Menu
Kamoulox du Foot Index du ForumIndex
FAQFAQ
Guide du KDFGuide
Liste des MembresMembres
Groupes d'utilisateursGroupes
CalendrierCalendrier
StatisticsStats
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
KOTYPronostics
Carte du siteCarte
ConnexionConnexion

Recherche rapide

Recherche avancée

Liens
KamoulCup Brasiou
KamoulCup SiteOfficiel
EuroKamoulCup
KamoulWorldCup
KamoulCup
Cahiers du foot
So Foot
Kamoulox
Carton rouge
1 jour 1 photo
Blog d'Axl

Qui est en ligne
[ Administrateur ]
[ Modérateur ]


Recherche Google
Google

http://www.phpbb.com
Chorizo, clasico, spéculation et dettes, le fil de l'Espagn
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

E viva ?
Lambada
50%
 50%  [ 1 ]
Arantxa
0%
 0%  [ 0 ]
Djobi djoba
0%
 0%  [ 0 ]
Espana
50%
 50%  [ 1 ]
Roots Manuva
0%
 0%  [ 0 ]
Votants : 2
Total des votes : 2

Auteur Message
Albatar
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 38
Inscrit le: 10 Mar 2005
Messages: 6060
Localisation: Dallas

MessagePosté le: 04 Mai 2012 9:59    Sujet du message: Chorizo, clasico, spéculation et dettes, le fil de l'Espagn Répondre en citant

Sauf erreur, l'Espagne n'avait pas encore eu droit à son fil politique, et voilà qui est réparé. En effet, je n'avais pas réalisé - jusqu'à ce matin - à quel point l'Espagne était au coeur de la campagne de Sarkozy, érigée en anti-modèle absolu, conspué, moqué, et je cherchais un bol de sangria et un comptoir, quelques tapas et une bonne tortilla pour en parler. Bref, un fil.

Sans même parler du fond, je trouve ça assez maladroit de moquer ainsi l'Espagne (la formulation est assez vexante de la part de Sarkozy) de la part d'un présidentiable français au poids conséquent en Europe (comme quand la Grèce est cité en exemple de ruine), mais peut-être suis-je une victime consentante de la bien-pensance et du politiquement correct (à la française, massive)

Ma question, aux spécialistes de l'Espagne, c'est : est-ce que c'est noté, remarqué, su en Espagne ? Si les espagnols ont été choqués par les Guignols et Noah, qu'est-ce alors d'être considéré comme les pitres politiques et économiques du moment ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Dalhinov
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 41
Inscrit le: 04 Fév 2006
Messages: 5857
Localisation: Bacotie Centrale

MessagePosté le: 04 Mai 2012 10:12    Sujet du message: Re: Chorizo, clasico, spéculation et dettes, le fil de l'Es Répondre en citant

Albatar a écrit:
Sauf erreur, l'Espagne n'avait pas encore eu droit à son fil politique, et voilà qui est réparé. En effet, je n'avais pas réalisé - jusqu'à ce matin - à quel point l'Espagne était au coeur de la campagne de Sarkozy, érigée en anti-modèle absolu, conspué, moqué, et je cherchais un bol de sangria et un comptoir, quelques tapas et une bonne tortilla pour en parler. Bref, un fil.

Sans même parler du fond, je trouve ça assez maladroit de moquer ainsi l'Espagne (la formulation est assez vexante de la part de Sarkozy) de la part d'un présidentiable français au poids conséquent en Europe (comme quand la Grèce est cité en exemple de ruine), mais peut-être suis-je une victime consentante de la bien-pensance et du politiquement correct (à la française, massive)

Ma question, aux spécialistes de l'Espagne, c'est : est-ce que c'est noté, remarqué, su en Espagne ? Si les espagnols ont été choqués par les Guignols et Noah, qu'est-ce alors d'être considéré comme les pitres politiques et économiques du moment ?


Je ne suis absolument pas spécialiste de l'Espagne mais j'imagine qu'il est plus facile de mobiliser un sentiment populaire sur le sport que sur la politique. :|
_________________
C'est pas la justice que tu recherches, c'est la glorification de tes plus bas instincts. Je te conseille d'aller vivre en Corse, c'est joli et les gens réfléchissent comme toi.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nusra Fat Oliver Kahn
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 44
Inscrit le: 30 Juil 2004
Messages: 17048
Localisation: Bayern de Karachi

MessagePosté le: 04 Mai 2012 12:18    Sujet du message: Répondre en citant

Bon ben j'en profite alors :

reçu d'une amie espagnole:
[/img]


- J'ai 85 ans et ça me fait chier: j'ai lutté pour les droits que l'on est en train de vous retirer. Réveillez-vous, bordel.
- Je pense la même chose que ma femme.

_________________
"je vais pas débattre de goûts musicaux avec nusra hein. je pense que c'est le seul qui pourrait me battre par abandon sur ce site"
(Un mayo couine)

R frickin' S

Tu peux craindre l'Iran ou la Russie tout ce que tu veux, mais leur bilan en termes de vies humaines perdues depuis 30 ans est nul
(a massive argument)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Leo
Caïd aigri et humainement minable


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 10312
Localisation: in Wonderland

MessagePosté le: 04 Mai 2012 12:57    Sujet du message: Re: Chorizo, clasico, spéculation et dettes, le fil de l'Es Répondre en citant

Albatar a écrit:
Sauf erreur, l'Espagne n'avait pas encore eu droit à son fil politique, et voilà qui est réparé. En effet, je n'avais pas réalisé - jusqu'à ce matin - à quel point l'Espagne était au coeur de la campagne de Sarkozy, érigée en anti-modèle absolu, conspué, moqué, et je cherchais un bol de sangria et un comptoir, quelques tapas et une bonne tortilla pour en parler. Bref, un fil.

Sans même parler du fond, je trouve ça assez maladroit de moquer ainsi l'Espagne (la formulation est assez vexante de la part de Sarkozy) de la part d'un présidentiable français au poids conséquent en Europe (comme quand la Grèce est cité en exemple de ruine), mais peut-être suis-je une victime consentante de la bien-pensance et du politiquement correct (à la française, massive)

Ma question, aux spécialistes de l'Espagne, c'est : est-ce que c'est noté, remarqué, su en Espagne ? Si les espagnols ont été choqués par les Guignols et Noah, qu'est-ce alors d'être considéré comme les pitres politiques et économiques du moment ?


La situation économique de l'Espagne est objectivement catastrophique, le dire n'est pas se moquer du pays.

Sarkozy critique surtout violemment la gestion de Zapatero (alors que la responsabilité du PP dans la violence de la crise en Espagne est loin d'être négligeable) : manque de courage et des réformes trop timides.
En fait Zapatero , sur la fin de son deuxième mandat, a entamé une politique de rigueur avec des concessions aux "marchés" qui ont fait se dire à nombre d'espagnols que quitte à avoir une politique de droite, autant que ça soit fait par un gouvernement de droite.

Sinon, la campagne française a été très suivie en Espagne (je lisais dans El Pais que plus de 9 espagnols sur 10 étaient au courant des élections présidentielles, par exemple) en raison du poids économique et politique de la France en Europe et avec l'espoir que Hollande équilibrera un peu la tendance à l'austérité et à la rigueur impulsée par l'Allemagne et la BCE. Le fait que l'Espagne soit régulièrement citée comme mauvais élève n'a pas trop été souligné, j'ai l'impression.

Après, je lis El Pais en ligne, hein, je suis pas en Espagne...
_________________
Come at the king, you best not miss !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Charlie Brown
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 36
Inscrit le: 20 Mar 2005
Messages: 7606

MessagePosté le: 04 Mai 2012 13:14    Sujet du message: Répondre en citant


- politiquement, le pays etait plutot a droite jusqu'a recemment, non leo ?
_________________
"on ne s'interdit pas de mettre en place quelque chose"
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
luckyluke
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 48
Inscrit le: 20 Mai 2003
Messages: 24190
Localisation: la capitale des Gaules

MessagePosté le: 04 Mai 2012 13:21    Sujet du message: Répondre en citant

Charlie Brown a écrit:

- politiquement, le pays etait plutot a droite jusqu'a recemment, non leo ?

J'ai failli me prendre un beau point ! :lol:
_________________
On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux.

"L'exclusion d'un suédois colérique avec un nom arménien, ça me dit quelque chose, mais quoi? :mefiant15:" Maître Coin-coin :onyourknees: , le 18/08/08.

Charlie hebdo, un symbole, oui; un modèle, non.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Leo
Caïd aigri et humainement minable


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 10312
Localisation: in Wonderland

MessagePosté le: 04 Mai 2012 13:26    Sujet du message: Répondre en citant

Massive a écrit:
politiquement, le pays etait plutot a droite jusqu'a recemment, non leo ?


Je sais pas ce que tu veux dire par "politiquement".

Depuis les premières élections après la mort de Franco, on a eu un gouvernement de centre-droit (UCD, avec Adolfo Suarez puis Leopoldo Calvo-Sotelo) de 77 à 82, un gouvernement de gauche (Felipe Gonzalez, PSOE) de 82 à 96, un gouvernement de droite (José-Maria Aznar, PP) de 96 à 2004, un gouvernement de gauche (Jose Luis Rodriguez Zapatero, PSOE) de 2004 à fin 2011 et maintenant à nouveau un gouvernement de droite avec Mariano Rajoy.
_________________
Come at the king, you best not miss !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Albatar
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 38
Inscrit le: 10 Mar 2005
Messages: 6060
Localisation: Dallas

MessagePosté le: 04 Mai 2012 17:26    Sujet du message: Répondre en citant

Ce martèlement de l'Espagne dans le discours de Sarkozy a en tout cas eu le mérite d'attirer l'attention des plumitifs sur le pays

Citation:
«Vous voulez la gauche, vous aurez la crise comme en Espagne», promet sans cesse le président-candidat. Au prix de plusieurs approximations.

Par DOMINIQUE ALBERTINI
«Regardez l’Espagne. Voulez-vous la même situation?». Cette question réthorique est devenue l'un des procédés préférés de Nicolas Sarkozy, pour évoquer le drame qui attendrait la France en cas de victoire socialiste. «L’Espagne a relâché sa discipline, l’Espagne n’a pas fait les réformes qu’il fallait faire, l’Espagne a embauché des fonctionnaires», a encore martelé le président-candidat, vendredi matin sur Europe 1. Attention toutefois à ne pas vexer nos voisins d'outre-Pyrénées. Et surtout à ne pas trop s'éloigner des faits.

1. Des comptes publics plutôt positifs

La crise espagnole serait-elle dûe à un manque de «discipline» ? Examinée au prisme des comptes publics de Madrid, l’affirmation prend du plomb dans l'aile. Ainsi, même au plus mal, le royaume reste nettement moins endetté que la France : 68,5% du PIB contre 85,8%, selon les chiffres d’Eurostat. Un taux qui a diminué constamment entre 1997 et 2007 avant de bondir sous l’effet de la crise, comme dans la plupart des autres pays européens. Il reste encore inférieur à la moyenne de l’Union.

Même constat sur les déficits budgétaires, inférieurs à ceux de Paris entre 1999 et 2007. Le budget espagnol a même été excédentaire entre 2004 et 2007, grâce à la forte croissance connue par le pays au début des années 2000. Il a, en revanche, plus gravement dérapé que le Français à partir de cette date.

Le déficit commercial, enfin, est bien plus important que celui de la France. Mais sa trajectoire est meilleure : il est passé de -10,1% du PIB en 2008 à -4% en 2011, tandis que celui de la France, sur la même période, passait de -1% à -2,2%. Présenter l’Espagne en exemple de laxisme budgétaire est donc hasardeux – à moins d’en faire autant pour la France, gouvernée par la droite depuis 10 ans. Nicolas Sarkozy se garde d'ailleurs de mettre en cause les régions autonomes espagnoles, lourdement endettées, dont la plupart sont gérées par le Partido Populare (droite).

2. Une crise bien particulière

Si la crise financière a frappé l’Espagne de plein fouet, elle s’est surajoutée à une autre crise, celle de l'éclatement d'une bulle immobilière qui gonflait depuis la fin des années 1990. Comme aux Etats-Unis, le crédit pas cher a alimenté une frénésie immobilière, mobilisant des centaines de milliers d’emplois, alimentant le pouvoir d'achat, et comptant ainsi pour une bonne part de la croissance du pays.

La hausse des taux d'intérêt, décidée par la Banque centrale européenne à partir de 2006, a commencé à dégonfler cette bulle, avant que la crise financière importée des Etats-Unis ne transforme l'atterrissage en débâcle générale. Moins qu'à un supposé laxisme budgétaire espagnol, c'est donc à une croissance trop dépendante de l'immobilier que Madrdid doit la dégradation de ses comptes publics et un chômage frôlant le taux astronomique de 25% de la population active.

3. Des responsabilités partagées

Lors de son débat avec François Hollande, mercredi soir, Nicolas Sarkozy a mis en cause l'action de l'ex-Premier ministre socialiste José Luis Zapatero : «Vous vouliez vous inspirer de son exemple», a-t-il lancé à son adversaire. Une analyse bien sommaire des responsabilités dans la crise espagnole.

«De 1997 à 2007, de la naissance de la bulle immobilière à son explosion, les politiques ont fermé les yeux, estime Jesus Castillo, analyste spécialiste de l'Espagne chez Natixis. José Maria Aznar (droite, 1996-2004, ndlr) comme Zapatero (2004-2011), l’ont encouragée, via des incitations fiscales. Et comment justifier des hausses d'impôts ou des restrictions budgétaires, quand la croissance fait que les recettes fiscales dépassent déjà les prévisions ?».

Une fois la crise installée, en revanche, José Luis Zapatero a pris plusieurs mesures drastiques, notamment une réforme du marché du travail très critiquée par les syndicats, et la baisse des salaires des fonctionnaires.

Enfin, une partie des déboires espagnols peut être attribuée aux défauts de conception de la zone euro. La mise en place de la monnaie unique a en effet permis au royaume de bénéficier de taux d'intérêts bas, alors que son inflation était plus haute que la moyenne. D'où la frénésie de crédits qui a alimenté la bulle immobilière, fragilisant un secteur bancaire presque mis à bas par la crise financière.


sur libé
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Agora
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 46
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 25004
Localisation: au bord du Lac

MessagePosté le: 02 Juin 2014 9:59    Sujet du message: Répondre en citant

Une petite pensée pour Charles, qui voit un à un les copains de sa maman passer la main
_________________
"2011 sera pour DSK une année géniale: à 62 ans, c'est l'année de sa vie".

"La vérité, sur Wikipédia, obéit à des protocoles très stricts. Parfois tellement stricts que la vérité elle-même ne parvient pas à s’y conformer"
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
le bhoy
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox



Inscrit le: 27 Mar 2003
Messages: 3887
Localisation: G40RE / Harp Bar

MessagePosté le: 02 Juin 2014 23:09    Sujet du message: Répondre en citant

Ces souverains constitutionnels sont d'un ennui. Pas un pour tenter un départ sous la guillotine.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Leo
Caïd aigri et humainement minable


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 10312
Localisation: in Wonderland

MessagePosté le: 02 Juin 2014 23:28    Sujet du message: Répondre en citant

le bhoy a écrit:
Ces souverains constitutionnels sont d'un ennui. Pas un pour tenter un départ sous la guillotine.


C'est la deuxième fois que Juan Carlos abdique, quand même. La première fois en renonçant aux pleins pouvoirs, cette fois, en quittant son rôle symbolique.
_________________
Come at the king, you best not miss !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le bhoy
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox



Inscrit le: 27 Mar 2003
Messages: 3887
Localisation: G40RE / Harp Bar

MessagePosté le: 02 Juin 2014 23:29    Sujet du message: Répondre en citant

Leo a écrit:
le bhoy a écrit:
Ces souverains constitutionnels sont d'un ennui. Pas un pour tenter un départ sous la guillotine.


C'est la deuxième fois que Juan Carlos abdique, quand même. La première fois en renonçant aux pleins pouvoirs, cette fois, en quittant son rôle symbolique.


Tiens, je ne lui connaissais pas ce côté hollandiste.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Kenneth
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox


Age: 39
Inscrit le: 21 Mai 2006
Messages: 4778
Localisation: 93100

MessagePosté le: 30 Oct 2015 9:17    Sujet du message: Répondre en citant

Ça commence à bien chauffer, là, non ?

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/la-catalogne-engage-la-rupture-avec-l-espagne-517386.html
_________________
L'important c'est les trois points. LF Céline.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Chanlão
Winner du tournoi cdf/kdf
Winner du tournoi cdf/kdf


Age: 37
Inscrit le: 20 Déc 2003
Messages: 5564

MessagePosté le: 30 Oct 2015 9:47    Sujet du message: Répondre en citant

Le peu de ce que je connais de la question catalane, c'est que l'attitude arrogante de Rajoy y sus machachos ne permet d'avoir une démarche constructive tant du côté des catalans que de l'Etat espagnol. Se contenter de répondre qu'un processus vers l'indépendance est "illégal" face à certains catalans (faut voir si c'est vraiment la majorité des catalans qui veut l'indépendance) qui ne se sentent pas espagnols, ça me semble médiocre intellectuellement et ne permet pas de résoudre le problème.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Jawahar
International Espoir des Kdf
International Espoir des Kdf



Inscrit le: 09 Aoû 2004
Messages: 788

MessagePosté le: 03 Nov 2015 10:25    Sujet du message: Répondre en citant

Kenneth a écrit:
Ça commence à bien chauffer, là, non ?

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/la-catalogne-engage-la-rupture-avec-l-espagne-517386.html


Très bon article pour une fois, soulignant bien les équilibres et subtilités de la situation, comme par exemple le vote indépendantiste qui n'est pas majoritaire... ni minoritaire.

Chanlão a écrit:

Le peu de ce que je connais de la question catalane, c'est que l'attitude arrogante de Rajoy y sus machachos ne permet d'avoir une démarche constructive tant du côté des catalans que de l'Etat espagnol. Se contenter de répondre qu'un processus vers l'indépendance est "illégal" face à certains catalans (faut voir si c'est vraiment la majorité des catalans qui veut l'indépendance) qui ne se sentent pas espagnols, ça me semble médiocre intellectuellement et ne permet pas de résoudre le problème.


La stratégie de Rajoy est effectivement jusqu'à présent celle du pourrissement avec des arguments purement legalistes, consituttionnellement valides mais qui nient les problèmes soulevés au lieu de chercher une éventuelle solution. Il parie sur le fait que la vague indépendantiste retombe, passe au second plan derrière des thèmes plus pratiques de politique intérieure, et aussi surtout que ERC, la CUP et CiU ne puissent s'entendre sur une feuille de route communue.

Ce dernier point a été historiquement une des causes principales de l'echec de l'indépendantisme catalan. Chaque camp voulant "son" indépendance, certains comme ERC ne voulaient pas collaborer avec un projet lié à la droite (CiU, maintenant seulement Convergencia). C'est là où le mouvement actuel est sans précendent puisque Junts per Si regroupait ERC et Convergencia, et que la CUP voir une partie de Si que es pot ont voté pour le candidat commun à la présidence de l'assemblée catalane (Carme Forcadell, une personnalité de la société civile).

L'autre point auquel Rajoy et son gouvernement s'attaquent est Artur Mas. Son charisme et sa personnalité praticipent grandement au succés du mouvement actuel, et à sa visibilité internationale (tribunes dans les journaux étrangers, interviews en francais, anglais...). Du coup si sa mise en examen pour l'organisation de la consultation de 2014 en fait plutôt un martyr de la cause indépendantiste (des milliers de personnes l'ont accompagné lors de sa convocation au tribunal), c'est maintenant sur la corruption de son parti qu'il est attaqué. Et comme il y a de belles casseroles de ce coté là, ca prend un peu plus, vu que c'est plausible (aucune idée sur le bien fondé de ces accusations vues comme de pures manoeuvres politiques par certains). Bref, l'idée est de ternir suffisament son image pour que ERC par exemple refuse de l'élire à la présidence de la Generalitat.

De toute facon, rien ne bougera avant les élections générales en Espagne en Décembre. Et la récente coalition pour l'union en espagne (PSOE + PP + Ciudadanos) le montre bien: montrer une quelconque flexibilité sur le sujet n'est pas très porteur en vue des prochaines élections.

Enfin, plus le temps passe, et plus les divisions sont profondes, bon courage pour résoudre ce problème. Je suis pourtant d'avis qu'un referendum il y a quelques années aurait enterré pour un moment les revendications indépendantistes. Maintenant, c'est peut-être trop tard...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Conditions d'utilisations / Informatique et liberté

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com