Menu
Kamoulox du Foot Index du ForumIndex
FAQFAQ
Guide du KDFGuide
Liste des MembresMembres
Groupes d'utilisateursGroupes
CalendrierCalendrier
StatisticsStats
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
KOTYPronostics
Carte du siteCarte
ConnexionConnexion

Recherche rapide

Recherche avancée

Liens
KamoulCup Brasiou
KamoulCup SiteOfficiel
EuroKamoulCup
KamoulWorldCup
KamoulCup
Cahiers du foot
So Foot
Kamoulox
Carton rouge
1 jour 1 photo
Blog d'Axl

Qui est en ligne
[ Administrateur ]
[ Modérateur ]


Recherche Google
Google

http://www.phpbb.com
Les meilleurs pitchs
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Le Café des Arts
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Axl
Suprême Baboon


Age: 31
Inscrit le: 27 Mar 2003
Messages: 25061
Localisation: Palace of wisdom

MessagePosté le: 27 Oct 2010 16:58    Sujet du message: Les meilleurs pitchs Répondre en citant

Les sites de ciné regorgent de pitchs de films, je vous propose ici de compiler les meilleurs. Je démarre avec ce chef d'oeuvre, écrit dans une langue délicieusement surannée.

JOY ET JOAN
Joy, célèbre mannequin parisien est amoureuse de Marc, un journaliste qui la méprise. Elle rompt quand celui-ci révèle ses infidélités et un prochain départ pour la Thaïlande. Joy sombre dans la neurasthénie. Heureusement son ami Bruce, impuissant mais fortuné, l'invite à séjourner à Bangkok. Reçue dans la somptueuse villa d'un prince, Joy bombarde l'AFP d'appels incessants afin de contacter Marc, qu'elle aime toujours. Hélas, Marc reste introuvable. Un soir Bruce fait boire une drogue à Joy et la livre aux assauts de ses invités. Au matin, Joy apprend par une servante la fourberie de Bruce. Elle décide de s'enfuir pour rejoindre Marc. Après moult tentatives, elle le retrouve enfin. Ce dernier, après avoir obtenu satisfaction charnelle dans la cabine d'un photomaton, l'abandonne à son triste sort. Joy erre dans la ville lorsqu'elle fait la connaissance de Joan, une fille marginale et débrouillarde. Elles sympathisent puis s'avouent un amour réciproque et passionné, qui trouve sa concrétisation dans les couchettes d'un train. Joan propose à Joy de rejoindre l'un de ses anciens amants, propriétaire d'un motel. L'hypocrite hôtelier est en accointances avec une bande de canailles, et Joy et Joan sont enlevées. Elles sont les victimes d'un viol collectif. Le prince, qui suivait Joy depuis son évasion, la recueille et lui procure l'argent d'un retour en France. Il explique son geste désintéressé par une ressemblance entre Joy et une femme jadis aimée. A Paris, Joy pense sans cesse à son amie disparue. Or un matin, Joan frappe à sa porte...
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma

(gare, y a des nénés de 1985 et une mention de François Valery)

Based on a true story!
http://bricabrac.perso.sfr.fr/ijl/jl1703.jpg
_________________
Katch ze tableau en ligne, venez nombreux!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Tony Adams
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 35
Inscrit le: 27 Fév 2004
Messages: 7430
Localisation: Roazhon

MessagePosté le: 27 Oct 2010 17:05    Sujet du message: Répondre en citant

Celui-là, je l'ai vu. Et le résumé traduit exactement à quel point c'est nul :



Citation:
Jean Chape est un homme paisible. Quand il n'est pas sur la route, au volant de son camion neuf, il retrouve sa ravissante compagne, institutrice dans un petit village - bien que celle-ci, en vraie femme moderne, refuse pour l'heure de s'installer avec lui. Un jour, ayant quitté sa maîtresse à l'aube, il écrase un homme, un gangster. Il se retrouve bientôt pourchassé par ses complices, persuadés que Jean a gardé le butin que transportait le défunt. Jean demande l'aide de ses amis camionneurs pour se débarrasser de ses poursuivants.

_________________
En fait, ce que vous ne comprenez pas, c'est que nous on n'aime pas la gagne ou le foot, on aime juste le Stade Rennais (Bertin T.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Axl
Suprême Baboon


Age: 31
Inscrit le: 27 Mar 2003
Messages: 25061
Localisation: Palace of wisdom

MessagePosté le: 27 Oct 2010 17:18    Sujet du message: Répondre en citant

LA CONFUSION DES GENRES

Synopsis
Alain approche de la quarantaine, mais il ne sait toujours pas choisir, ni se définir, ni aimer. Il multiplie les ébauches d'aventures avec des partenaires des deux sexes, et se cantonne, professionnellement, dans un rôle d'avocat de deuxième catégorie plaidant des affaires sans intérêt. Il travaille pour le cabinet de Laurence, vieille amie et froide "working girl", qui voudrait l'épouser. Tenté, Alain accepte de coucher avec elle, pour tester leur entente. C'est un demi-échec. Par ailleurs, troublé par la beauté d'un de ses clients, Marc, condamné à perpétuité pour meurtre, Alain accepte de harceler la petite amie de celui-ci, Babette, pour qu'elle vienne le voir en prison. Babette ne veut plus entendre parler de Marc. Par contre, un désir réciproque, et non-dit, s'installe entre elle et Alain. Pour lui, elle accepte de se rendre à la prison. L'entrevue est un désastre. Alain se marie finalement avec Laurence, qui est enceinte de lui. Mais ils continuent à vivre séparément, et Alain se met en ménage avec un jeune homme, Christophe. Au moment d'entamer une liaison avec Babette, Alain se dérobe. Celle-ci finira par se laisser séduire par un ex-détenu que Marc avait envoyé pour l'assassiner. Laurence accouche d'une petite fille. Constatant son absence d'instinct maternel, elle propose de confier l'enfant à Christophe et Alain.


:gerbes: (vu cette merde au ciné)


_________________
Katch ze tableau en ligne, venez nombreux!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Brouche
Invité






MessagePosté le: 27 Oct 2010 17:18    Sujet du message: Répondre en citant

Revenir en haut
Charlie Brown
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 37
Inscrit le: 20 Mar 2005
Messages: 7869

MessagePosté le: 27 Oct 2010 21:07    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Portraits croisés de personnages divers et variés qui interagissent l'un l'autre, avec comme fil rouge un bouquet de fleurs qui passe de mains en mains. Parmi ces personnages, Raphaël cadre supérieur renvoyé de son entreprise suite à une saute d'humeur envers son patron et qui va tenter de retourner la situation à son avantage, Catherine sa femme qui reçoit un bouquet de fleurs d'un ami qu'elle n'a pas croisé depuis 15 ans, Edith la cultivée et entreprenante collègue de Raphaël, les voisins de Raphaël qui gaffent à chaque apparition du bouquet de fleurs, ou encore Robert auteur dramaturge et son petit ami Laurent qui se fait passer pour un "valet de pied" auprès de Catherine...




"Une fantaisie de Jeanne Labrune" :lol: :rocket:

Vu au ciné à l'époque, j'ai cru mourir :mort6:
Mais sur le coup, j'aurais préféré.
_________________
"on ne s'interdit pas de mettre en place quelque chose"
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
popo
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 41
Inscrit le: 09 Mar 2005
Messages: 9204
Localisation: Paris

MessagePosté le: 28 Oct 2010 2:15    Sujet du message: Répondre en citant

Brouche, t'as oublié de poster ça :



:|
_________________
MAMELAPA UMNQUNDUWAKHO!
ANDIFUNI UKUYAEHLATINI!
SUKUBAMMBA INCANCA YAM!
ANDI SO STABANI!
INCANCA YAM YEYAMANTOBI!
INCANCA YAM ICLEAN!
INCANCA YAM INAMANDLA!
NDIYINKWEKWE ENKULU!
ANGI FUNI UKUBA YEENDOTA!
EVIL BOY 4 LIFE! YEBO!
EVIL BOY 4 LIFE!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gajardo
gajardal


Age: 38
Inscrit le: 06 Mai 2003
Messages: 4943
Localisation: Singaprout :D

MessagePosté le: 28 Oct 2010 3:56    Sujet du message: Répondre en citant

Axl a écrit:
LA CONFUSION DES GENRES

Synopsis
Alain approche de la quarantaine, mais il ne sait toujours pas choisir, ni se définir, ni aimer. Il multiplie les ébauches d'aventures avec des partenaires des deux sexes, et se cantonne, professionnellement, dans un rôle d'avocat de deuxième catégorie plaidant des affaires sans intérêt. Il travaille pour le cabinet de Laurence, vieille amie et froide "working girl", qui voudrait l'épouser. Tenté, Alain accepte de coucher avec elle, pour tester leur entente. C'est un demi-échec. Par ailleurs, troublé par la beauté d'un de ses clients, Marc, condamné à perpétuité pour meurtre, Alain accepte de harceler la petite amie de celui-ci, Babette, pour qu'elle vienne le voir en prison. Babette ne veut plus entendre parler de Marc. Par contre, un désir réciproque, et non-dit, s'installe entre elle et Alain. Pour lui, elle accepte de se rendre à la prison. L'entrevue est un désastre. Alain se marie finalement avec Laurence, qui est enceinte de lui. Mais ils continuent à vivre séparément, et Alain se met en ménage avec un jeune homme, Christophe. Au moment d'entamer une liaison avec Babette, Alain se dérobe. Celle-ci finira par se laisser séduire par un ex-détenu que Marc avait envoyé pour l'assassiner. Laurence accouche d'une petite fille. Constatant son absence d'instinct maternel, elle propose de confier l'enfant à Christophe et Alain.


Axl, j'aimerais beaucoup que tu commentes les critiques suivantes :food:

Chronic'art a écrit:
Divertimento à l'ancienne construit sur les maux de la société contemporaine, La Confusion des genres vaut donc pour ce qu'il procure de plaisir immédiat. (...) rares sont les comédies françaises qui peuvent se targuer d'une telle efficacité.


Le Figaro Magazine a écrit:
Son auteur ne dissimule pas son penchant romanesque et son goût pour l'écriture en imposant une oeuvre nourrie de mots et d'éloquence. Il réussit à faire vivre ses personnages avec beaucoup de justesse (...)


Les Inrockuptibles a écrit:
Portée par un casting et des dialogues remarquables, une comédie âpre et hilarante sur les atermoiements sexuels et sentimentaux.


M. Cinema.com a écrit:
une bonne alternative aux grosses productions indigestes que nous sert actuellement le cinéma français. Original et intelligent, c'est tout simplement la meilleure surprise de cette fin d'année.


Positif a écrit:
Destructurant avec joie les figures imposées du moralement et du sexuellement correct, le cinéaste rend grâce au beau titre de son film et délivre un opus où la drôlerie absurde côtoie la tristesse.


En tout cas, j'ai pas vu le film, mais le pitch augure bel et bien d'une horrible merde :lol:
_________________
DNCG m'a defonce le uk' :angryfire:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
N° 14
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 14
Inscrit le: 05 Aoû 2003
Messages: 18842
Localisation: derrière les fagots

MessagePosté le: 28 Oct 2010 8:52    Sujet du message: Répondre en citant

La robe - De jurk



Pitch : On connaissait les outrances du cinèaste hollandais Paul Verhoeven; son compatriote Alex Van Warmerdam, lui se plaît à traquer le comportement absurde de gens normaux! Ici, par exemple, une simple robe d'ètè met en pèril la vie et la vertu de femmes de tous âges et pousse un contrôleur de train à harceler les voyageuses! On dècouvre même que cette robe a le pouvoir de rèveiller une sensualitè jusqu'alors mis en veilleuse! De la force au drame, l'itinèraire singulier de ce vêtement permet d'èpingler les travers de la sociètè hollandaise des annèes 90! Une plongèe en apnèe dans un univers drolatique, morbide et fètichiste! Ce qui n'est pas incompatible pour ce film ètonnant d'invention...

http://www.youtube.com/watch?v=_5jjWH7QNok

Un film hollandais et franchement, impossible de dire si c'est bien ou pas. Une robe qui porte malheur à ses propriétaires. Ca me fait penser à une histoire dans Iznogoud avec un énorme diamant qui porte malheur à celui qui le possède. Une conclusion s'impose : l'herbe, aux Pays-Bas, est beaucoup plus forte que celle en France. Un OVNI avec Henri Garcin. Qui ? ben, le copain médecin de Maguy et Georges Boissier (elle voit tout en rouge, avec elle ça bouge -> PBEM ) qui est d'origine hollandaise et parle parfaitement la langue de Vondel.

C'est lui, là :


_________________
Tant de vies médiocres et si peu de suicides.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Axl
Suprême Baboon


Age: 31
Inscrit le: 27 Mar 2003
Messages: 25061
Localisation: Palace of wisdom

MessagePosté le: 28 Oct 2010 9:08    Sujet du message: Répondre en citant

gajardo a écrit:
Axl a écrit:
LA CONFUSION DES GENRES

Synopsis
Alain approche de la quarantaine, mais il ne sait toujours pas choisir, ni se définir, ni aimer. Il multiplie les ébauches d'aventures avec des partenaires des deux sexes, et se cantonne, professionnellement, dans un rôle d'avocat de deuxième catégorie plaidant des affaires sans intérêt. Il travaille pour le cabinet de Laurence, vieille amie et froide "working girl", qui voudrait l'épouser. Tenté, Alain accepte de coucher avec elle, pour tester leur entente. C'est un demi-échec. Par ailleurs, troublé par la beauté d'un de ses clients, Marc, condamné à perpétuité pour meurtre, Alain accepte de harceler la petite amie de celui-ci, Babette, pour qu'elle vienne le voir en prison. Babette ne veut plus entendre parler de Marc. Par contre, un désir réciproque, et non-dit, s'installe entre elle et Alain. Pour lui, elle accepte de se rendre à la prison. L'entrevue est un désastre. Alain se marie finalement avec Laurence, qui est enceinte de lui. Mais ils continuent à vivre séparément, et Alain se met en ménage avec un jeune homme, Christophe. Au moment d'entamer une liaison avec Babette, Alain se dérobe. Celle-ci finira par se laisser séduire par un ex-détenu que Marc avait envoyé pour l'assassiner. Laurence accouche d'une petite fille. Constatant son absence d'instinct maternel, elle propose de confier l'enfant à Christophe et Alain.


Axl, j'aimerais beaucoup que tu commentes les critiques suivantes :food:

Chronic'art a écrit:
Divertimento à l'ancienne construit sur les maux de la société contemporaine, La Confusion des genres vaut donc pour ce qu'il procure de plaisir immédiat. (...) rares sont les comédies françaises qui peuvent se targuer d'une telle efficacité.


Le Figaro Magazine a écrit:
Son auteur ne dissimule pas son penchant romanesque et son goût pour l'écriture en imposant une oeuvre nourrie de mots et d'éloquence. Il réussit à faire vivre ses personnages avec beaucoup de justesse (...)


Les Inrockuptibles a écrit:
Portée par un casting et des dialogues remarquables, une comédie âpre et hilarante sur les atermoiements sexuels et sentimentaux.


M. Cinema.com a écrit:
une bonne alternative aux grosses productions indigestes que nous sert actuellement le cinéma français. Original et intelligent, c'est tout simplement la meilleure surprise de cette fin d'année.


Positif a écrit:
Destructurant avec joie les figures imposées du moralement et du sexuellement correct, le cinéaste rend grâce au beau titre de son film et délivre un opus où la drôlerie absurde côtoie la tristesse.


En tout cas, j'ai pas vu le film, mais le pitch augure bel et bien d'une horrible merde :lol:


C'est effectivement une merde atroce mais je l'ai vue y a dix ans et je crois m'être barré au milieu. Le comm du Figmag le dit le mieux: c'est exceptionnellement verbeux, avec des dialogues où chaque mot a été soupesé, mais ça n'a pas — je vais me faire allumer par Tony — la grâce éthérée d'un Rohmer. Non c'est d'une lourdeur maximale, d'autant que c'est sous-tendu par une certitude qui me rappelle une phrase de Virginie Despentes lue dans Le Monde à peu près à la même époque et qui m'avait fait exploser de rire: "Aujourd'hui, la dernière provocation possible, c'est le s.e.x.e". Les auteurs ont l'air certains que parler de s.e.x.e, notamment d'homosexualité, va choquer le bourgeois. Bref, ils sont encore mentalement dans les années 1950, et cette volonté de choquer leur tient lieu d'unique programme, ou presque. C'est surjoué à mort, les personnages sont tous hautement détestables, l'intrigue est d'une connerie sans nom... le genre de film que j'adorerais revoir avec mon pote 14 en buvant du vin rouge et en se gondolant comme des baleines!

Sinon j'ai vu la Robe, je me souviens avoir adoré!
_________________
Katch ze tableau en ligne, venez nombreux!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
N° 14
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 14
Inscrit le: 05 Aoû 2003
Messages: 18842
Localisation: derrière les fagots

MessagePosté le: 28 Oct 2010 11:08    Sujet du message: Répondre en citant

Megateub a écrit:
gajardo a écrit:
Megateub a écrit:
LA CONFUSION DES GENRES

Synopsis
Alain approche de la quarantaine, mais il ne sait toujours pas choisir, ni se définir, ni aimer. Il multiplie les ébauches d'aventures avec des partenaires des deux sexes, et se cantonne, professionnellement, dans un rôle d'avocat de deuxième catégorie plaidant des affaires sans intérêt. Il travaille pour le cabinet de Laurence, vieille amie et froide "working girl", qui voudrait l'épouser. Tenté, Alain accepte de coucher avec elle, pour tester leur entente. C'est un demi-échec. Par ailleurs, troublé par la beauté d'un de ses clients, Marc, condamné à perpétuité pour meurtre, Alain accepte de harceler la petite amie de celui-ci, Babette, pour qu'elle vienne le voir en prison. Babette ne veut plus entendre parler de Marc. Par contre, un désir réciproque, et non-dit, s'installe entre elle et Alain. Pour lui, elle accepte de se rendre à la prison. L'entrevue est un désastre. Alain se marie finalement avec Laurence, qui est enceinte de lui. Mais ils continuent à vivre séparément, et Alain se met en ménage avec un jeune homme, Christophe. Au moment d'entamer une liaison avec Babette, Alain se dérobe. Celle-ci finira par se laisser séduire par un ex-détenu que Marc avait envoyé pour l'assassiner. Laurence accouche d'une petite fille. Constatant son absence d'instinct maternel, elle propose de confier l'enfant à Christophe et Alain.


Axl, j'aimerais beaucoup que tu commentes les critiques suivantes :food:

Chronic'art a écrit:
Divertimento à l'ancienne construit sur les maux de la société contemporaine, La Confusion des genres vaut donc pour ce qu'il procure de plaisir immédiat. (...) rares sont les comédies françaises qui peuvent se targuer d'une telle efficacité.


Le Figaro Magazine a écrit:
Son auteur ne dissimule pas son penchant romanesque et son goût pour l'écriture en imposant une oeuvre nourrie de mots et d'éloquence. Il réussit à faire vivre ses personnages avec beaucoup de justesse (...)


Les Inrockuptibles a écrit:
Portée par un casting et des dialogues remarquables, une comédie âpre et hilarante sur les atermoiements sexuels et sentimentaux.


M. Cinema.com a écrit:
une bonne alternative aux grosses productions indigestes que nous sert actuellement le cinéma français. Original et intelligent, c'est tout simplement la meilleure surprise de cette fin d'année.


Positif a écrit:
Destructurant avec joie les figures imposées du moralement et du sexuellement correct, le cinéaste rend grâce au beau titre de son film et délivre un opus où la drôlerie absurde côtoie la tristesse.


En tout cas, j'ai pas vu le film, mais le pitch augure bel et bien d'une horrible merde :lol:


C'est effectivement une merde atroce mais je l'ai vue y a dix ans et je crois m'être barré au milieu. Le comm du Figmag le dit le mieux: c'est exceptionnellement verbeux, avec des dialogues où chaque mot a été soupesé, mais ça n'a pas — je vais me faire allumer par Tony — la grâce éthérée d'un Rohmer. Non c'est d'une lourdeur maximale, d'autant que c'est sous-tendu par une certitude qui me rappelle une phrase de Virginie Despentes lue dans Le Monde à peu près à la même époque et qui m'avait fait exploser de rire: "Aujourd'hui, la dernière provocation possible, c'est le s.e.x.e". Les auteurs ont l'air certains que parler de s.e.x.e, notamment d'homosexualité, va choquer le bourgeois. Bref, ils sont encore mentalement dans les années 1950, et cette volonté de choquer leur tient lieu d'unique programme, ou presque. C'est surjoué à mort, les personnages sont tous hautement détestables, l'intrigue est d'une connerie sans nom... le genre de film que j'adorerais revoir avec mon pote 14 en buvant du vin rouge et en se gondolant comme des baleines!

Sinon j'ai vu la Robe, je me souviens avoir adoré!


La robe, j'en ai un souvenir mitigé, à la fois très intrigant et assez indigeste.

Sinon, je rebondis sur la dernière provocation possible du s.e.x.e. C'est très bien vu de Despentes (qui au passage joue assez bien sur ce style).
Ce qui me sidère parfois, c'est que le s.e.x.e est utilisé comme un ressort grossier de comédie genre : on y va, on joue la provoc, on sait que ça ne va pas plaire mais on est libres dans notre tête. Alors que la vérité, c'est que le gros comique à base de couille ou de nichons vient masquer un cruel manque d'intelligence et d'imagination (ce que je dénonce habituellement avec mes gifs à base de boobs - ma vie est un happening Dieudonné staïle)

Un bel exemple d'humour de beauf qui se veut vaguement subversif, c'est ça :



Pitch : Un homme et une femme font l'amour. Ce n'est pas une histoire de s.e.x.e, c'est une vraie histoire d'amour qui est en train de naître. Sarah et Dan sont faits l'un pour l'autre. Ils n'ont aucun doute. C'est l'évidence qu'on ne rencontre qu'une fois dans sa vie. Au petit matin, Sarah se lève discrètement. Elle se rhabille et préfère s'éclipser avant que Dan n'ouvre les yeux. Elle est heureuse, tellement heureuse qu'elle a peur. Peur de s'être fait avoir... comme beaucoup d'autres femmes. C'est pourquoi elle préfère s'en aller après avoir laissé son numéro de téléphone sur un bibelot qu'ils ont gagné ensemble la veille dans une fête foraine. Elle s'en va... mais avec le profond espoir, presque la certitude de recevoir un appel de Dan dans la journée. Celui-ci se réveille à son tour. Il entend du bruit dans le salon.Il croit que c'est Sarah et, heureux, fait une entrée clownesque pour la faire rire. Mais ce n'est pas Sarah, c'est la femme de ménage. Et celle-ci, que l'intrusion brusque de Dan effraie, fait tomber le bibelot qui se brise en mille morceaux...

Je précise que ça se passe dans un entreprise de lingerie (tu vois le niveau) et que je ne le conseille pas à mon pire ennemi.
_________________
Tant de vies médiocres et si peu de suicides.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Olaf
Mr Bâtard


Age: 42
Inscrit le: 15 Mai 2003
Messages: 21013
Localisation: au RDC sans ascenseur

MessagePosté le: 28 Oct 2010 12:25    Sujet du message: Répondre en citant

C'est du Braoudé donc c'est forcement affreux :-|
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Milhouse
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 30
Inscrit le: 12 Nov 2005
Messages: 14849
Localisation: 69005 la trik

MessagePosté le: 28 Oct 2010 12:38    Sujet du message: Répondre en citant

EN CLOQUE MODE D'EMPLOI

C’est l’histoire d’un couple imprévu. Deux êtres qui n’ont pas grand-chose en commun, mais qui pourraient bien murir face à leurs responsabilités... Drôle et tendre à la fois, le second film de Judd Apatow pourrait convaincre les plus indécis, malgré sa durée un brin rebutante.



Ben Stone vit en colocation avec ses meilleurs amis Jay, Jonah, Jason et Martin. Ensemble, ils comptent monter un site Internet recensant les scènes de nudité dans les films ! Alison Scott vit chez sa sœur, dans un quartier résidentiel coquet. Assistante dans une émission de télé hollywoodienne, elle obtient une promotion qui propulse présentatrice. Sa sœur aînée Debbie l’embarque alors fêter l’évènement en boîte de nuit. Ce soir-là, Ben et ses amis s’y rendent aussi. Après une soirée bien arrosée, Alison et Ben finissent la nuit dans le lit d’Alison, mais Ben, trop pressé, en a oublié de mettre un préservatif...

Oui, Judd Apatow est l’homme qui a commis 40 ans, toujours puceau en 2005. Le film qui a fait exploser la cote du comédien Steve Carell outre-Atlantique, mais qui n’a pas été accueilli chaudement dans l’Hexagone. Ceux qui avaient apprécié le premier opus du réalisateur savent à quel point Apatow tient à raconter une histoire plutôt que d’empiler les gags : avec En cloque, mode d’emploi , l’auteur pourrait bien en convertir plus d’un. Sur un pitch limité (le coup d’un soir se transforme en avalanche de responsabilités), Apatow brode un scénario malin et plein de tendresse, qui oppose deux personnalités diamétralement opposées. Côté masculin, un post-ado débraillé (Seth Rogen, un jeune qui monte) qui refuse de grandir et de se plier aux implications du monde adulte. Côté féminin, une belle carriériste (Katherine Heigl, de la série « Grey’s Anatomy ») propre sur elle, mais solitaire et dans l’ombre de sa sœur. Au lieu de suivre le schéma classique des comédies romantiques ("ils se détestent, ils s’aiment, fin."), Apatow nous signifie très tôt que les couple a une chance d’exister, si les deux s’en donnent la peine. C’est l’occasion pour le réalisateur et scénariste de s’attacher à cataloguer les problèmes que pourrait rencontrer un jeune couple inexpérimenté, se découvrant mutuellement tout en prenant conscience des lourdes responsabilités qui les attendent. Et Apatow réussit son coup, en parvenant à trouver un juste équilibre entre humour et émotion, et en donnant corps à chaque personnage. Et en confiant à sa propre femme Leslie Mann et au génial Paul Rudd les rôles de la sœur et du beau-frère, Apatow achève un portait de famille irrésistiblement attachant malgré ses quelques longueurs, et qui mérite d’être découvert.

(Les Fiches du Cinéma)

:onyourknees: Ils disent "opus", ça doit être des vrais cinéphiles, merci Axl
_________________
"Maman, y a un gars qui a acheté un joueur trop cher dans un jeu internet ! C'EST VRAIMENT UN PETIT CONNARD FRUSTRÉ !"

*claque la porte de sa chambre en pleurant*
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Fier Panpan
2 fat, 2 furious


Age: 48
Inscrit le: 05 Jan 2004
Messages: 21594
Localisation: Là haut, sur la colline

MessagePosté le: 28 Oct 2010 12:52    Sujet du message: Répondre en citant

j'aime bien, moi, En cloque mode d'emploi
_________________
Islamo-centrogauchiste déradicalisé sur internet
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Milhouse
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 30
Inscrit le: 12 Nov 2005
Messages: 14849
Localisation: 69005 la trik

MessagePosté le: 28 Oct 2010 12:55    Sujet du message: Répondre en citant

Fier Panpan a écrit:
j'aime bien, moi, En cloque mode d'emploi

Moi aussi.

La preuve que c'est un film de losers. :|
_________________
"Maman, y a un gars qui a acheté un joueur trop cher dans un jeu internet ! C'EST VRAIMENT UN PETIT CONNARD FRUSTRÉ !"

*claque la porte de sa chambre en pleurant*
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Fier Panpan
2 fat, 2 furious


Age: 48
Inscrit le: 05 Jan 2004
Messages: 21594
Localisation: Là haut, sur la colline

MessagePosté le: 28 Oct 2010 12:56    Sujet du message: Répondre en citant

Milhouse a écrit:
Fier Panpan a écrit:
j'aime bien, moi, En cloque mode d'emploi

Moi aussi.

La preuve que c'est un film de losers. :|


ben ouais le gros moche qui se tape de la bonasse, forcément... :|
_________________
Islamo-centrogauchiste déradicalisé sur internet
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Le Café des Arts Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Conditions d'utilisations / Informatique et liberté

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com