Menu
Kamoulox du Foot Index du ForumIndex
FAQFAQ
Guide du KDFGuide
Liste des MembresMembres
Groupes d'utilisateursGroupes
CalendrierCalendrier
StatisticsStats
S'enregistrerS'enregistrer
ProfilProfil
Se connecter pour vérifier ses messages privésMessages
KOTYPronostics
Carte du siteCarte
ConnexionConnexion

Recherche rapide

Recherche avancée

Liens
KamoulCup Brasiou
KamoulCup SiteOfficiel
EuroKamoulCup
KamoulWorldCup
KamoulCup
Cahiers du foot
So Foot
Kamoulox
Carton rouge
1 jour 1 photo
Blog d'Axl

Qui est en ligne
[ Administrateur ]
[ Modérateur ]


Recherche Google
Google

http://www.phpbb.com
La Guerre en Irak et la 3ème guerre mondiale
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 94, 95, 96  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Croyez-vous que, suite à une attaque américaine sur l'Iran, Israël sera attaqué, puis la Chine occupera la Sibérie et la guerre mondiale sera déclenchée?
Non. Le Pentagone est beaucoup trop sain d'esprit pour ne pas déclencher de telles hostilités.
0%
 0%  [ 0 ]
Oui. 60 ans de paix relative c'était quand même long. Heureusement qu'il y a les religieux.
54%
 54%  [ 18 ]
Non
12%
 12%  [ 4 ]
Oui
6%
 6%  [ 2 ]
Je propose un référendum sur un traité constitutionnel américano-iranien
27%
 27%  [ 9 ]
Votants : 33
Total des votes : 33

Auteur Message
MerciLilian
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 21 Mar 2003
Messages: 8265
Localisation: Dans une rédemption à la Sting (dixit Le Plan)

MessagePosté le: 26 Mar 2003 20:07    Sujet du message: La Guerre en Irak et la 3ème guerre mondiale Répondre en citant

Rien qu'aujourd'hui, 1000 morts, c'est confirmé. Je répète
MILLE MORTS
_________________
Le plus grand talent de comédien en France :onyourknees:

On peut le faire! Tous ensemble!


Dernière édition par MerciLilian le 13 Mai 2005 9:57; édité 5 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
MerciLilian
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 21 Mar 2003
Messages: 8265
Localisation: Dans une rédemption à la Sting (dixit Le Plan)

MessagePosté le: 26 Mar 2003 20:26    Sujet du message: Répondre en citant

Voici des articles dont tout le monde s'en foutait et qui ont été publié bien avant le 11 septembre 2001.

Lisez-donc avec attention c'estEPOUSTOUFLANT



DES MENSONGES COUVERTS PAR LES NATIONS UNIES

Loi du silence sur l'uranium appauvri

DEPUIS que les munitions à l'uranium appauvri (UA) ont été testées par les Etats-Unis contre l'Irak, décès et maladies inexpliquées se multiplient chez les combattants ayant servi dans le Golfe, mais aussi en Bosnie et au Kosovo. A des degrés divers, les agences des Nations unies ont imposé une chape de silence sur la dangerosité radiologique et chimique de cette arme. N'a-t-il pas fallu attendre janvier 2001 pour que l'Organisation mondiale de la santé « envisage » d'enquêter sur les effets de l'UA sur les populations du Golfe ?



Par ROBERT JAMES PARSONS
Journaliste, Genève.



Annoncé, reporté plusieurs fois, puis resurgi sous la pression des agences internationales d'aide humanitaire présentes au Kosovo, le projet d'élaboration d'un rapport sur l'uranium appauvri (UA) par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a toujours pas abouti. Après l'éclatement de l'affaire dite du « syndrome des Balkans », l'OMS s'est contentée de publier en janvier 2001 un aide-mémoire qui, en quatre pages, prétend traiter de l'essentiel du sujet (1). Cherchant surtout à calmer le jeu et à rassurer le public, les informations y sont vagues et souvent en flagrante contradiction avec les connaissances scientifiques actuelles. Si radiation il y a, affirme le texte, elle se situe en dessous du seuil acceptable : « La science fait apparaître comme improbable la détection d'une aug mentation du risque de leucémie chez les militaires dans les Balkans en relation avec l'exposition à l'uranium appauvri. »

Plus haute instance mondiale dans le domaine de la santé, comment l'OMS at-elle pu produire un tel document ? Elle y recommande, par exemple, comme « raisonnables » des « opérations de dépollution » aussi invraisemblables que celle consistant à récupérer des milliers de milliards de particules radioactives invisibles répandues sur des centaines de kilomètres carrés de territoire et mélangées avec des centaines de milliers de tonnes de terre !

En fait, un accord passé avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) en 1959 interdit à l'OMS de traiter des questions de radiation et de santé publique sans l'aval de celle-ci. Aval qui n'est pratiquement jamais donné.

Dans les années 1950, aux Etats-Unis, pour justifier les budgets faramineux destinés à l'arsenal nucléaire, le gouvernement Eisenhower joua sur les retombées civiles de la recherche militaire. Il fit naître, en 1954, le programme « Atomes pour la paix », promettant à l'opinion une électricité, non seulement « propre », mais trop abondante pour qu'il vaille la peine de la facturer.

Bien des membres de la communauté scientifique, peu ou pas impliqués dans les recherches militaires, rappelèrent alors les travaux qui valurent à Herman Joseph Muller de recevoir un prix Nobel en 1946. Il avait découvert le caractère mutagène terrifiant de la radiation ionisante. C'est précisément cette radiation que les centrales nucléaires prévues par « Atomes pour la paix » allaient introduire au sein de la population civile. Le docteur John W. Gofman, chef du groupe plutonium ayant isolé le premier milligramme de plutonium en 1942, ne cessait pour sa part de marteler : « D'après toute norme raisonnable basée sur des épreuves scientifiques, il n'existe aucune dose sûre (2). » Face à de telles réticences, les Etats-Unis poussèrent en 1956 à fonder l'AIEA, organisation du système de l'ONU dont le mandat revient tout simplement à promouvoir l'industrie nucléaire.

En 1957, l'OMS a organisé une conférence internationale sur les effets de la radiation sur la mutation génétique, dont les prémisses de base, issues des expériences de Muller, se reflètent dans les monographies présentées à la conférence et ensuite publiées (3). Pourtant, en 1959, le débat est clos. L'OMS accepte l'accord avec l'AIEA, selon lequel « chaque fois que l'une des parties se propose d'entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut présenter un intérêt pour l'autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d'un commun accord (4). » C'est cette obligation de « commun accord » qui permettra à l'AIEA d'empêcher presque tous les efforts de l'OMS dans le domaine des rapports entre santé publique et radiation.

C'est ainsi que, lorsque l'OMS se propose de publier un aide-mémoire sur l'uranium appauvri, le projet n'aboutit pas. L'étude générique, qui traîne encore, devait se limiter à l'UA, « contaminant chimique en tant que métal lourd ». Il faudra que l'uranium appauvri fasse la « une » de la presse internationale pour que l'OMS annonce que l'étude sera étendue à la radiation. Le travail supplémentaire sera assuré par des experts en provenance d'organisations telles que le Nuclear Radiation Protection Board du Royaume-Uni (instance vivement critiquée par les anciens combattants britanniques atteints du syndrome de la guerre du Golfe) et, bien sûr..., l'AIEA. Les organisations d'aide humanitaire présentes à Kosovo, telles le Haut-Commissariat pour les réfugiés, le Programme alimentaire mondial, l'Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires, l'Organisation des migrations internationales, qui, en vertu de leur appartenance au système onusien, sont obligées de se référer à l'OMS pour toute question de santé publique, attendent toujours.

Les normes qui, actuellement, établissent la dose de radiation « supportable » sans danger par l'organisme humain ont été fixées à partir d'études faites par l'Atomic Bomb Casualty Commission du Pentagone sur les survivants de Nagasaki et de Hiroshima, études dont un objectif important, sinon le principal, fut de déterminer l'efficacité de la bombe en tant qu'arme de guerre. Ces études (dont les détails ne furent publiés qu'en 1965) commencèrent en 1950, moment où bon nombre de victimes qui avaient initialement survécu étaient déjà mortes des suites des bombardements. Le groupe étudié comprenait surtout des sportifs jeunes en relativement bonne forme. Les personnes particulièrement vulnérables aux effets néfastes de la radiation - les enfants, les femmes et les vieux - n'y figurent pas.

Ces études des survivants furent rapidement terminées, sans attendre le développement de cancers qui mettent des décennies à apparaître. De plus, elles furent menées par des physiciens sans formation en biologie. A l'époque, ceux-ci ignoraient encore l'existence - sans parler du fonctionnement - de l'ADN, et ne distinguaient pas entre les effets d'une seule explosion vive et intense et ceux d'une radiation de source interne, lente et constante, comme celle émise par les particules d'UA (qui pénètrent dans le corps par voie d'inhalation, d'ingestion, ou de blessures sur la peau).

Le lobby nucléaire a toujours prétendu que les effets de la radiation faible sont trop infimes pour être étudiés. On a donc extrapolé à partir des effets observés après une irradiation à forte dose (Hiroshima et Nagasaki), suivant cette logique : si 1 000 survivants étaient malades après l'exposition à une dose 100 (chiffre arbitraire), 500 seraient malades exposés à une dose 50 et un seul dans le cas d'une dose 0,5. Donc, en dessous de cette exposition, personne n'est affecté (5) !


Doutes sur les normes actuelles

OR une étude sur les enfants nés de mères ayant subi des radiographies pendant leur grossesse, de la chercheuse anglaise Alice Walker, a mis en évidence le danger de la radiation à faible dose pour l'organisme humain. Dans les années 1970, elle arriva aux mêmes conclusions pour les employés de l'usine de fabrication d'armes nucléaires de Hanford aux Etats-Unis. En 1998, toujours vaillante malgré ses quatre-vingt-onze ans, elle a publié, avec George W. Kneale, une réévaluation approfondie des enquêtes faites sur les survivants de 1945, montrant de façon irréfutable les erreurs présentes dans les études ayant servi de base à l'établissement des normes actuelles (6). Ce sont ces normes qui permettent à l'aide-mémoire de l'OMS de parler de « dose journalière acceptable » applicable aux personnes exposées à l'UA. Allant dans le même sens, le docteur Chris Busby, chercheur anglais auteur de nombreux ouvrages sur les effets de la radiation faible (7) (travaux contestés par l'establishment nucléaire), a expliqué le mécanisme par lequel une radiation faible interne et chronique détruit de façon systématique l'ADN des cellules pour produire des mutations à la base des cancers.

Les normes internationales ont été revues à la baisse par l'lnternational Commission for Radiation Protection - agence chargée d'élaborer ces normes, qui sont ensuite appliquées par l'AIEA - à plusieurs reprises, plus récemment en 1965, 1986 et 1990. La révision de 1990 a réduit dans un rapport de 5 à 1 la dose permise. Les Etats-Unis n'ont toujours pas accepté cette révision. C'est donc sur des doses cinq fois plus élevées que celles acceptées par le reste du monde qu'ils prétendent que leurs soldats ont subi des doses « sûres » pendant la guerre du Golfe.

L'instance la plus haute en la matière aux Etats-Unis est l'Atomic Energy Commission (AEC), agence civile, mais en réalité dirigée par le haut commandement militaire qui, ainsi, contrôle le développement de toute technologie nucléaire. Toutes les sources principales de la radiation ionisante sont ainsi tombées sous le contrôle de personnes et d'institutions qui n'ont aucun intérêt à en explorer la dangerosité. Les quatre autorités scientifiques les plus éminentes ayant travaillé pour l'AEC sont MM. John Gofman, Karl Z. Morgan, Thomas Mancuse et Mme Alice Stewart. Chacun à son tour fut renvoyé pour avoir présenté des résultats d'études démontrant que l'exposition à la radiation faible provoque le cancer (8). L'aide-mémoire de l'OMS s'inscrit donc dans un historique de dénégation générale, dont l'affaire de l'UA en Yougoslavie n'est que l'épisode le plus récent.

Pendant la guerre du Kosovo, en mai 1999, l'ONU a organisé un voyage de représentants de toutes les agences impliquées dans le conflit afin d'en dresser une évaluation préliminaire. Chacune a rédigé un rapport qui, par la suite, a été partagé avec les autres agences. Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) y a participé, mais son rapport a été supprimé. Rendu public le 18 juin 1999, grâce à une fuite, dans deux quotidiens de Suisse romande, le Courrier et la Liberté, le document issu de la plume de M. Bakary Kante, conseiller du directeur général du PNUE Klaus Toepfer, tirait le signal d'alarme sur la pollution engendrée par les bombardements et signalait spécifiquement l'UA (9).

Un autre rapport sur la pollution, commandité par la Commission européenne et publié en juin, peu après la fin de la guerre, s'est donné la peine d'identifier ses sources (experts sur le terrain et ailleurs, ouvrages, monographies spécialisées, etc.) mais ne mentionne quasiment pas l'uranium appauvri (10). Sur une liste sommaire des types de pollution figure l'indication unique : « UA », suivie de la mention « en Yougoslavie - prétendu ». On pourrait supposer que ce groupe de travail ignorait l'existence du document de Kante. Pourtant, plusieurs paragraphes de son rapport le reproduisent mot à mot, et la liste de quelque 80 sites bombardés est identique à celle constituée par M. Kante.

Peu après, le PNUE constitue un groupe de travail, le Balkans Task Force (BTF), pour dresser un bilan complet. A sa tête M. Toepfer nomme M. Pekka Haavisto, ancien ministre de l'environnement de Finlande. Celui-ci est catégorique : l'UA fait partie du tableau global de la pollution et il ne faut pas l'écarter de l'enquête ; si on lui interdit de l'étudier comme pollution radioactive, il l'étudiera comme pollution chimique (voir encadré).


Où sont les sites contaminés ?

LE rapport du BTF enfin prêt (11), son lancement à Genève est annoncé pour le 8 octobre 1999. Un journaliste qui se rend au bureau du PNUE à Genève, siège du BTF, à la recherche anticipée d'une copie, est accueilli par M. Robert Bisset, porte-parole et bras droit de M. Toepfer, qui lui interdit tout contact avec l'équipe de M. Haavisto. On apprend finalement que ce dernier, contrairement au plan prévu, donnera une conférence de presse, le 11 octobre à New York. Les journalistes qui suivent de près la question de l'UA au Kosovo, tous basés à Genève, se voient ainsi ôter la possi bilité d'interroger le responsable du rapport.

Retravaillée par M. Bisset, la partie finale du rapport est réduite de 72 pages à 2, comme en témoigne son texte boiteux (plus tard, les parties manquantes paraîtront sur le site Internet du PNUE) (12). Ses conclusions et recommandations parlent d'empêcher tout accès aux sites contaminés, tout en déclarant que ceux-ci... ne peuvent être repérés. L'experte canadienne Rosalie Bertell avait conseillé au BTF de prendre des échantillons sur les filtres d'air des véhicules au Kosovo, sur les chars blindés touchés, et sur des sites probablement atteints par des armes à l'UA : aucun échantillon conforme à ses conseils ne sera recueilli lors de la seule mission menée sur le terrain.

Pendant tout ce temps, Genève assiste à un défilé de personnalités directement impliquées dans la question. Envoyé spécial aux Balkans du Haut-Commissariat pour les réfugiés, M. Dennis McNamara parle du retour de ces derniers sur des sites « d'environnement sûr ». Mais par « sûr », il entend « militairement sûr » et insiste au cours d'une conférence de presse tenue au Palais des nations le 12 juillet 2000 : « L'OTAN assure que l'UA ne pose pas de problème. » Sous-secrétaire d'Etat des Etats-Unis pour la population, les réfugiés et la migration, venue à Genève vanter devant le Conseil économique et social de l'ONU la réussite de la « guerre humanitaire », Mme Julia Taft avoue, elle, pendant une autre conférence de presse (Palais des nations, 14 juillet 1999), qu'elle ne sait pas ce qu'est l'UA.

Interrogé par nos soins, M. David Kyd, porte-parole de l'AIEA, prétend que le mandat de son agence ne permet aucunement à celle-ci d'enquêter sur l'uranium appauvri et assure que l'UA est de toute façon inoffensif. Le docteur Keith Baverstock de l'Office régional pour l'Europe de l'OMS débite la même litanie sur l'absence totale de danger, tout en ajoutant que « l'UA pourrait causer des problèmes dans une situation de bataille » ! Enfin, devenu envoyé spécial aux Balkans du secrétaire général de l'ONU, l'ancien premier ministre suédois Carl Bildt tranche : l'affaire de l'UA est une « non-affaire ».

En mars 2000, le Military Toxics Project, ONG antinucléaire américaine, annonce qu'une carte des cibles touchées par l'uranium appauvri au Kosovo aurait été remise par l'OTAN au PNUE en janvier, information confirmée par une source du ministère des affaires étrangères des Pays-Bas (13). Craignant un tollé général, M. Toepfer convoque une réunion de crise à Genève, le 20 mars 2000, pour arrêter une stratégie. Il est trop tard. Le matin même, le Courrier, dernier journal indépendant de Suisse romande, publie la carte.

Le lendemain, M. Haavisto tient une conférence de presse pour la rendre publique. S'il se veut rassurant, il renvoie cependant aux recommandations du rapport d'octobre : il convient d'empêcher l'accès aux endroits contaminés - tout en indiquant que la carte disponible n'est pas assez précise pour identifier ceux-ci. Un communiqué de presse signale l'étude de l'OMS éternellement en préparation et une autre commanditée par le BTF auprès de la Royal Society du Royaume-Uni (dont on n'a plus parlé depuis).

La carte, censée révéler les 28 sites touchés par des projectiles flèches [en anglais : penetrators] antichars de 30 mm lâchés par des avions A-10, pose pourtant des questions. Les cibles sont concentrées près de la frontière albanaise (zones d'occupation italienne et allemande), où Tito, craignant l'irrédentisme du dirigeant albanais Enver Hoxha, avait fait construire d'importantes installations militaires souterraines en béton. Selon M. Jacques Langendorf, analyste militaire suisse ayant visité les lieux du temps de Tito, les projectiles flèches de 30 mm auraient peu d'effet contre ce béton, mais des missiles Cruise armés d'UA pourraient s'avérer efficaces. Et, selon l'analyste britannique Dennis Flaherty, un des buts de la guerre aurait été de tester de tels missiles équipés d'une nouvelle technologie (appelée Broach), qui permet de tirer jusqu'à dix projectiles flèches à la fois, en vue d'une pénétration plus efficace de bunkers souterrains.

Après des demandes insistantes du secrétaire général de l'ONU, M. Kofi Annan, une nouvelle carte a été remise à M. Toepfer, en juillet 2000, par l'OTAN. Elle comporte 112 cibles accompagnées d'une liste de munitions censées y avoir été lâchées (une vingtaine de sites portent la mention « inconnu » en face du type de munitions - invraisemblable vu les systèmes de contrôle informatique dont disposent et l'OTAN et le Pentagone) et aurait été cachée à M. Haavisto jusqu'en septembre. En la découvrant, ce dernier aurait voulu mettre immédiatement sur pied une mission d'enquête au Kosovo. M. Toepfer aurait interdit une telle démarche avant les élections du 24 octobre 2000, craignant, en cas de révélations inquiétantes... des exodes massifs, comme pendant la guerre.

Quoi qu'il en soit, le Haut-Commissariat pour les réfugiés, las d'attendre l'OMS, a mis sur pied ses propres consignes pour son personnel (14) : aucune femme enceinte ne sera envoyée au Kosovo, toute personne pressentie pour cette zone doit avoir l'option d'un autre poste ailleurs, et tout fonctionnaire envoyé au Kosovo doit voir figurer dans son dossier une indication de « service sur le terrain », pour faciliter la recherche de compensation en cas de maladie provoquée par... la contamination. Selon M. Frederick Barton, haut-commissaire adjoint pour les réfugiés, les efforts du HCR pour signaler le danger de contamination aux populations civiles se sont heurtés à une résistance formidable tant de la part des chefs politiques albanais que de la part de l'administration de l'OTAN et de l'Unmik (Mission des Nations unies au Kosovo).

Pour la docteure Rosalie Bertell, la « non-affaire » de l'uranium appauvri s'inscrit en droite ligne dans une longue histoire qui se joue encore et semble loin de se terminer. Une « non-affaire » à suivre.

ROBERT JAMES PARSONS

et...

Utilisées pour la première fois durant la guerre du Golfe, particulièrement par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, des munitions - balles, obus, missiles, bombes - fabriquées avec de l'uranium appauvri ont été employées par l'OTAN en Yougoslavie. Outre leurs effets immédiats, elles ont des conséquences dramatiques sur leurs victimes - et leurs utilisateurs - du fait de la contamination radioactive qu'elles engendrent.

LE 30 mars 1999, l'OTAN a annoncé l'entrée en action en Yougoslavie des avions américains A-10, les fameux tankbusters ou « tueurs de chars », puis l'arrivée en Albanie des hélicoptères Apache affublés du même qualificatif. « Tueur de chars » : une expression ludique de jeu vidéo. En réalité, on omet de dire que la redoutable efficacité de ces nouveaux armements tient à la nature de leurs munitions, fabriquées avec de l'uranium appauvri (UA). Le 21 avril, M. Giuseppe Marani, l'un des porte-parole de l'OTAN, a confirmé au quotidien japonais Maïnichi leur utilisation en Yougoslavie. L'uranium appauvri, ou U-238, est le déchet du phénomène d'enrichissement de l'uranium naturel permettant d'obtenir de l'uranium U-238 fissile, utilisé à des fins militaires (armes et sous-marins nucléaires) ou civiles (centrales nucléaires, aviation). C'est le métal le plus dense, le plus lourd. Projeté à une vitesse de 1 200 mètres/seconde (Mach 5), il perfore les blindages des chars et peut transpercer une plaque de béton sous trois mètres de terre. Il est donc beaucoup plus efficace que le tungstène utilisé jusqu'alors.

En outre, il ne coûte rien (c'est, littéralement, un déchet de l'industrie nucléaire), contrairement au tungstène, qu'il faut importer, et son utilisation pour l'armement permet de résoudre en partie l'incontournable problème du stockage des déchets nucléaires - en 1991, le budget fédéral américain prévoyait, pour les dix prochaines années, l'acquisition de 130 000 tonnes d'UA pour les « réserves de défense nationale » (cette quantité a été augmentée depuis). Dès 1979, un mémorandum du ministère américain de la défense en prônait l'utilisation (1). Le caractère radioactif et hautement toxique de ces armes fut alors, et depuis, intentionnellement négligé. Pourtant, la même année, M. Leonard A. Dietz, alors chercheur au Knolls Atomic Power Laboratory à Schenectady (Etat de New York), découvrait des vapeurs d'UA dans des filtres à air de contrôle de pollution, dont trois à 42 kilomètres de ce site (2).

Cette contamination provenait du National Lead Industries Plant (NL) de Colonie, situé à 16 kilomètres à l'est du laboratoire, à la limite de la ville d'Albany. Or NL fabriquait des pénétreurs en uranium appauvri pour les obus et des contrepoids d'ailes pour les avions civils. Sans relation avec ces observations, en 1980, l'Etat de New York ordonnait à NL de cesser sa production pour dépassement des doses radioactives réglementaires dans l'environnement. Le site fut fermé et décontaminé. M. Leonard A. Dietz analysa 26 particules contenant de l'uranium extraites des filtres. Quatre contenaient de l'uranium appauvri pur. Les 22 autres, de l'uranium enrichi associé. « Les quatre particules d'UA, explique-t-il, atteignaient quasiment la dose limiteinhalable. Inhalable signifie que les particules passeront par les voies respiratoires supérieures jusqu'aux poumons pour y former des dépôts dans diverses zones intérieures, où un grand nombre resteront pendant plusieurs années, pouvant entraîner un haut niveau de radiation des tissus. C'est un foyer radioactif dans le poumon (3) . » De fait, dans plusieurs sites de fabrication d'armes UA aux Etats-Unis, des grèves ont été menées par les ouvriers des dirty plants (« usines sales ») qui fabriquaient ces armes, pour faire reconnaître certains cancers comme maladies professionnelles et obtenir de meilleures conditions de travail.

Utilisé dans l'armement, l'uranium appauvri libère des particules radioactives en percutant la cible, ainsi que des poussières contenant des éléments toxico-chimiques de type métaux lourds. Il est pyrophorique et produit des vapeurs qui s'enflamment à très haute température. Les effets contaminants de ces armes pour l'environnement et les populations environnantes ont longtemps été niés par les autorités militaires. Pourtant, l'armée américaine publiait, dès le 28 septembre 1990, un épais bulletin technique donnant les consignes en cas d'accident concernant du matériel UA (4) : « Aucun équipement ou matériel impliqué dans l'accident/incident ne doit quitter le site tant qu'il n'a pas été contrôlé par le personnel chargé de la protection radioactive et décontaminé selon les règles. » Ce guide précise également que, « en brûlant, les explosifs se mélangent, volent, s'égouttent, se diffusent dans le sol environnant ou les débris. Après l'extinction du feu, ces explosifs ne sont inoffensifs que s'ils ont complètement brûlé. Ceux qui n'ont pas complètement brûlé représentent un risque explosif extrême.

En refroidissant, comme le métal, ils prennent des formes bizarres. Ils peuvent avoir intégré des impuretés qui les rendent encore plus dangereux qu'ils n'étaient auparavant ». En mars 1991, un char chargé d'armes UA fut enterré dans la décharge nucléaire de Barnwell, en Caroline du Sud, tandis que trois autres chars étaient enfouis en Arabie saoudite et en Allemagne (5). Huit jours après la fin de la guerre du Golfe, un mémorandum sur l'UA, émanant du commandement de l'armée, donnait les premières instructions aux soldats sur la façon de traiter les « véhicules contaminés par la radioactivité ». C'est avec l'affaire des « tirs amis » que les Etats-Unis ont été obligés de reconnaître publiquement l'utilisation d'armements UA lors de la guerre du Golfe. Pendant les opérations « Bouclier du désert » et « Tempête du désert », 29 véhicules américains ont été contaminés par de l'UA sur le champ de bataille. Vingt et un d'entre eux (6 chars Abrams et 15 véhicules de combat Bradley) ont été transpercés par ces munitions. Au total, 15 soldats furent tués et plus de soixante blessés par des tirs de munitions UA. L'Irak ne possédant pas ce type d'armement, il a bien fallu se rendre à l'évidence : il s'agissait d'erreurs de tirs entre troupes américaines (6).

L' Army Times (journal officiel de l'armée américaine) du 26 juillet 1993 rendait publique la liste détaillée des dommages consécutifs à ces « tirs amis », sans préciser le nombre de morts survenues plus tard. Cinq ans après la guerre, 30 des soldats victimes de ces « dommages collatéraux » ont été contrôlés par le Depleted Uranium Program (Programme uranium appauvri) au MD VA Medical Center de Baltimore. Quinze présentaient encore un haut niveau de radioactivité dans leurs urines. Le professeur Leonard A. Dietz, qui, depuis, a réalisé une étude sur les effets contaminants de l'UA chez les vétérans de la guerre du Golfe, note que, « si l'on détecte la présence d'UA si longtemps après, même à un niveau bas, cela indique que vous aviez une forte dose cinq ans avant ». Mais il ajoute que « l'armée américaine et l'administration des vétérans ont refusé d'établir le lien entre les pathologies développées et la toxicité- radioactivité provenant des particules inhalées et ingérées.

Elles ont refusé de contrôler le plus grand nombre de soldats (7) ». Des effets dévastateurs POURTANT, il est acquis qu'une partie des pathologies répertoriées sous le terme de « syndrome de la guerre du Golfe » est bien due à la présence d'UA. Mme Sara Flounders, l'une des responsables du Centre international d'action (International Action Center) créé par l'ancien ministre américain de la justice, M. Ramsey Clark, très engagé contre la guerre du Golfe et pour la levée de l'embargo à l'encontre de l'Irak, rapporte que l'administration des vétérans a mené une étude auprès de 251 familles de vétérans dans le Mississippi. Depuis la guerre, 67 % d'entre eux ont eu des enfants présentant de graves malformations (8). Augmentation de certains cancers, malformations congénitales inconnues jusqu'alors, les mêmes phénomènes sont constatés en Irak dans des proportions alarmantes. Il est difficile d'évaluer exactement la quantité de munitions UA déversées sur ce pays, au Koweït et en Arabie saoudite. Selon l'armée américaine, plus de 14 000 tirs américains dont 7 000 durant l'entraînement avant la guerre dans le désert en Arabie saoudite et 3 000 perdues dans l'incendie d'une réserve de l'US Army à Doha, au Koweït.

Il faut ajouter les tirs britanniques et probablement d'autres. Un rapport secret de l'Atomic Energy Authority (agence britannique à l'énergie atomique), révélé en novembre 1991 (9), indique qu'au moins 40 tonnes d'UA ont été laissées dans le désert par les armées alliées. Il note la présence de suffisamment d'uranium au Koweït et en Irak pour causer « 500 000 morts potentielles ». Neuf ans après la fin du conflit, les médecins irakiens continuent de constater un nombre anormalement élevé de leucémies chez les enfants, de tumeurs et cancers chez les adultes et de naissances ou avortements de foetus présentant des malformations monstrueuses.

Deux symposiums internationaux (1994 et 1998) se sont tenus à Bagdad sur cette question, en présence de spécialistes étrangers et de vétérans de la guerre du Golfe. En décembre 1998, les participants ont souligné la nécessité d'engager, avec l'aide internationale, une étude épidémiologique approfondie permettant de mieux déterminer les liens de cause à effet. Ils ont posé aussi la question, insoluble pour l'instant, du repérage des zones touchées, notamment au sud, et de leur décontamination. « L'interdiction de ces armes nous concerne tous, soulignait le docteur Sami El Aradji, l'un des responsables de la Société irakienne pour l'environnement et la protection, rencontré à Bagdad en mars dernier, car hier c'était l'Irak, mais ensuite ? » Ensuite, c'est aujourd'hui la Yougoslavie.

Par CHRISTINE ABDELKRIM-DELANNE
_________________
Le plus grand talent de comédien en France :onyourknees:

On peut le faire! Tous ensemble!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Enzo El Principe
Vainqueur du KOTY-Italie
Vainqueur du KOTY-Italie



Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 4095
Localisation: Marseille / River Plate

MessagePosté le: 26 Mar 2003 21:05    Sujet du message: Répondre en citant

Et pendant ce temps là...


NEW DELHI/ISLAMABAD (Reuters) - L'Inde et le Pakistan ont procédé mercredi à des tirs expérimentaux de missiles à courte portée.


Les Indiens ont été les premiers à annoncer le tir, depuis leur base de Balasore, sur la côte Est, d'un missile sol-sol de 150 km de portée capable d'emporter une charge nucléaire de type "Prithvi" ("Terre") et déjà en service dans leur armée.


Les autorités indiennes ont souligné qu'il s'agissait d'un tir de routine. Les spécialistes pensent que ce missile est principalement destiné au Pakistan voisin avec lequel l'Inde s'est battue à trois reprises depuis la fin en 1947 de l'Empire britannique des Indes.


Quelque temps plus tard, les Pakistanais annonçaient le tir d'un missile à courte portée lui aussi capable d'embarquer une charge nucléaire. Ils ont ajouté avoir informé à l'avance du tir les pays voisins, "y compris l'Inde".


On ignore encore lequel des deux pays, détenteurs de l'arme nucléaire, a en fait tiré le premier.
_________________
Vainqueur du KOTY - Calcio 2003-2004
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MerciLilian
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 21 Mar 2003
Messages: 8265
Localisation: Dans une rédemption à la Sting (dixit Le Plan)

MessagePosté le: 27 Mar 2003 15:15    Sujet du message: Répondre en citant

Bon, j'ai à présent une opinion bien arrêtée au-sujet de cette guerre.

Pour moi, tous les gens qui soutiennent les décisions précipitées de Bush & Co sont des salauds et pensent profondèment que toutes les vies n'ont pas la même valeur. Il ne faut pas avoir peur de l'affirmer avec force et les diaboliser.

(Parmi des milliers d'autres délires depuis deux ans, c'est inouï d'entendre subitement Rumsfeld citer les "Conventions de Génève" comme référence alors que l'ONU il s'en branle!!)

Lorsque la même famille (Reagan & Co) était au-pouvoir durant l'apartheid en Afrique du Sud, pourquoi n'a-t-elle pas fait une attaque armée pour se débarasser du clan ultra-minoritaire et mafieux de cette brutale dictature et dont les services secrets ont été cités dans de nombreuses affaires terroristes?

C'est le peuple, le boycott, les immenses concerts qui ont fait plier les tortionaires, violeurs, terroristes, fanatiques, racistes de Botha & Co.
C'était impossible d'appliquer la même méthode à Hussein?

Bref, toutes celles et ceux qui sont pour cette intervention précipitée sont des gens qui méprisent profondément tout ce qui n'est pas occidental. Pourquoi alors, ils ne l'expriment pas plus simplement?
_________________
Le plus grand talent de comédien en France :onyourknees:

On peut le faire! Tous ensemble!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
MerciLilian
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 21 Mar 2003
Messages: 8265
Localisation: Dans une rédemption à la Sting (dixit Le Plan)

MessagePosté le: 27 Mar 2003 15:42    Sujet du message: Répondre en citant

Et je rajoute que ces mêmes grands malades ne devront pas venir pleurer quand les Brigades Rouges Internationales seront actives à nouveau dans 1 ou 2 ans, avec tout le savoir-faire allemand, francais ou italien puissance dix.
_________________
Le plus grand talent de comédien en France :onyourknees:

On peut le faire! Tous ensemble!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
ZZ
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 6605

MessagePosté le: 27 Mar 2003 22:21    Sujet du message: Répondre en citant

ML, black power... :?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ZZ
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 6605

MessagePosté le: 27 Mar 2003 22:41    Sujet du message: Répondre en citant

Tiens je ne sais pas si tu as vu ça du pays d'ABBA mais RTL fait en ce moment sa campagne publicitaire sur sa couverture de la guerre en Irak... Je trouve que c'est le dernier niveau avant la balle dans la tête... :cry:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MerciLilian
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 21 Mar 2003
Messages: 8265
Localisation: Dans une rédemption à la Sting (dixit Le Plan)

MessagePosté le: 27 Mar 2003 23:34    Sujet du message: Répondre en citant

Pourquoi Black Power ZZ? Pas de power du tout oui...ou alors Blague power ou encore mieux Baka Power!

Sérieux, j'ai horreur de l’antiaméricanisme et tous les autres –ismes morbides qui tentent de s’infiltrer parmi des organisations sincères et justes, dont des milliers d’individus humbles, généreux et travailleurs font partie depuis des années et qui oeuvrent réellement, de manière ingrate, avec souvent des résultats probants pour un monde meilleur. Bref pas des babas-cool hébétés par la toxicomanie et la fainéantise, mais des mecs et des nanas dont chaque minute de l’existence( ! !) est consacrée à aider ceux qui ont moins, ceux qui souffrent ou tenter de faire reculer la pollution ou l’armement, tel que les mines anti-personnelles etc.

Je crois que le piège réside dans l’utilisation du terme «américain» alors que l’Amérique que j’aime, que je connais très bien, que je respecte et dont la population comporte exactement le même nombre d’individus avec qui n’importe quel Arabe, Asiatique, Africain ou Européen pourrait s’entendre.

Cela dit et donc à l’abri de tout procès d’intention ou de lecture entre les lignes de trisomiques munis de boule de cristal, j’ai pour ma part une opinion très arrêtée au sujet des décisions du gouvernement de George W. Bush, à présent.
Je me prends la tête avec les pour et les contre depuis le fameux gag: déclaration de guerre contre le terrorisme sur les ruines du WTC en septembre 2001.(Lorsque un chef d’Etat déclare la guerre, il faut le prendre au sérieux.)

J’estime tout simplement que tous celles et ceux qui encouragent aujourd’hui la poursuite de cette guerre me menacent directement. Outre al-Quaïda, je suis convaincu que les groupes terroristes des Brigades Rouges européennes sont en train de se réorganiser et au plus tard dans un ou deux ans, nous allons nous retrouver avec une menace double qui frappera les intérêts britanniques, américains et australiens (liste non-exhaustive en fonction du jeu d’alliance qui pourrait survenir prochainement). Il ne s’agira pas de s’étonner ou de nous casser les couilles avec des minutes de silence- qui en passant ne seront certainement pas «célébrées» pour les 2000-3000 civiles de la boucherie de Baghdad (inévitable! Il suffit d’un bon-sens de paysan pour comprendre à quel point «réussir» quelque chose pour les forces de la…coalition…,à présent sera au prix de massacres et de mutilation de hommes, femmes et enfants).

Je rajoute que c’est inouï de voir les généraux et politiques de la…coalition…s’offusquer du non-respect des… Conventions de Genève ! ! ! Non seulement, ils sont assez salauds pour utiliser l’ONU et d’autres organisations à géométrie variable mais en plus ils ont été assez stupides de croire qu’une population composée d’hommes issus d’une génération de guerre, de dictature sanguinaire et affamée, passe son temps dans les bibliothèques et sur Internet à tenter de s’éduquer et renforcer ses valeurs…morales!!

Je sens que je pourrais développer pendant 24 heures d’affilés tellement je suis resté bouche-bée depuis quelques années (finalement, des mecs comme Donald Rumsfeld ont raison de penser que plus un mensonge est énorme, plus il passe…mais attention au moyen-long terme).
Enfin, au même titre que Ben Laden est introuvable, qu’est-ce qui va empêcher la petite merde lâche et cynique (comme tous les violeurs-tortionaires) Saddam Hussein de disparaître sans traces.

D’après Haitham Rashid Wihaib, ancien ministre de Hussein et réfugié à Londres, la première Mme Hussein (mère des monstres Uday et Qusay), ainsi que ses filles Raghdad, Rana et Hala sont déjà réfugiés à Damas, dans la résidence de l’ambassadeur d’Iraq, qui a triplé sa garde. Inutile de spéculer sur la fortune colossale et l’aisance avec laquelle un type comme ca pourra corrompre, y compris des représentants de la force de la…coalition…afin d’assurer sa fuite.

Ca pourrait tout simplement nous laisser une situation de braves gars issus de milieux ouvriers qui pensaient sincèrement rendre liberté et justice au peuple iraquien, s’entretuer plusieurs mois avec des mecs qui n’ont peut-être pas choisi de porter une moustache à la Omar Shareef, alors que «l’axe du mal» et Ben Laden rigolera avec son nouveau copain Saddam et bien-sûr la CIA et d’autres, qui nous garantissent la survie du monde libre…


Enfin, je ne prie pas, mais j’espère me tromper sur l’issue de ce le bordel monstre, simplement du à la STUPIDITÉ stratégique et la PRECIPITATION des cette bande de crétins qui a pris l’Amérique et le monde en otage.

Des souvenirs pour la vie Photos prises toutes les deux cette semaine, l’une en Floride, l’autre à Baghdad.





P.S : Pour finir sur une note positive, on peut toujours espérer un scénario la «Canal de Suez 1956» avec l’UE dans les rôle des US (à vos bouqins les «experts» de l’audiovisuel)

P.S 2: Tu le sens comment le match contre Guingamp? :wink:
_________________
Le plus grand talent de comédien en France :onyourknees:

On peut le faire! Tous ensemble!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Liv
European Champion


Age: 39
Inscrit le: 19 Mar 2003
Messages: 1715
Localisation: MerseySide

MessagePosté le: 28 Mar 2003 17:43    Sujet du message: Répondre en citant

http://winstars.free.fr/english/bush.html
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MerciLilian
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 21 Mar 2003
Messages: 8265
Localisation: Dans une rédemption à la Sting (dixit Le Plan)

MessagePosté le: 30 Mar 2003 10:54    Sujet du message: Répondre en citant


Au fait, le simple fait que des [b]milliers de dollars peuvent être débloqués en 2-3 ans pour ce
micro-militarisme théâtral et non pour régler une fois pour toute, les problèmes de santé, d’éducation, de pollution, de misère, suffit pour n’avoir plus d’espoir du tout.

Le plus fous est que les responsable politiques et militaires ne cachent même plus leur bêtise stratégique, leur inculture, leur cynisme et leur mauvaise foi durant les conférences de presse. C’est extraordinaire!

Toutes les minutes il y a des choses complètement délirantes et on se demande si ce n’est pas un immense gag à la Dieudonné, style «ils respectent pas les Conventions de…euh…Lausanne».
Plus fort que le commandant Sylvestre dans les Guignols.

Regardez comme c’est marrant de dire n’importe quoi comme dans Kamoulox. Je vais me mettre dans la peau d’un pro-n’importe quoi

Au moins, on pourrait rigoler une dernière fois, être plein de mauvaise foi. Avec de la chance, quelqu’un pourrait le prendre au sérieux.
[/b]

A vous tous qui faisaient semblant de manifester pour la paix, arrêtez votre hypocrisie. Pourquoi vous ne dites pas franchement que vous manifestez pour le terrorisme et pour Saddam Hussein.

Vous acceptez que des actes de terrorisme, fourbe, vicieux soient commis alors que la guerre ca a des règles??!!
Quand au prétendu enlisement de l'armée US, la propagande islamo-bolchévique-terroriste atteint là son paroxysme, grâce aux médias dangereux comme Al-Jaziraa.

Si les ricains voulait gagner cette guerre en deux heures ils le pourraient;
il suffit d'appuyer sur le bouton, mais depuis le début de ce conflit, quoi que vous pensez, ils ont tous essayé pour que ça se passe bien.

Pourquoi Saddam ne part pas quand on lui demande, afin d'éviter d'utiliser la mere de toute les bombes sur les civils.

Je le dis et je le répète: je ne cautionne pas une logique de guerre contre les USA et encore moins une logique de résistance par les attentats.
ça fera 5 marines tués par çi, 5 marines tués par la;et des milliers de morts irakiens.

"oeil pour oeil, dent pour dent"
qui sortira vainqueur d'un raisonement pareil? Sûrement pas la population irakienne.

Est-ce que ça ne sera pas de morts pour rien? S'ils avaient compris que la violence et le terrorisme est condamné à l'échec, de nombreux résistants seraient encore en vie aujourd'hui. Comme Jean Moulin.

Mais voilà, les Arabes ils ne comprennent pas et ils ne sont pas démocrates. Fanatisés par le Coran où il y a écrit qu'il faut tuer tous les Chrétiens. Vous voyez bien autour de vous comme les esprits sont radicalisés! Si la France n'a pas voulu y aller c'est parce qu'elle est prise en otage par sa population terroristes islamique qui aurait brûlée toutes les voitures.




_________________
Le plus grand talent de comédien en France :onyourknees:

On peut le faire! Tous ensemble!


Dernière édition par MerciLilian le 18 Avr 2003 16:59; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
MajorFatal
Administrateur
Administrateur


Age: 49
Inscrit le: 17 Mar 2003
Messages: 6550

MessagePosté le: 30 Mar 2003 10:58    Sujet du message: Répondre en citant

ML, faut un peu se calmer sur les animations dans les posts stp, pense un peu à ceux qui n'ont pas de haut débit... C'est pas génial d'avoir le temps de prendre une douche et de se faire un café pendant que la page se charge ;)

"Trop de gifs animés tue le gif animé" (Confucius)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
MerciLilian
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 21 Mar 2003
Messages: 8265
Localisation: Dans une rédemption à la Sting (dixit Le Plan)

MessagePosté le: 30 Mar 2003 11:06    Sujet du message: Répondre en citant

Ca alors!!! Quelle bonne surprise MajorFatal! :)

Je pensais vraiment qu'il n'y avait que moi et que j'avais le temps d'ajuster tout ca tranquillement; mort de rire de te lire subitement entre deux éditions (et pour le coup de la douche café aussi) :lol:

Ca va mieux là, ou il faut encore que j'en vire?

A part ca Major, je te trouves bien silencieux sur le sujet. C'est sûr que tu fais ce que tu veux, mais j'aimerai bien que tu développes tes états-d'âmes à ce sujet.
Comme d'habitude, je ne cherche que à être convaincu.
Peut-on déclarer et gagner une guerre contre le terrorisme militairement?

Tu es un peu en confiance avec les gars ici depuis le temps, non? Fonce Major. :D
_________________
Le plus grand talent de comédien en France :onyourknees:

On peut le faire! Tous ensemble!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
sentenza
Lecteur des CDF
Lecteur des CDF



Inscrit le: 29 Mar 2003
Messages: 13
Localisation: héhéhé

MessagePosté le: 31 Mar 2003 9:54    Sujet du message: Répondre en citant

ML, j'ai commencé a lire tes posts, apres, j'ai fait defiler la page pour voir un peu jusqu'ou ça allait et j'ai subitement pris cette decision : repondre sans avoir lu. Il peut y avoir de la redite mais ça permet le free style.

Quant aux motivations guerrieres de l'administration brouche (tiens, c'est rigolo ça), je crois que tous les simagrés a l'ONU n'avaient pour but que de convaincre l'opinion américaine. C'est dire le peu de respect qu'ils ont pour le reste de la planete. La bas, une grosse majorité est persuadée d'un lien entre l'irak et al quaida.
Je crois, personnellement a la possibilité de nuire de ce groupe que l'on appelle les faucons. Une 30aine de personne qui detiennent un pouvoir considerable, n'ont qu'une idée politique limitée au protectionnisme et a l'interet us (et encore a court terme) et ne considere la guerre que comme un instrument leur permettant d'inflechir leurs vues économiques a travers le monde.
Pour ce qui est du petrole ou du choc des civilisations, je crois que ces deux elements sont imbriqués dans les raisons de la guerre mais pas aussi clairement qu'on le dit. C'est la partie immmérgée?...Emergeante?...Bref, c'est la partie de l'iceberg qu'on voit.
_________________
Le monde appartient a ceux qui ont des ouvriers qui se levent tôt
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
MerciLilian
Candidat au Kamoulox d'or
Candidat au Kamoulox d'or



Inscrit le: 21 Mar 2003
Messages: 8265
Localisation: Dans une rédemption à la Sting (dixit Le Plan)

MessagePosté le: 31 Mar 2003 10:58    Sujet du message: Répondre en citant


_________________
Le plus grand talent de comédien en France :onyourknees:

On peut le faire! Tous ensemble!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
CoinCoin
Modérateur
Modérateur


Age: 51
Inscrit le: 20 Mar 2003
Messages: 10267
Localisation: Je suis toujours là pour toi.

MessagePosté le: 01 Avr 2003 12:24    Sujet du message: Répondre en citant

Quelle heure est-il ? :pendule:
http://www.psycotic.net/web/time.swf
_________________
nudge nudge wink wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Kamoulox du Foot Index du Forum -> Politique et tac Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 94, 95, 96  Suivante
Page 1 sur 96

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Conditions d'utilisations / Informatique et liberté

Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com