins chaque semaine mais pendant plus d’années. Après tout, la réduction de la durée hebdomadaire est un progrès social indéniable, auquel les conservateurs de tout crin répondent systématiquement que tout allait bien jusqu’à ces maudites mesures. Y compris quand il s’agissait de ne travailler que douze heures par jour. Du même côté de la barrière, quelques syndicats extrémistes. SUD, CNT, UNSA, CGT… cécité et surdité, égoïsme et démagogie, tels sont leurs points cardinaux. Comment juger si une manifestation est bonne ou utile ? A l’aune de son affluence. Si une grève est profitable à la société ? A la nuisance immédiate qu’elle aura généré, sans chercher si en retour, un quelconque bénéfice a pu en être tiré, par-delà la fierté de mobiliser quelques moutons de Panurge en quête des vacances.

Feue la cohésion sociale. Si tant est qu’il en restât encore quelque chose, ce dont il est permis, voire vivement conseillé, de douter. La droite tire à boulets rouges sur l’Etat. A-t-elle été élue pour cela ? Nullement, elle est au pouvoir par la disgrâce d’un concours de circonstance, qu’elle a brillamment passé. Et pour le coup, si sa victoire à la Pyrrhus est surtout due au hasard, elle en profite pour se lancer dans la politique la plus conservatrice qui soit. Démanteler soigneusement ce qui restait de service public, tout mettre en concurrence, les universités entre elles (comme si elles ne l’étaient pas déjà) et bientôt la Poste avec la Poste… Et dresser les citoyens les uns contre les autres, les fonctionnaires jetés en pâture aux salariés du privé qui ne peuvent travailler, les grévistes contre les non grévistes, les voisins de palier entre eux aussi…

La logique marchande est poussée à l’extrême, où chaque produit se caractérise par les avantages que son achat peut procurer au client. Y compris l’enseignement. Mais du coup, si l’enfant à qui on prétend apprendre un minimum de choses pour qu’il comprenne le monde qui l’entoure, si à cet enfant on ne propose que du prêt à penser facile et aisément manipulable, parce qu’il reste le client et que le client est roi, que restera-t-il plus tard ? Un fatras de néant intellectuel, une réflexion réduite à sa plus simple expression. Curieusement, je ne suis pas en colère contre la réforme du régime de retraites. Voir des quinquagénaires brillants sur le carreau me fait honte, parce que ce pays consacre le trentenaire. Quand la retraite pourra se prendre à 70 ans, que diront nos chers DRH virés à 52 ans et qui luttent pour retrouver un emploi, avec la jouissance anticipée pour votre humble serviteur de croiser les collabos des entreprises qui lui ont fermé la porte quand il y a frappé, je redirai ce que je pense d’eux : « et toi, sinistre face, la première femme qui t’a fait connaître les joies du s.e.x.e, t’a-t-elle dit « tu n’as pas d’expérience, rhabille-toi ! » ? ». Celui-là, alors, aura encore l’espoir de retravailler. Et pour recruter qui ? Le post-adolescent à peine sorti de mièvres études où on lui aura appris des techniques, mais jamais à essayer de dépasser ces connaissances limitées. Parce qu’au collège, on lui aura présenté comme modèle de texte argumentatif un encart publicitaire perdu au détour d’un magazine. Professeurs qui êtes dans la rue, pouvez-vous encore vous regarder en face, quand vous succombez au règne de la médiocrité qui vous fait oublier ce qu’est un texte argumentatif ? J’espère que non. « J’accuse » est un texte argumentatif. Le « Manifeste du Parti communiste » est un texte argumentatif. La publicité, que vous forcez vos élèves à analyser, n’est pas un texte argumentatif. C’est du prêt à consommer, du facile, de l’instantané, de l’immédiat. Demain, que leur restera-t-il quand ils liront dans la presse (si à cette époque il en réapparaît une digne de ce nom) une déclaration d’un homme politique (ne serait-ce pas un texte argumentatif par hasard ?) ou la réaction d’un penseur à un autre penseur, argumentant sur leur réflexion ? Rien, puisque tout ce qu’ils auront connu de texte argumentatif était le publicité pour la dernière voiture de ce constructeur japonais ou la crème fraîche sado-masochiste d’un crétin publicitaire à la sexualité trop bridée…

Pourquoi ce coup de gueule maintenant contre les profs et le gouvernement, que je renvoie donc finalement dos à dos ? Pas plus tard qu’hier (pas plus tôt non plus d’ailleurs), en donnant un de ces cours de soutien à un gamin promis au plus bel avenir tracé par ses parents et sans le concours de l’abrutissement national de l’Ecole républicaine, son conseil de classe passé, il me demande une aide sur ses devoirs du lendemain. Sans enthousiasme de sa part lorsqu’il me détaille ces devoirs par le menu, et pour cause. Presque honteux et partageant à 13 ans l’opinion socialiste de ses parents et de son enseignant occasionnel, il me dit devoir étudier un texte argumentatif, en se limitant à cette maudite réclame. Je ne pus retenir ma réponse plus longtemps et lui expliquai le problème moral que cela me posait. O toi, pauvre connard qui élabore les programmes stupides que ces mômes doivent ingurgiter, as-tu pensé à les élever, ces petits ? Non, tu les rabaisses à n’apprendre que des savoirs utiles, c’est-à-dire déjà datés par une époque qui ne sera plus la leur quand ils seront les acteurs de ce monde. Tu leur fais comprendre que ces inepties commerciales sont donc la réalité, celle que ton regard étroit perçoit comme telle, du moins. Tu oublies surtout que ce qu’on t’a appris, à toi, t’a permis de dire : ceci est un exemple à transmettre, cela ne l’est pas. Que sauront-ils des Anciens ? Rien ou peu s’en faut. Ils sauront rédiger une réclame, mais n’arriveront jamais à prendre la moindre distance, le plus petit recul face à ce monde, pour essayer de le comprendre. Tu as peur de perdre ta place, sacro-sainte ordure de la rue de Grenelle ? Dégage, ou ils te dégageront ! Et crois-moi, je ne me gênerai pas pour te conduire sur l’échafaud de ta honte, celle où tu seras exposé en public comme une bête de cirque, en bon soldat de l’abrutissement national.

Mes chers amis révolutionnaires, vous rêvez de lendemains qui chantent ? Vous voulez toujours prendre une Bastille ? Rendez-vous rue de Grenelle ! Le ministère de l’éducation nationale sera notre Bastille, et cette prise-là, et seule cette prise-là doit-on dire, pourra sauver l’humanité qui grandit bien malgré elle dans ce pays !
_________________
:byebye:
(Mais je lis mes MP)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
nonoz
Fond de tiroir


Age: 40
Inscrit le: 16 Juin 2003
Messages: 8624
Localisation: MONTREUIL93

MessagePosté le: 20 Juin 2003 1:52    Sujet du message: Répondre en citant

tes trois premiers paragraphes semblent plus reagir a un ras le bol de ta part, et une reaction qui tape un peu sur toutes les parties pour dire que finalement leur facon d agir nest pas constructive.. cest ce que je ressens en tout cas!

a la fin je rejoins totalement ton texte ( ca fait du bien de "materialiser ses idees)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mon ego et moi
Juste blasé


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 30098
Localisation: A la croisée des chemins qui ne mènent nulle part.

MessagePosté le: 20 Juin 2003 1:56    Sujet du message: Répondre en citant

Paris, le 20 juin 2003

« Bis repetita »

Sans vouloir paraître verser dans une paranoïa de mauvais aloi, je vais finir par croire que le Ministère de l’Education Nationale, direction des programmes, m’en veut. Pas seulement à moi, plutôt aux chères têtes blondes qu’elle abrutit. Blondes, brunes, rousses ou chauves, voire verts à pois roses, sait-on jamais, il n’y a jamais d’exclusive dans ce genre de cas. Vendredi dernier, j’écrivais un modeste papier sur les maltraitances infligées à ces chers gamins par quelques crétin décérébré qui prétend que le texte argumentatif s’illustre à merveille dans la réclame. Passons, je ne vais pas encore argumenter sur le sujet.
En revanche et je bondis à nouveau quand, c’est le cas de le dire, j’apprends qu’il ne faut plus parler de ballon. Mais de « référentiel bondissant ». Curieusement, ma jeunesse passée à jouer au ballon ovale, pardon au référentiel bondissant ovoïde ne m’a pas laissé de souvenir pareil. A l’époque, je courais de mes courtes jambes pour aplatir le ballon dans l’en-but adverse. Aujourd’hui, je risquerais « d’appliquer un mouvement vertical du haut vers le bas à un référentiel bondissant dans la zone du terrain située au-delà de la ligne passant aux pieds des poteaux. » Ou quelque chose d’aussi ridicule. Vous entendez les commentateurs de sports de ballon rapides, comme le basket, parler de référentiel bondissant quand ce dernier doit traverser l’arceau une centaine de fois par match… bref, ça c’est pour notre cher référentiel bondissant.
Plus lointainement dans le temps, une amie institutrice, qui aime encore les enfants et pas les syndicats (si, si ça existe encore, je vous promets) m’expliquait les axes autour desquels tournait le programme de grande section de maternelle. Impressionnant dans la formulation, je ne sais pas si l’imbécile qui a trouvé les expressions utilisées a étudié la communication, la publicité ou la science politique, bref, on lui a appris à nommer un chat « mammifère quadrupède poilu, griffu et miaulant » et maintenant il récite fidèlement sa leçon, en soldat de plomb de la stupidité administrative et anti-éducative. En tout état de cause, le petit enfant n’apprend pas à se comporter en groupe mais à « évoluer en société » et autres niaiseries du genre. Le pauvre ! Et encore, il n’a pas encore subi la méthode globale pour apprendre à lire, étron pseudo-pédopsychologique négateur de nos civilisations où la lettre représente un son et où pour lire il faut donc arriver à coordonner ces sons. Non, là on lui fait reconnaître des mots. Tant est si bien qu’une fois apparus de nouveaux mots, notre enfant ne sait plus lire…
Allez, plus récemment et c’est ce qui aiguise ma colère, un sujet de bac français, jeté en pâture à des adolescents pleins de bonne volonté et qui aimeraient sans doute manier leur propre langue avec aisance. Ce sujet, prétendument d’invention, était une campagne publicitaire sur une exposition ou un salon avec lequel on n’était pas forcément d’accord. Encore du texte argumentatif comme on dit au 110, rue de Grenelle. Et surtout, de la technique pure, un de ces simili-savoirs qui disparaîtront sous peu, une fois ces enfants sur le marché du travail. Par contre, on ne leur aura pas appris à exprimer leur imagination, souvent fertile, on aura brimé leur créativité, on aura castré leur élan créateur pour mieux les faire tenir dans les moules étriqués des besoins immédiats du marché du travail, conjugués avec les marottes du moment. Triste époque, merci papa et merci maman de m’avoir épargné ça, de m’avoir fait lire ce que je ne voulais pas lire jusque vers l’âge de seize ans, quand je fus soudain pris d’une boulimie littéraire toujours pas éteinte près de dix ans plus tard. Et il faudrait sauver cette administration ? Mais non, chers amis, qu’elle s’effondre sous le poids de ses incohérences, qu’elle disparaisse corps et biens avec tous les méfaits qu’elle aura causés chez la plupart de ses victimes, pardon, usagers. Et les générations futures ? m’entends-je dire… Croyez-vous un instant, et sans rire en me regardant les yeux dans les yeux, que celles actuelles gagnent encore quelque chose, d’un point de vue de connaissances et de possibilités de réflexion, à user leurs pantalons sur les chaises de classe ? Je crains devoir répondre par la négative, hélas. Génération sacrifiée sur l’autel de l’incurie gouvernementale sans cesse répétée, elle aurait mieux à faire de suivre les conseils de ses profs de philosophie qui les guideront vraisemblablement mieux vers les vastes champs de la connaissance, d’eux-mêmes et par leur propre volonté qu’en ânonnant quelque programme prédigéré par des fonctionnaires dont l’inculture ferait peur au premier venu. Même à Claude Allègre. Un mammouth qui veut réformer le mammouth, ç’avait de la gueule, plus qu’un sinistre de l’intérieur qui vole au secours d’un pseudo-philosophe parachuté à l’Education pour donner une caution lettrée à un gouvernement où les idiots sont légion, hormis les deux personnages cités…
Bref, nos ignares ministériels nous concoctent l’école dont ils rêvent, celle qui leur permettra de briller en société face à ces jeunes blancs-becs quand eux auront toute la surface du crâne grisonnante ou luisante… Je m’arrête là, les vapeurs russes de vodka embrument encore plus mon esprit que de raison. Je vais me coucher, il est sans doute l’heure !
_________________
:byebye:
(Mais je lis mes MP)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Mon ego et moi
Juste blasé


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 30098
Localisation: A la croisée des chemins qui ne mènent nulle part.

MessagePosté le: 20 Juin 2003 2:00    Sujet du message: Répondre en citant

petit détail : les lucarnes sont proscrites de ce fil... cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant...
_________________
:byebye:
(Mais je lis mes MP)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
nonoz
Fond de tiroir


Age: 40
Inscrit le: 16 Juin 2003
Messages: 8624
Localisation: MONTREUIL93

MessagePosté le: 20 Juin 2003 2:35    Sujet du message: Répondre en citant

edifiant... une pensee bien elaboree quoi que parfois emportee sous le coup d une colere.

ahh la methode globale, deux amies instites avec qui j en avait parle en pensaient exactement la meme chose que toi (et moi)...

je me demande comme toi (mais peut etre sans l affirmer) si on essaie pas d abrutir nos cheres tetes blondes en les forcant de moins en moins a apprendre a reflechir, mais en meme temps cest peut etre aussi penser qu elles nen ont pas la capacite(dy remedier)... alors qu en savons nous?

sinon c bien beau d avoir envie que ce systeme s effondre (encore que j extrapole surement ce que tu voulias dire), mais pour le remplacer par quoi? surement pas par ca que je crois voir venir!!! enfin bon, ne nous laissons pas abattre

Merci pour ces 2 paves, je les trouve interressant
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Axl
Suprême Baboon


Age: 31
Inscrit le: 27 Mar 2003
Messages: 25061
Localisation: Palace of wisdom

MessagePosté le: 20 Juin 2003 9:47    Sujet du message: Répondre en citant

Tu touches à mon avis juste sur pas mal de points (notamment la politique actuelle de la droite et celle, passée, de la gauche), mais je ne comprends pas pourquoi tu identifies autant les profs aux programmes... J'au un peu l'impression que ça soit le fruit d'un énervement contre quelques cas isolés...
Et je trouve dommage qu'en sous-main, il y ait encore (mais peut-être me trompe-je) cette image du prof syndiqué gréviste branleur qui n'aime pas les enfants, auquel tu opposes ta copine comme élément rare et en voie de disparition... Ne succomberais-tu point là toi-même à cette division sociétale que la droite au pouvoir cherche à imposer? :wink:
Et je suppose que "laissons cette administration pourrie s'effondrer" et "les générations actuelles n'apprennent absolument rien" relèvent davantage de l'enragement vodkaïsé que du projet de réforme.... :wink:

PS: non je ne suis pas prof. :D
_________________
Katch ze tableau en ligne, venez nombreux!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Mon ego et moi
Juste blasé


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 30098
Localisation: A la croisée des chemins qui ne mènent nulle part.

MessagePosté le: 20 Juin 2003 10:00    Sujet du message: Répondre en citant

je suis désolé de l'identification si tu la perçois comme telle. mais je pense malgré tout qu'une bonne proportion de profs sont là par hasard, sans avoir la moindre apacité à enseigner quoi que ce soit. les programmes, lorsqu'ils en deviennent choquants de stupidité, doivent aussi occasionner chez les enseignants sérieux un refus clair et net. l'allègement démagogique, qui est une réalité, me choque considérablement... quant à la volonté de voir le système tomber, c'est malheureusement la seule solution pour le remettre d'aplomb. (mes restes révolutionnaires qui reprennent le dessus ;-))
_________________
:byebye:
(Mais je lis mes MP)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Mon ego et moi
Juste blasé


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 30098
Localisation: A la croisée des chemins qui ne mènent nulle part.

MessagePosté le: 20 Juin 2003 17:00    Sujet du message: Répondre en citant

LaTronche a écrit:
Mon ego et moi a écrit:
A ce magique 37,5, je réponds 80. [...]Pour n’avoir jamais eu le courage d’affronter la réalité en face, c’est-à-dire que travailler quarante ans dans une vie qui en dure le double n’a moralement rien de choquant, la gauche, y compris le parti auquel je continue d’adhérer, succombe dans une attitude de Cassandre.

Si tu ne sais pas quoi faire, tu peux aller faire un tour sur le forum Éconocroques (que tu as d'ailleurs fondé). Il s'y trouvent un certain nombre d'arguments expliquant pourquoi l'allongement de la durée du travail n'est pas nécessaire, sauf pour les nantis qui, effectivement, préfèrent que "leurs gens" travaillent plus longtemps.
Ensuite, c'est pas 40 ans, mais 42 ans. De plus, l'espérance de vie n'est pas la même suivant les catégories sociales (devine lesquelles vivent le moins vieux).
J'ai commencé à travailler il y a 19 ans. La durée de cotisation était alors de 37,5 années. Calculons la tendance :
    :arrow: au bout de 10 ans, + 2,5 => 40 ans de cotisation ;
    :arrow: au bout de 20 ans, + 2,0 => 42 ans ;
    :arrow: au bout de 30 ans, + 2,5 => 44,5 ans ;
    :arrow: au bout de 40 ans, + 2,0 => 46,5 ans.

Donc, ayant commencé à travailler à 24 ans, je pourrais partir à la retraite à 70,5 ans.
Remarque, ça me laisse 10 ans pour faire grabataire...


forcément si tu retiens un seul morceau de ma phrase, ça rime à rien. je dis que travailler la moitié de sa vie n'est pas indécent. point. si on vit 90 ans (en bonne santé s'entend et c'est le mouvement actuel) il n'y aura rien de choquant à travailler 45 ans. d'une manière générale, évidemment, la pénibilité de la tâche doit être prise en compte. mais comment l'évaluer ???
_________________
:byebye:
(Mais je lis mes MP)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Mon ego et moi
Juste blasé


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 30098
Localisation: A la croisée des chemins qui ne mènent nulle part.

MessagePosté le: 20 Juin 2003 19:23    Sujet du message: Répondre en citant

l'exemple est un peu limite mais admettons. suppose que le progrès technique se répande. tu veux continuer à travailler, donc à vendre ce que ta boite produit (matériel ou immatériel). pour ça, tu fais comment ? tu bosses un peu histoir de dire ou tu profites de tes performances accrues pour vendre plus, donc au passage engager du monde pour fabriquer et vendre et concevoir un truc encore mieux ? personnellement, je ne vois pas de raison fondamentale à limiter le progrès en tant que tel (donc pas les abominations commises en son nom en Roumanie ou ailleurs). sans quoi on en resterait à l'âge de pierre et on connaitrait juste le village voisin.
donc dans ton exemple, je me dis que je vais peut-être essayer de tondre d'autres pelouses. ou faire autre chose. mais tu veux en venir où précisément, parce qu'à force de malaxer ton post, je sais plus trop à quoi il amène...
_________________
:byebye:
(Mais je lis mes MP)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
nonoz
Fond de tiroir


Age: 40
Inscrit le: 16 Juin 2003
Messages: 8624
Localisation: MONTREUIL93

MessagePosté le: 20 Juin 2003 19:26    Sujet du message: Répondre en citant

je pense qu il veut dire que si tu doit produire la meme chose et qu avec le gain de productivite acquis grace au progres il est illogique de travailler plus longtemps
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mon ego et moi
Juste blasé


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 30098
Localisation: A la croisée des chemins qui ne mènent nulle part.

MessagePosté le: 20 Juin 2003 19:29    Sujet du message: Répondre en citant

auquel cas je réponds dans mon premier paragraphe.
_________________
:byebye:
(Mais je lis mes MP)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
nonoz
Fond de tiroir


Age: 40
Inscrit le: 16 Juin 2003
Messages: 8624
Localisation: MONTREUIL93

MessagePosté le: 20 Juin 2003 19:48    Sujet du message: Répondre en citant

je dirai avant tout (dans le raisonnement) qu il est faux de dire quil est necessaire de travailler plus et non pas de chercher quoi faire grace a ce gain de temps (pourquoi toujours chercher a produire!! contentons nous de faire un e sieste!!)

enfin voila voila c ce que jai cru comprendre
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Enzo El Principe
Vainqueur du KOTY-Italie
Vainqueur du KOTY-Italie



Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 4095
Localisation: Marseille / River Plate

MessagePosté le: 20 Juin 2003 19:56    Sujet du message: Répondre en citant

ET PAN !


_________________
Vainqueur du KOTY - Calcio 2003-2004
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Enzo El Principe
Vainqueur du KOTY-Italie
Vainqueur du KOTY-Italie



Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 4095
Localisation: Marseille / River Plate

MessagePosté le: 20 Juin 2003 19:57    Sujet du message: Répondre en citant

Ben quoi ? J'étais d'humeur à la lulu, donc je suis bien dans le topic du fil. :lol: :P :twisted: :twisted:
_________________
Vainqueur du KOTY - Calcio 2003-2004
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 69, 70, 71  Suivante
Page 1 sur 71

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Conditions d'utilisations / Informatique et liberté

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com