Menu
Kamoulox du Foot Index du ForumIndex
FAQFAQ
Guide du KDFGuide
Liste des MembresMembres
Groupes d'utilisateursGroupes
CalendrierCalendrier
StatisticsStats
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
KOTYPronostics
Carte du siteCarte
ConnexionConnexion

Recherche rapide

Recherche avancée

Liens
KamoulCup Brasiou
KamoulCup SiteOfficiel
EuroKamoulCup
KamoulWorldCup
KamoulCup
Cahiers du foot
So Foot
Kamoulox
Carton rouge
1 jour 1 photo
Blog d'Axl

Qui est en ligne
[ Administrateur ]
[ Modérateur ]


Recherche Google
Google

http://www.phpbb.com
FISC F...ING
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 23, 24, 25, 26  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Massive
Capitaine Comique


Age: 46
Inscrit le: 01 Avr 2003
Messages: 10331

MessagePosté le: 14 Nov 2017 1:35    Sujet du message: Répondre en citant

axgtd a écrit:
Pas assez mais il y en a.
Suffisamment pour des boîtes se proclament "sweatshop free" (à tort ou à raison).
(...)
C'est peu mais c'est mieux que le rien du tout qu'on obtient par le cynisme.

Dans certains pays - l'inde par exemple - 60% des employes dans l'industrie textile sont des enfants.

80% des employes qui fabriquent nos habits sont des femmes qui gagnent moins de $3 par jour.

Les emissions de CO2 liee a la mode vont augmenter de 60% dans les 15 prochaines annees et representeront alors 30% des emissions de CO2 dans le monde.

L'industrie de la mode n'a jamais genere autant de thunes qu'aujourd'hui.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
axgtd
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox



Inscrit le: 16 Mai 2007
Messages: 2976
Localisation: Chez moi ou alors en province

MessagePosté le: 14 Nov 2017 8:28    Sujet du message: Répondre en citant

Massive a écrit:
axgtd a écrit:
Pas assez mais il y en a.
Suffisamment pour des boîtes se proclament "sweatshop free" (à tort ou à raison).
(...)
C'est peu mais c'est mieux que le rien du tout qu'on obtient par le cynisme.

Dans certains pays - l'inde par exemple - 60% des employes dans l'industrie textile sont des enfants.

80% des employes qui fabriquent nos habits sont des femmes qui gagnent moins de $3 par jour.

Les emissions de CO2 liee a la mode vont augmenter de 60% dans les 15 prochaines annees et representeront alors 30% des emissions de CO2 dans le monde.

L'industrie de la mode n'a jamais genere autant de thunes qu'aujourd'hui.


Et tu proposes de... ?
_________________
A working class hero is something to be.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Agora
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 46
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 25436
Localisation: au bord du Lac

MessagePosté le: 14 Nov 2017 9:48    Sujet du message: Répondre en citant

Je parle de Morale et de Honte parce que je sais que les arguments socio-économiques ne touchent pas cette caste là. Enfin, les arguments économiques, si, mais pas les arguments sociaux. Le PDG de AirBnB ce matin répondait à une question sur les impots en disant qu'il payait ce qu'il devait (toujours la légalité) et ensuite du bullshit-washing pour expliquer son rôle dans la Cité.

Si on part sur une lutte économique, c'est une lutte au moins disant (ces mecs là ne fréquentent de toute façon pas les hopitaux et écoles publiques) via des taux d'imposition ou règles les plus avantageuses possibles. On n'a aucune chance de réussir quoique ce soit, et il y aura toujours une ile quelconque ou une communauté minimaliste qui pourra proposer mieux. Ce n'est pas sur ce terrain là qu'il faut lutter.
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lo de Mars
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 48
Inscrit le: 02 Sep 2003
Messages: 9106
Localisation: Près de l'Huveaune

MessagePosté le: 14 Nov 2017 12:54    Sujet du message: Répondre en citant

axgtd a écrit:
Massive a écrit:
axgtd a écrit:
Vu l'importance que les "optimiseurs" accordent au secret es affaires, le "name and shame" ça peut avoie son utilité en effet.

Combien de gens n'achetent pas de vetements parce que ceux ci sont produits dans des conditions scandaleurses ?


Pas assez mais il y en a.
Suffisamment pour des boîtes se proclament "sweatshop free" (à tort ou à raison).
De même qu'à l'occasion des gens qui se font prendre les doigts dans le bocal aux Caïmans rapatrient leur fortune et paient (bruyamment) quelques impôts.

C'est peu mais c'est mieux que le rien du tout qu'on obtient par le cynisme.


Mouais. Le problème c'est que ca serve d'alibi et que pendant qu'on attend que la "honte" et la "morale" changent les choses, on fait pas grand chose d'efficace.
_________________
You'll never craint degun

— Pourriez-vous être vigilent sur l’orthographe ?!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
axgtd
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox



Inscrit le: 16 Mai 2007
Messages: 2976
Localisation: Chez moi ou alors en province

MessagePosté le: 14 Nov 2017 13:50    Sujet du message: Répondre en citant

Lo de Mars a écrit:
axgtd a écrit:
Massive a écrit:
axgtd a écrit:
Vu l'importance que les "optimiseurs" accordent au secret es affaires, le "name and shame" ça peut avoie son utilité en effet.

Combien de gens n'achetent pas de vetements parce que ceux ci sont produits dans des conditions scandaleurses ?


Pas assez mais il y en a.
Suffisamment pour des boîtes se proclament "sweatshop free" (à tort ou à raison).
De même qu'à l'occasion des gens qui se font prendre les doigts dans le bocal aux Caïmans rapatrient leur fortune et paient (bruyamment) quelques impôts.

C'est peu mais c'est mieux que le rien du tout qu'on obtient par le cynisme.


Mouais. Le problème c'est que ca serve d'alibi et que pendant qu'on attend que la "honte" et la "morale" changent les choses, on fait pas grand chose d'efficace.


Et tu proposes de... ?
(c'est pas pour moi c'est pour un copain qui trouve que même voter Mélenchon c'est trop fatigant).

Personne ne dit que ces fuites de documents ne sont la panacée, en tout cas moi je ne le dis pas. Mais en contribuant à mettre la réalité au grand jour, ça pousse quand même les dirigeants à agir (peut-être trop modestement), ça force certains hypocrites à rapatrier une partie de leur pognon, et ça initie à chaque fois des poursuites judiciaires et/ou des redressements fiscaux.
_________________
A working class hero is something to be.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Massive
Capitaine Comique


Age: 46
Inscrit le: 01 Avr 2003
Messages: 10331

MessagePosté le: 14 Nov 2017 16:12    Sujet du message: Répondre en citant

Pour ma part, Axgtd, j'aimerais qu'on mette en place des minimas sociaux, environementaux, etc, en dessous desquels une societe ne peut pas vendre ses produits dans l'UE. Je pense aussi qu'on devrait chercher a limiter le libre echange, en taxant les produiits de certains pays, en interdisant les capitaux de certains pays, etc. Je suis pret a un choc economique pour revenir a ce qui me semble etre un comportement raisonnable et je crois que tous ces mouvements de capitaux, tout ce libre commerce sont la raison de la cannibalisation des societes occidentales par le capitalisme neo-liberal. Peut etre que je me trompe, hein, c'est pas exactement ma specialite non plus, mais mon sentiment c'est que l'on deguise pleins de pratiques degueulasses derriere des grands concepts de fraternite ou de solidarite a l'echelle mondiale.

Mais pour rester sur le sujet, tu semble penser que le fait de savoir que ce genre de pratiques (je parle des paradise papers) permet d'ameliorer la situation parce que les gens pris dans ces engrennages ont honte, et je ne suis pas du tout d'accord. Je pense qu'on le sait tous depuis des annees, deja. Ensuite je crois que des societes comme Amazon veulent simplement minimiser les degats en termes de relations publiques. Donc ca passe par ces comedies lorsque des politiciens les interpellent. Ces memes politiciens savent bien qu'Amazon est une societe d'une taille suffsante pour se servir des regles fiscales mises en place a cet effet, et ce sont des bouffons. Et ltoutes ces personnes qui s'offusquent sur ces pratiques vont continuer d'acheter leurs livres chez amazon pour economiser les 3-4 euros par commande. Ces 3-4 euros, justemment, ils vont etre pris a qui a la fin ? On le sait tous tres bien, tout comme on sait que le pull vendu 12 euros chez H&M est produit dans des conditions que personne n'accepterait pour ses propres enfants.

Et on peut tourner le truc dans pleins de secteurs: les gens qui piratent de la musique, ceux qui grugent le fisc en payant cash avec ristourne chez un commercant, etc, etc, etc. Il y a tres peu de produits ou services ou payer moins cher garantit pour les gens qui te rendent ces services ou fabriquent ces produits de meilleures conditions de travail. Sauf que quand Uber ou Napster debarquent, t'as forcemment dans ces memes media des articles dythirambiques sur la liberte que ca offre aux clients. Pas un ne va aller contre le dogme du progres et remettre en cause les pratiques sociales derrieres. Et puis 4 ans apres, quand il ne reste qu'un champ de ruine et que la boite a permis a une poignee de faire fortune, la tout d'un coup on joue aux vierges effarouchees.

Et donc au final, la on est en train de discuter de pratiques fiscales. Mais ca vaut pour les salaires, pour les conditions ecologiques, pour les conditions de travail, ca vaut pour absolument tout. Sauf que devant un bouquin a 10 euros et le meme bouquin a 12 euros chez le voisin, y'a quasi personne qui reflechit plus loin que le bout de son nez. Et ca n'est pas pret de changer.

Et moi je crois que la seule solution c'est de faire des lois et que ces lois soient appliquees sans exception. Et ca me permet de rebondir sur Pigasse, le proprio du monde, mais quand lui negocie directement avec le gouvernement pour defiscaliser 75% de ses revenus chez Lazard, il n'a pas le droit de denoncer des pratiques d'optimisation fiscales chez les autres.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Massive
Capitaine Comique


Age: 46
Inscrit le: 01 Avr 2003
Messages: 10331

MessagePosté le: 14 Nov 2017 17:17    Sujet du message: Répondre en citant

Je parlais du revenu universel en mode chez certains. Wired vient de faire un artlcle sur ce sujet suite au soutient de Musk et de Zuckerberg.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lo de Mars
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 48
Inscrit le: 02 Sep 2003
Messages: 9106
Localisation: Près de l'Huveaune

MessagePosté le: 14 Nov 2017 17:42    Sujet du message: Répondre en citant

axgtd a écrit:
Lo de Mars a écrit:
axgtd a écrit:
Massive a écrit:
axgtd a écrit:
Vu l'importance que les "optimiseurs" accordent au secret es affaires, le "name and shame" ça peut avoie son utilité en effet.

Combien de gens n'achetent pas de vetements parce que ceux ci sont produits dans des conditions scandaleurses ?


Pas assez mais il y en a.
Suffisamment pour des boîtes se proclament "sweatshop free" (à tort ou à raison).
De même qu'à l'occasion des gens qui se font prendre les doigts dans le bocal aux Caïmans rapatrient leur fortune et paient (bruyamment) quelques impôts.

C'est peu mais c'est mieux que le rien du tout qu'on obtient par le cynisme.


Mouais. Le problème c'est que ca serve d'alibi et que pendant qu'on attend que la "honte" et la "morale" changent les choses, on fait pas grand chose d'efficace.


Et tu proposes de... ?
(c'est pas pour moi c'est pour un copain qui trouve que même voter Mélenchon c'est trop fatigant).

Personne ne dit que ces fuites de documents ne sont la panacée, en tout cas moi je ne le dis pas. Mais en contribuant à mettre la réalité au grand jour, ça pousse quand même les dirigeants à agir (peut-être trop modestement), ça force certains hypocrites à rapatrier une partie de leur pognon, et ça initie à chaque fois des poursuites judiciaires et/ou des redressements fiscaux.


Euh... je distingue clairement les attentes quant à mettre la honte sur certain et les paradises papers hein.
_________________
You'll never craint degun

— Pourriez-vous être vigilent sur l’orthographe ?!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
axgtd
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox
Taulier de l'equipe du monde de Kamoulox



Inscrit le: 16 Mai 2007
Messages: 2976
Localisation: Chez moi ou alors en province

MessagePosté le: 14 Nov 2017 20:50    Sujet du message: Répondre en citant

Ah bin je comprends pas bien ton intervention Lo, désolé.

Et Massive, bin oui, les lois c'est très bien. Mais ça ne tombe pas du ciel, une loi. S'il n'y a pas un minimum de conscience collective d'un problème, tu n'auras pas de loi pour lutter contre le problème. Et je ne vois pas en quoi les Paradise Papers ne vont dans ce sens. Tu n'avais pas besoin de ce rappel ? D'autres si.
_________________
A working class hero is something to be.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mollows
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 26 Mar 2003
Messages: 13027

MessagePosté le: 14 Nov 2017 23:30    Sujet du message: Répondre en citant

iris-france.org a écrit:
Paradise Papers et illégalité
Tribune /14 novembre 2017. Par Éric Vernier*

Les Paradise Papers, désignant le nouveau scandale mondial lié aux paradis fiscaux à la suite d’une enquête menée par l’ICIJ (Consortium international des journalistes d’investigation), regroupent 13,5 millions de documents :

6,8 millions de documents du cabinet international d’avocats Appleby, basé aux Bermudes et dans une dizaine d’autres paradis fiscaux ;
566.000 documents du cabinet Asiaciti Trust à Singapour ;
6,2 millions de documents issus de diverses sociétés d’une vingtaine de paradis fiscaux.

Ils permettent de démontrer la généralisation des montages défiscalisants des multinationales et des milliardaires à travers le monde, dénoncée depuis longtemps par les spécialistes de la question. L’idée centrale de cette affaire, ressassée chaque jour dans les médias, pourrait se résumer au fait que tout est légal, contrairement aux circuits des Panama Papers qui recouvraient fraude fiscale et blanchiment. Or, la question doit rester posée. Tout cela est-il vraiment légal ?

Le système, non une exception dans le système

Les discours sont effectivement tous convergents, y compris ceux des journalistes d’investigation, mais aussi, bien évidemment, ceux des entreprises et des personnes épinglées : « tout est légal ». Du coup, l’indignation se porte sur l’idée d’industrialisation et de généralisation de ces pratiques. Le paradis fiscal n’est plus l’anomalie du système, mais le système lui-même.

Le grand public, notamment les ex-salariés licenciés des multinationales, découvre que les arguments économiques avancées par ces entreprises pour expliquer la rationalisation de leur production (par le dégraissage), la délocalisation, la pression sur les salaires… ne tiennent plus. En effet une grande partie des bénéfices est escamotée par les truchements inventés par les avocats fiscalistes internationaux, pour réapparaître sur des territoires fiscalement plus cléments.

On comprend aussi par la même occasion que les difficultés rencontrées par de nombreux États s’expliquent aisément au vu de ces révélations. Nombre de pays africains par exemple, ne récupèrent jamais le moindre sou des multinationales œuvrant sur leur sol. Ces entreprises se servent et évacuent en catimini leurs bénéfices vers les paradis fiscaux. De même, la Grèce est incapable d’imposer les armateurs milliardaires ou l’Argentine qui voit à chaque crise les avoirs des plus riches s’exiler à l’étranger. Or si les montages complexes ne sont pas interdits, certaines mises en œuvre paraissent plus discutables.

De nombreuses entorses à la légalité

Quelques exemples très différents illustrent le questionnement de la légalité. Le premier concerne ces sociétés qui sont implantées dans des paradis fiscaux sans aucune activité réelle ou, pire, avec des activités fictives. C’est le cas du pilote de Formule 1 Lewis Hamilton. Il déclare la location de son jet privé immatriculé à l’Île de Man, lui conférant ainsi le statut de loueur, activité commerciale, et lui permettant d’échapper à la TVA sur le prix d’achat de son avion. Or, il est lui-même son seul et unique client, loueur et locataire.

Le deuxième questionnement sur la légalité porte sur les prix de transfert. Pour ne pas payer d’impôt dans les pays les plus fiscalisés, les multinationales créent artificiellement des charges élevées pour réduire leur résultat imposable. Peut-on considérer comme légal de vendre à 100 un produit qui nous a coûté 100 ? Oui, c’est légal, mais la logique d’une telle gestion pose question. Et l’étudiant de première année de BTS commercial apprend qu’une entreprise qui ne fait aucun bénéfice pendant plusieurs années n’est pas viable. Pourtant Starbucks n’a dégagé aucun bénéfice en France depuis qu’elle y est installée.

Nous avons aussi le cas d’Engie, entreprise dont l’actionnaire principal est l’État. Comment peut-on légalement expliquer l’inscription comptable de fausses dettes pour payer moins d’impôts ? Le recours à des montages de faux prêts est d’ailleurs une technique éprouvée aussi par les blanchisseurs de l’argent de la drogue. Donc nous sommes bien face à un faux en écritures comptables.

Enfin, que dire de la responsabilité sociétale des entreprises, la RSE, dans cette situation ? La plupart des multinationales se targuent de développer une démarche RSE dans le cadre notamment de la norme ISO26000. Et elles obtiennent des marchés grâce à cette particularité. Peuvent-elles avancer la qualité « responsable » lorsque les montages fiscaux permettent de ne pas payer d’impôts là où elles sont implantées, grevant d’autant le budget des États qui les hébergent, nuisant ainsi au développement économique et social du pays ? Il y a ici tromperie évidente.

* : Eric Vernier est chercheur associé à l’IRIS, spécialiste du blanchiment de capitaux, de la fraude en entreprise et du développement bancaire durable.
Docteur ès sciences de gestion (habilité à diriger des recherches), Eric Vernier est Maître de conférences à l’Université du Littoral, responsable du Mastère spécialisé « Analyse financière internationale » à la Reims Management School et du Master Management à l’ULCO.
Fondateur de HORUS consultants (audit sur les risques de blanchiment, conseil en formation), il est également Expert APM (sur les risques d’infiltration par des blanchisseurs pour les PME et sur la prévention des risques de fraudes) et Expert Francis Lefebvre (Prévention des risques de blanchiment de capitaux). Administrateur de banque et membre du jury national d’expertise-comptable pendant 10 ans, il a été lauréat du prix Lille Place Financière.
Eric Vernier est l’auteur de nombreux ouvrages et articles scientifiques sur le blanchiment de capitaux et est également membre du comité scientifique ou de lecture de plusieurs revues économiques et financières dont la Revue Française de Gouvernance d’Entreprise (RFGE), Marché & Organisations, Banque et la revue Innovations.


http://www.iris-france.org/102517-paradise-papers-et-illegalite/

_________________
À jamais vainqueur des Koty 2012-2013 et 2013-2014 à la moyenne !
"Le site des KDF ne fera jamais un million de messages." Meem, le 6 janvier 2012.

Le cynisme, voilà l'ennemi !

Ella Fitzgerald - Ding Dong ! The Witch Is Dead
http://www.youtube.com/watch?v=9ngZFRisurU
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mollows
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 26 Mar 2003
Messages: 13027

MessagePosté le: 15 Nov 2017 1:24    Sujet du message: Répondre en citant

theconversation.com a écrit:
Optimisation fiscale : les virtuoses de l’industrialisation du clair-obscur financier
14 novembre 2017, 21:28 CET

Grégory VANEL
Professeur d'économie, Grenoble École de Management (GEM)

Prenant les « opacificateurs » à leur propre jeu du secret, le consortium de journalistes à l’origine des « Paradise Papers » ne fait pas que révéler des pratiques d’optimisation fiscale pour le moins agressives et généralisées. Il montre aussi à quel point ces pratiques sont le fruit d’un processus d’industrialisation de l’opacité financière.

Nul pays et nul secteur d’activité ne semblent désormais épargnés par le phénomène. Cela montre à quel point l’établissement de listes noires est une impasse stratégique majeure dans la lutte que les États les plus lésés annoncent mener, au-delà du nombre parfois ridicule des pays qui y sont inscrits. Cela montre aussi que nous nous sommes habitués aux scandales à répétition, aux rapports dénonçant l’inertie des États dans le domaine (malgré des avancées notables, y compris dans l’Union européenne), mais aussi aux chiffres eux-mêmes. On estime en effet que la seule optimisation fiscale des entreprises génère un manque à gagner pour les États membres de l’UE de 50 à 70 milliards d’euros par an.

Il n’empêche que dans un contexte d’austérité budgétaire accrue et de hausse des inégalités au profit essentiellement des « premiers de cordée », la compréhension de la logique économique derrière ces pratiques demeure assez claire : le marché de l’optimisation fiscale est un marché de l’offre d’opacité, où quelques très gros participants organisent, parce que c’est rentable, une pièce déjà connue depuis près d’un siècle. Qui sont ces participants ? Que permettent ces pratiques ? Et comment peut-on les interpréter ?

Outre les bénéficiaires finaux que sont pour l’essentiel les ménages les plus fortunés et les entreprises les plus puissantes de la planète (les acteurs), les participants de cette pièce sont de deux types. D’abord, les décorateurs, souvent regroupés sous le vocable de « paradis fiscaux », de destination ou de transit. Ensuite, les éclairagistes de cette pièce sont les intermédiaires financiers au sens large, qui agissent essentiellement dans le second type de juridiction.
Ne pas oublier le décor

Dans une publication récente disponible non pas dans une revue économique mais sur le site de la revue Nature, dont on ne peut contester le sérieux et la scientificité, on découvre en effet qu’il existe deux types de paradis fiscaux, aux contours et aux fonctions bien différentes.

Les premiers sont des lieux de destination finale des revenus échappant à l’impôt. Ils commercialisent leur souveraineté fiscale pour attirer et retenir les capitaux étrangers. Il est vrai qu’ils n’ont pas grand-chose à offrir sinon. Ce sont le plus souvent de petites économies insulaires, très attirantes car prélevant un impôt sur les sociétés le plus souvent proche de zéro. Elles sont aussi connectées de manière privilégiée à un pays de transit. Dans le palmarès se retrouvent ainsi à la première place les Îles Vierges Britanniques, Jersey, les Bermudes, les Îles Caïmans, et plus surprenant, Taïwan ou le Luxembourg et ses célèbres rescrits fiscaux…

Les seconds sont souvent en dessous des radars, alors qu’ils concentrent l’essentiel de l’activité d’opacification financière. Ils ont pour fonction de permettre l’aiguillage des flux financiers liés à ces pratiques vers les pays de destination. En particulier, ces pays imposent de très faibles taxes aux transferts de capitaux, quels qu’ils soient (rapatriement de dividendes, royalties, paiements d’intérêts, etc.). Ils bénéficient aussi de nombreuses conventions fiscales avec d’autres grands pays. Enfin, ils ont des systèmes juridiques particulièrement adaptés à la production transnationale ainsi qu’une main-d’œuvre spécialisée hautement qualifiée et compétente dans ces domaines. Au sommet du classement, on retrouve sans surprise les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suisse, Singapour et l’Irlande.

Inutile d’insister sur ce point, mais on comprendra facilement pourquoi la « lutte » contre les paradis fiscaux s’est toujours essentiellement portée sur les juridictions du premier type (l’arrière-plan) et non sur celle du second (le premier plan), et pourquoi depuis peu elle se tourne vers les éclairagistes de cette pièce, véritables virtuoses de l’opacité financière : les intermédiaires.
Deux types d’éclairagistes

Ici aussi, deux catégories sont à noter. D’abord, les grandes banques internationales. Elles sont en première ligne dans l’offre d’opacité financière, au contact des bénéficiaires. Moyennant des commissions juteuses sur les montages complexes qu’elles proposent, elles maintiennent par ce biais leur rentabilité mise à mal par la crise financière. Rien que pour le cas des grandes banques européennes, qui doivent depuis peu se conforter au reporting pays par pays, il apparaît qu’elles concentrent un quart de leurs bénéfices déclarés dans les paradis fiscaux, soit près de 25 milliards d’euros, alors qu’elles n’y déclarent que 12 % de leur chiffre d’affaires et seulement 7 % de leurs employés. On note aussi de manière intéressante que les banques européennes choisissent avec soin leur implantation internationale. Par exemple, l’État du Delaware concentre à lui seul 59 % des implantations de filiales de banques européennes aux États-Unis, dont 42 % dans le même bâtiment…

Ensuite, les compagnies d’audit, et au premier rang desquelles les Big Four. Traditionnellement considérées comme des entreprises du chiffre, elles sont en fait de plus en plus les sous-traitants de premier rang des banques et sous-traitent elles-mêmes certains éléments de leur offre, notamment à des cabinets spécialisés comme celui en cause dans les Paradise papers. Elles proposent les montages sophistiqués et personnalisés aux clients des banques, moyennant là encore de juteuses commissions sur les gains réalisés.

Les activités liées à la fiscalité du Big Four représentent désormais près 30 milliards de dollars par an, soit 23 % de leur activité mondiale. Plus intéressant encore, même si 43 % de leurs employés sont dans un pays du G7, on observe une forte sur-représentation dans les paradis fiscaux par rapport à la taille de leur population. On retrouve ainsi dans le top 25 le Luxembourg à la première place, 5 juridictions qui dépendent de la couronne britannique (comme le Îles Caïmans) et le Royaume-Uni lui-même, mais aussi quatre juridictions qui dépendent des Pays-Bas (Bonaire, Saint Martin, Aruba et Curaçao). On peut comprendre dès lors aussi pourquoi la Commission européenne, qui marche sur des œufs avec deux de ses membres fondateurs sur ce point, a décidé en 2016 non pas d’interdire ces pratiques, mais de les rendre plus transparentes.
Des virtuoses du clair-obscur financier

L’originalité de cette industrie de l’opacité financière n’est pourtant pas de simplement soustraire à l’impôt une partie des revenus des activités des firmes transnationales. Cela serait d’ailleurs fort logiquement assimilé à de la fraude fiscale pure et simple. Il s’agit plutôt d’éclairer les flux financiers de telle sorte que les États sont dans l’impossibilité légale de les taxer. Face à cette offre d’opacité financière, la demande est en effet particulièrement exigeante.

Il s’agit en particulier dans un premier temps de pouvoir posséder et ne pas posséder en même temps. Un certain nombre d’outils, comme les Trusts, permettent ainsi de faire disparaître la responsabilité du vrai bénéficiaire du dispositif. Par exemple Kazaa utilisait la juridiction du Vanuatu au profit officiel du Comité international de la Croix-Rouge (sans que ce dernier le sache) mais en réalité à celui de ses seuls administrateurs, qui ont pu bénéficier ainsi de près de 60 millions de dollars de recettes publicitaires par an.

Il s’agit aussi, dans un deuxième temps, de pouvoir emprunter sans s’endetter, et donc d’augmenter le levier du crédit en transférant le risque à d’autres entités localisées dans des paradis fiscaux et qui disparaissent des radars des agences de notation financière. Quand Enron a fait faillite, par exemple, on a ainsi découvert pas moins de 3 000 entités qui s’endettaient pour cette entreprise.

Il s’agit, dans un troisième temps, de pouvoir déclarer des profits importants pour les actionnaires (book profits) et en même temps des profits faibles pour les autorités fiscales (tax profits). Par exemple, la Deutsche Bank a déclaré une perte globale en Allemagne de 6,1 milliards d’euros en 2015, mais un bénéfice peu taxé de 1,2 milliard au Luxembourg, quand Goldman & Sachs déclarait la même année un bénéfice de 100 millions de dollars aux Îles Caïmans, sans y déclarer un seul employé…

Enfin, dans un quatrième temps, ces pratiques permettent de transformer un investissement national en investissement direct à l’étranger. Le cas de la Chine est à ce propos très troublant, puisqu’elle reçoit une proportion anormalement élevée d’IDE en provenance officiellement de Hong Kong, des Îles vierges britanniques, des Îles Caïmans, de Samoa ou de l’Île Maurice.
Des pratiques au cœur des transformations du capitalisme contemporain

Malgré leur légalité pour le moment non remise en cause dans la plupart des cas, toutes ces pratiques d’optimisation fiscale illustrent les nouvelles dynamiques de l’économie mondiale. Au niveau micro-économique, celui des acteurs eux-mêmes, derrière les chaînes de valeur globales, dont la littérature se cesse de fleurir depuis une décennie, se cachent des chaînes de richesses globales. Ces dernières orientent les flux financiers liés aux premières, et permettent de construire des avantages compétitifs décisifs pour les grandes firmes transnationales.

Au niveau macro-économique, il est permis de penser que la croissance mondiale est en danger du fait de ces pratiques. Elles rendent encore plus difficile l’estimation des richesses produites dans un pays (donc l’évaluation de l’efficacité de telle ou telle politique économique). Elles facilitent la concentration de la distribution des profits au détriment de l’investissement productif. Elles rendent plus difficile encore la perception de l’endettement des acteurs privés, dont on sait que c’est une des causes probablement les plus importantes de l’instabilité financière. Elles limitent enfin la capacité des États à financer les politiques de stabilisation indispensables dans ce contexte d’augmentation de l’instabilité financière.

L’ironie, dans cette affaire, est que les intermédiaires financiers mis en cause dans ces pratiques d’opacification financière sont aussi les mêmes qui sont au cœur des transformations des normes financières internationales. Transformations dont le leitmotiv est plus de transparence…

* : Grégory Vanel est professeur assistant à Grenoble Ecole de Management. Titulaire d’un doctorat en économie internationale de l’université de Grenoble et d’un Ph.D en science politique de l’université du Québec à Montréal, il a enseigné dans de nombreux établissements en France et au Canada. Ses travaux d’Economie Politique Internationale portent essentiellement sur la dynamique de la mondialisation.

http://theconversation.com/optimisation-fiscale-les-virtuoses-de-lindustrialisation-du-clair-obscur-financier-87276

_________________
À jamais vainqueur des Koty 2012-2013 et 2013-2014 à la moyenne !
"Le site des KDF ne fera jamais un million de messages." Meem, le 6 janvier 2012.

Le cynisme, voilà l'ennemi !

Ella Fitzgerald - Ding Dong ! The Witch Is Dead
http://www.youtube.com/watch?v=9ngZFRisurU
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Massive
Capitaine Comique


Age: 46
Inscrit le: 01 Avr 2003
Messages: 10331

MessagePosté le: 15 Nov 2017 4:05    Sujet du message: Répondre en citant

Le Comite de soutien de Hamon a écrit:
Préparation
imprimer
temps total : 50 min
Préparation : 20 min
Cuisson : 30 min

Etape 1
Faire une béchamel pas trop épaisse. Ajouter safran et aneth (au goût) et fruits de mer.
Etape 2
Mouiller les feuilles de bricks avec de l'eau. Mettre la farce au milieu. Replier (pas de technique, j'ai fait comme j'ai pu).
Etape 3
Mettre au four à 210°C (thermostat 7) 20 minutes (ne pas se fier à mon four).

Note de l'auteur:

Recette inventée pour l'anniversaire de mon homme, on s'est régalés. Mon four ne fonctionnne pas très bien, donc, vous voyez quand ça devient doré et croustillant, c'est bon.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Agora
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or


Age: 46
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 25436
Localisation: au bord du Lac

MessagePosté le: 15 Nov 2017 8:33    Sujet du message: Répondre en citant

https://www.challenges.fr/media/agace-par-les-paradise-papers-bernard-arnault-sanctionne-le-monde_513365

Je résume

Le Monde sort des Paradise Papers sur la fraude et l'optimisation fiscale. Enfin, c'est un complot car on n'apprend rien. Les articles concernant Niel (actionnaire du Monde) et Arnault (beau père de Niel) sont donc probablement juste des manipultations sans conséquence (tout le monde le savait de toute façon) juste pour que Arnault en profite pour mettre en place son plan d'économie au service Marketing de LVMH.

Malin...

Plus fort encore, le gouvernement, actionnaire de France Télévision et Radio France, l'autre acteur du consortium, a lancé ces informations pour masquer sa réforme de l'ISF qui passait mal dans l'opinion.

Malin²...
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mollows
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 26 Mar 2003
Messages: 13027

MessagePosté le: 15 Nov 2017 9:45    Sujet du message: Répondre en citant

Massive a écrit:
Le Comite de soutien de Hamon a écrit:
Préparation
imprimer
temps total : 50 min
Préparation : 20 min
Cuisson : 30 min

Etape 1
Faire une béchamel pas trop épaisse. Ajouter safran et aneth (au goût) et fruits de mer.
Etape 2
Mouiller les feuilles de bricks avec de l'eau. Mettre la farce au milieu. Replier (pas de technique, j'ai fait comme j'ai pu).
Etape 3
Mettre au four à 210°C (thermostat 7) 20 minutes (ne pas se fier à mon four).

Note de l'auteur:

Recette inventée pour l'anniversaire de mon homme, on s'est régalés. Mon four ne fonctionnne pas très bien, donc, vous voyez quand ça devient doré et croustillant, c'est bon.


Recettes de bricks vs Vierge de la Pitié.

Fais toi plaiz', j'ai 2.000 ans d'iconos de Pieta en stock.



:arrow: Sinon, si qqu'un a la possibilité d'expliquer à d'aucun l'intérêt tout relatif, pour l'ambiance générale, des pourrissages personnalisés à répétition, c'est bien aussi.
_________________
À jamais vainqueur des Koty 2012-2013 et 2013-2014 à la moyenne !
"Le site des KDF ne fera jamais un million de messages." Meem, le 6 janvier 2012.

Le cynisme, voilà l'ennemi !

Ella Fitzgerald - Ding Dong ! The Witch Is Dead
http://www.youtube.com/watch?v=9ngZFRisurU
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Massive
Capitaine Comique


Age: 46
Inscrit le: 01 Avr 2003
Messages: 10331

MessagePosté le: 15 Nov 2017 17:21    Sujet du message: Répondre en citant

mollows a écrit:
:arrow: Sinon, si qqu'un a la possibilité d'expliquer à d'aucun l'intérêt tout relatif, pour l'ambiance générale, des pourrissages personnalisés à répétition, c'est bien aussi.

Je vais me devouer: tes nombreux paves qui prennent toute la page au milieu de conversations sont horripilants.

C'est bon, t'as lance un lien sur ces paradise papers et j'ai fait rebondir - moi, pas toi - la conversation sur le fait que je trouvais ces "revelations" du Monde assez banales et sans commune mesure avec les differents "papers" sortis auparavant, et depuis tu n'arrete pas de poster des trucs indigestes, sans aucun effort de mise en page, pour dire que si, c'est important, regardez y'a quelqu'un qui le dit. Te rends tu meme compte que le simple fait que certains se devouent pour defendre l'interet de ces revelations montre bien qu'elles n'en ont pratiquement aucun, justemment ?

C'est meme la conclusion d'un des articles que tu poste:

Citation:
L’ironie, dans cette affaire, est que les intermédiaires financiers mis en cause dans ces pratiques d’opacification financière sont aussi les mêmes qui sont au cœur des transformations des normes financières internationales. Transformations dont le leitmotiv est plus de transparence…


Jamais aucun commentaire, jamais un argument, jamais d'erzatz de volonte de dialogue. Tout simplement, et tu le faisais deja avec Sarkozy, ces copier coller peniblissimes pour tout le monde qui interferent avec ce qu'est ce site, a savoir un forum.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page : Précédente  1, 2, 3 ... 23, 24, 25, 26  Suivante
Page 24 sur 26

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Conditions d'utilisations / Informatique et liberté

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com